Giorgio Chiellini est en colère. Interrogé sur les insultes racistes subies par Kalidou Koulibaly à Florence dimanche dernier, le capitaine et défenseur central de la Squadra Azzurra a soutenu son homologue napolitain et condamné fermement les responsables. "J'ai eu honte, en tant qu'Italien et en tant que Toscan", a déclaré le joueur de la Juve, né à Pise, lors de la conférence de presse à la veille de la demi-finale de Ligue des nations contre l'Espagne. "C'est inacceptable (...). En Europe, beaucoup parlent de l'Italie comme d'un pays raciste, je pense que ce n'est pas le cas. Mais il faut faire plus, pour ne pas donner une mauvaise image de nous", a-t-il ajouté, demandant à ce que "les lois soient appliquées".
Le parquet de la Fédération italienne de football (FIGC) a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête après les insultes racistes qui ont visé Kalidou Koulibaly à l'issue du match. La Fiorentina s'était excusée auprès de l'international sénégalais, qui a été visé tout comme ses coéquipiers Victor Osimhen et Frank Zambo Anguissa, selon le diffuseur de la Serie A, DAZN.
Koulibaly, déjà la cible par le passé de cris racistes en Italie, a lui-même réclamé que les supporters en cause soient "identifiés et tenus à l'écart des stades pour toujours".
Serie A
La Juve dans le viseur de la police financière italienne, son centre d'entraînement perquisitionné
IL Y A 15 HEURES
Serie A
Vers une absence de trois semaines pour Giroud, Maignan de retour avec le Milan
IL Y A 16 HEURES
Serie A
"Un mélange de Batistuta et Toni" : Vlahovic, le nouveau Zlatan promis à un géant ?
IL Y A 20 HEURES