Contre Andorre, les Three Lions anglais ont bien profité de la faible adversité. Gareth Southgate a pu faire tourner son effectif, offrant à Patrick Bamford sa première sélection, ou à Jesse Lingard (double buteur) l'opportunité de prouver une fois de plus ces derniers mois qu'il est redevenu un joueur qui compte. Et puis, l'Angleterre, plutôt coutumière du 4-2-3-1 ces derniers mois a pu s'essayer à un nouveau système, à trois attaquants, assez expérimental, avec Lingard et le Gunner Bukayo Saka repiquant très fréquemment l'axe. Un match de qualifications comme un autre sur le papier, suffisamment ouvert pour qu'un cador puisse se permettre quelques fantaisies sans vrai danger. Une de celles de Southgate dimanche dernier n’est pas restée sans conséquence pour autant.

Joue-la comme Kimmich ?

Ligue des champions
C'était chaud mais Liverpool a fait chuter Milan
15/09/2021 À 20:59
Trent Alexander-Arnold a débuté à un poste très inhabituel pour lui, dans un rôle de milieu droit, excentré comme à son habitude mais bien plus haut sur le terrain. A vrai dire, il n'y avait même que peu d'Anglais plus avancés que lui sur le pré. Par sa position moyenne, "TAA" n'a vu que Bamford et Saka évoluer plus proche du but adverse. Déjà bien porté vers l'offensive en club sous les ordres de Jürgen Klopp, la latéral de formation a pu tester le temps de 45 minutes – il a été replacé en défense au retour des vestiaires – une nouvelle option dans sa palette pourtant déjà large.
Sans être foncièrement mauvaise, cette tentative n'a pas été couronné d'un franc succès, l'Angleterre étant largement verrouillée par le bloc bas andorran (1-0 à la pause) et Alexander-Arnold revenant fréquemment à une position loin du cœur du jeu, place plus habituelle dans un milieu à trois. Après tout, l'expérience vaut le coup d'être tentée. Le joueur de 22 ans est à l'aise ballon au pied et coutumier du temps passé dans la moitié de terrain adverse.

Trent Alexander-Arnold avec Liverpool contre Burnley en Premier League, le 21 août

Crédit: Getty Images

D'autres latéraux ont déjà profité d'un replacement tactique pour se découvrir un nouveau moyen de se rendre indispensable. C'est même devenu comme une tradition en Bavière avec Philip Lahm, puis Joshua Kimmich, voire David Alaba, même si l'Autrichien est davantage par essence un couteau-suisse que ses deux ex-coéquipiers. Alors, TAA, le nouveau Kimmich ? On en est encore loin. Par ses qualités naturelles, Alexander-Arnold aime avoir de l'espace sur son côté, tant pour prendre de la vitesse que pour avoir le temps et la vision d'allonger avec efficacité le jeu. Le faire évoluer dans un rôle plus axial offre davantage de sécurité défensive et un joueur à la patte délicieuse pour distiller les caviars. Mais elle prive le Red pur jus d'une bonne partie de son ADN. Et cela n'a pas plu du tout à Jürgen Klopp.
"Pourquoi feriez-vous jouer le meilleur arrière droit du monde au milieu de terrain ?"
Pourtant jamais avare de coups tactiques, le technicien de Liverpool n'a pas mâché ses mots lorsqu'il a été interrogé sur le positionnement inattendu de son joueur en sélection. Klopp et Gareth Southgate n'ont été que rarement sur la même longueur d'onde ces derniers mois au sujet d'Alexander-Arnold. Mais faire de son latéral un autre joueur était visiblement de trop pour le coach liverpuldien.
"Comme si la position de latéral droit n'était pas aussi importante que les autres… Je n'arrive pas à comprendre comment on peut en arriver à penser cela, s'est-il emporté en conférence de presse vendredi. Certaines personnes ont l'air de penser qu'il aurait plus d'influence en jouant 10 mètres plus haut sur le terrain. Etre plus influent que Trent Alexander-Arnold l'a été avec nous depuis je ne sais combien de temps, c'est compliqué."
Klopp a tenu à expliciter sa vision des choses, bien au-delà de la simple défense d'un entraîneur pour son joueur. Pire, sans jamais nommer le sélectionneur anglais, l'entraîneur de Liverpool s'est laissé aller à un petit point tactique à travers duquel les choix de Gareth Southgate sont ouvertement visés. "Dans un match durant lequel l'Angleterre était aussi dominante, ou dans un match où nous serions aussi dominateurs, Trent pourrait jouer au milieu. Mais comme numéro 6, plutôt que numéro 8. Mais pourquoi feriez-vous jouer le meilleur arrière droit du monde au milieu de terrain ?"

TAA, symbole du retrait des Reds

Ne comptez donc pas sur l'ancien technicien de Dortmund pour reproduire cette expérimentation. D'autant qu'il possède déjà en Fabinho un latéral de formation parfaitement rompu au poste de milieu défensif. Titulaire lors des trois premières journées de Premier League avant d'affronter Leeds dimanche, Trent Alexander-Arnold est toujours aussi indispensable sur les flancs des Reds. Et pourtant, comme sa formation, "TAA" n'a plus l'éclat des saisons 2018-2019 et 2019-2020.
Alexander-Arnold reste un des meilleurs passeurs de la planète, le meilleur même à son poste. Il figure systématiquement parmi les 5% ou mieux avec la meilleure qualité de transmission dans toutes les statistiques avancées du genre (passes clés, progressive passes, qui font ainsi gagner au moins dix mètres à son équipe, nombre de centres…). Son début de saison en championnat est même de très bonne facture, avec le meilleur total de passes clés d'Angleterre, et d'expected assists, les expected goals consécutifs à une passe du latéral droit. Mais à mesure que l'attaque des Reds est quelque peu retombée de son nuage, son arrière-garde s'est retrouvée exposée, Alexander-Arnold avec.
Moins tranchant quand les siens ne dominent pas le jeu, le défenseur en a même perdu sa place comme titulaire indiscutable en sélection. Sa place au cœur du jeu tient tout autant de l'opportunité offerte par un match contre Andorre que de la nécessité de lui trouver d'autres moyens d'être sur la pelouse, alors qu'il doit faire face à la concurrence de Kyle Walker, Reece James ou Kieran Trippier, tous les trois auteurs de très bonnes saisons 2020-2021. Liverpool et son numéro 66 subissent le même déclassement pour être tombés du firmament jusqu'à un niveau encore haut, mais plus exceptionnel. De là à en venir à sacrifier ses joyaux, il y a un pas que Klopp ne franchira pas.

"Dans un coin de sa tête, CR7 veut finir avec une statue devant Old Trafford"

Ligue des champions
"Savourer cette musique qui nous a manqué" : Milan retrouve les étoiles de la C1
14/09/2021 À 20:32
Ligue des champions
Les retrouvailles attendront : Ibrahimovic forfait pour le choc contre Liverpool
14/09/2021 À 12:26