L’Espagne sera bel et bien au rendez-vous du Mondial 2022. Les hommes de Luis Enrique, qui pouvaient se contenter d’un résultat nul face à la Suède, ont quand même pris soin de s’imposer au bout du suspense et d’une rencontre assez terne, ce samedi à Séville (1-0). C’est Alvaro Morata qui a définitivement composté le billet de son équipe, en direction du Qatar l'année prochaine. Lui-aussi sur le banc au coup d’envoi, Zlatan Ibrahimovic n’a pas su endosser son costume de sauveur. La Suède devra défendre ses chances aux barrages.
Il y avait une finale à disputer dans le groupe B de la zone Europe des éliminatoires pour la Coupe du monde 2022. Mais force est de reconnaître que l’affrontement entre l’Espagne et la Suède, palpitant sur le papier, n’a eu de finale que le nom. La faute, d’abord, à des Espagnols qui ont surtout cherché à ne pas perdre, eux qui n’avaient donc besoin que d’un seul point. Cet état d’esprit attentiste s’est répercuté sur le jeu, sans éclat malgré une possession largement supérieure (68%).
Ligue des Nations
Sans CR7, le Portugal chute et laisse l'Espagne lui passer devant
12/06/2022 À 20:42

Gavi lors de cette rencontre

Crédit: Getty Images

Triste entrée de Zlatan, en tout point

La faute, aussi, à des Suédois qui ont un peu trop subi sans vraiment se sentir en danger et ont fait preuve d’une maladresse rédhibitoire au moment de conclure leurs occasions franches. À ce sujet, les meilleures situations sont à mettre à l’actif d’Emil Forsberg, qui pourra ruminer toutes ses munitions manquées (16e, 38e, 53e). S’il avait marqué, on aurait peut-être eu droit à un vrai match. De son côté, Zlatan Ibrahimovic n’est entré en jeu que pour une vingtaine de minutes, le temps de louper une remise (90e+2) et de bousculer César Azpilicueta (90e+2).
Il faut dès lors comprendre que les Espagnols se sont (longtemps) contentés du strict minimum face aux Suédois, sans se rassurer pour la suite. Comme un symbole, c’est Alvaro Morata (qui avait remplacé Pablo Sarabia à la 59e minute), attaquant souvent ciblé par les critiques, qui a scellé le destin de sa sélection. En renard des surfaces, il a parfaitement repris une frappe de Dani Olmo repoussée sur sa barre par Robin Olsen (1-0, 86e). Hormis la qualification pour la Roja, ce fut sans doute la seule embellie de la soirée.

Anomalie réparée, quadruplé, collectif : Kylian Mbappé a-t-il réussi son meilleur match en Bleu ?

Ligue des Nations
Sarabia offre un précieux succès à l'Espagne
09/06/2022 À 20:45
Ligue des Nations
Ronaldo se régale, l'Espagne miraculée
05/06/2022 À 20:42