Getty Images

Russie : un tweet raciste du Spartak Moscou fait scandale

Un tweet raciste du Spartak Moscou fait scandale
Par AFP

Le 13/01/2018 à 17:11Mis à jour Le 13/01/2018 à 17:15

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Georgi Dzhykia, défenseur central du Spartak Moscou, a été l'auteur de propos racistes à l'encontre de certains de ses coéquipiers.

"Regardez comment des chocolats fondent au soleil": le Spartak Moscou, déjà sous le coup de plusieurs enquêtes de l'UEFA pour comportement raciste, s'est à nouveau illustré samedi avec un commentaire raciste publié sur Twitter dans une vidéo montrant des joueurs noirs du club à

l'entraînement à Dubaï.

Le défenseur international russe du club moscovite Georgi Dzhykia, en charge samedi du compte Twitter du Spartak qu'il a alimenté de nombreuses vidéos, a fait cette réflexion alors qu'il filmait ses coéquipiers brésiliens Fernando, Luiz Adriano et Pedro Rocha à l'entraînement à Dubaï, où le champion de Russie en titre est en stage pour la trêve hivernale.

Publié vers 09H00, le tweet a été retweeté plus de 1.400 fois, bien plus que les autres tweets du club, et provoqué une avalanche de commentaires avant d'être supprimé peu après 14H00 GMT. Quelques heures après la publication du tweet, le Spartak Moscou a publié un autre tweet dans lequel le milieu de terrain Fernando affirme en russe qu'il "n'y a pas de racisme au Spartak, nous sommes des amis et une famille".

Le Spartak Moscou a été impliqué dans plusieurs incidents racistes cette saison: le club a été sanctionné par l'UEFA après des cris de singe de ses supporters visant le joueur néerlandais d'origine nigériane Bobby Adekanye en Youth League, la Ligue des champions des équipes de jeune.Et le capitaine de l'équipe de jeunes du Spartak, Leonid Mironov, est visé par une enquête de l'UEFA pour un comportement raciste à l'encontre du joueur de Liverpool Rhian Brewster lors d'un autre match de Youth League, en décembre. Le joueur de 19 ans risque une suspension de 10 matches.

Le racisme reste un problème important dans les stades de football en Russie, alors que le pays acueillera cet été la Coupe du monde de football 2018. Plusieurs joueurs africains ou l'international brésilien Hulk ont affirmé ces dernières années avoir été victimes d'insultes racistes pendant des matches, dénonçant l'absence de sanctions ou encore l'indifférence des arbitres ou des dirigeants face à ce problème.

0
0