Cela ne fait même pas trois mois qu'il est là. Il n'a encore rien gagné. Mais Thomas Tuchel a déjà conquis Chelsea. L'Allemand a donné une nouvelle dimension à ses débuts tonitruants sur le banc des Blues avec une victoire face à Manchester City (1-0) samedi, synonyme de qualification pour la finale de la FA Cup. Aucun technicien d'outre-Rhin n'était parvenu à ce stade de la compétition dans l'histoire de l'épreuve. Mais c'est loin d'être le seul fait d'armes de l'ancien entraîneur du PSG depuis qu'il a traversé la Manche.
Tuchel affiche désormais un bilan de 13 victoires, 4 nuls et 2 défaites en 19 matches à la tête des Blues, toutes compétitions confondues. Il a remonté une équipe qui végétait en milieu de tableau à la 5e place de la Premier League, avec un match en retard, tout en la guidant jusqu'aux demi-finales de la Ligue des champions. Dans ce parcours remarquable, Tuchel a vaincu les entraîneurs les plus renommés, de Jürgen Klopp à José Mourinho en passant par Diego Simeone ou Carlo Ancelotti. Et désormais Josep Guardiola. Et le tout sans encaisser le moindre but.
The Emirates FA Cup
"Ce n'est pas bon signe" : City s'inquiète pour De Bruyne, blessé à 11 jours du choc face au PSG
17/04/2021 À 18:38
City ne s'était pas forcément donné tous les moyens de trouver la faille dans la forteresse des Blues. Les huit changements opérés par Guardiola dans son onze de départ par rapport à celui aligné face à Dortmund (2-1) mercredi peuvent expliquer en partie l'incapacité des Mancuniens à développer leur jeu habituel face à Chelsea, notamment en première période. "Cela fait huit mois qu'on a des matches en milieu de semaine, a rappelé l'entraîneur de City. On a joué beaucoup de matches et ce n'est pas fini."

"On peut battre n'importe qui"

La composition du leader de la Premier League avait quand même fière allure contre Chelsea. Le turn-over de Guardiola n'enlève rien au mérite des Blues. Qui, en plus de préserver leur but inviolé, n'ont concédé que très peu d'occasions à la formation de Guardiola. Les Londoniens ont une nouvelle fois affiché une grande solidité défensive. "Une bonne défense, c'est aussi avoir la possession du ballon, s'est réjoui Tuchel. C'est un très bon 'clean-sheet'. Nous n'avons pas eu de chance pour nous en tirer sans prendre de but, nous avons surtout travaillé dur pour cela."

Pourquoi l'UEFA veut-elle supprimer la règle du but à l'extérieur ?

C'est peu de le dire. Car Chelsea ne s'est pas contenté de camper devant sa surface de réparation pour repousser les assauts mancuniens. Les Blues ont aussi exercé un pressing très haut par séquences, contrariant ainsi les circuits de relance préférentiels du City. Surtout, la formation de Tuchel est toujours restée compacte, dans ses temps forts comme dans ses temps faibles. Un bloc impressionnant de solidité qui explique en grande partie comment Chelsea a signé son 14e 'clean-sheet' en 19 matches sous les ordres de l'Allemand.
Mais il y a aussi l'attitude. Une solidarité de tous les instants qui ne se limite pas au prestige de l'adversaire. "La mentalité et l'éthique de travail à l'entraînement sont fantastiques, s'est réjoui Tuchel. Je ne peux pas être plus heureux en tant qu'entraîneur de me battre aux côtés de mon équipe. On voit la qualité de la structure et des joueurs dans ce club. Je joue mon rôle et j'essaie que cette bonne période continue." Le travail paie et le constat s'impose. "On peut battre n'importe qui", estime l'entraîneur des Blues. Guardiola peut en témoigner. A qui le tour ?

Real ou PSG : Pourquoi Mbappé ne s'est-il toujours pas décidé ?

Premier League
Rodgers, à prendre au sérieux... comme lui-même le fait depuis toujours
IL Y A UNE HEURE
Ligue des champions féminine
Les Barcelonaises foudroient Chelsea et montent sur le toit de l'Europe
HIER À 21:52