Les Coupes anglaises se jouent aux tirs au but, et à la fin, c'est Liverpool qui gagne. Après avoir remporté en février dernier la finale de la League Cup aux tirs au but face à Chelsea, à l'issue d'un match vierge de but, Liverpool en a fait de même ce samedi, cette fois en finale de FA Cup. Kostas Tsimikas a inscrit le tir au but de la victoire pour les Reds, qui remportent leur 8e Cup à deux semaines de la finale de la Ligue des champions au Stade de France. Le quadruplé est toujours réalisable…
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Premier League
Klopp se projette vers la suite : "Si on veut gagner gros, il faut accepter de perdre gros"
IL Y A 16 HEURES
Près de trois mois ont séparé la finale de la League Cup de celle de cette FA Cup. Et à l'arrivée, la question est la même : mais comment cette rencontre a pu se terminer par un 0-0 ? 27 tirs en tout, des poteaux à la pelle, un nombre incalculable d'occasions franches : il était écrit que tout se jouerait donc aux tirs au but, encore une fois. Et que tout basculerait une nouvelle fois en faveur de la formation de Jürgen Klopp.

Mané bute sur Mendy

Cette fois, pas de fantaisie de Thomas Tuchel avant la séance, là où Kepa Arrizabalaga avait remplacé Edouard Mendy en février, pour n'arrêter aucun penalty et rater le sien. Le portier sénégalais a bien tenu sa place jusqu'au bout, et avec brio, repoussant même le premier tir au but de la gagne de son compatriote Sadio Mané après un raté de César Azpilicueta, qui a trouvé le poteau. Mais Mason Mount a lui buté sur Alisson Becker, et le jeune Tsimikas, entré en toute fin de rencontre, s'est offert un bonheur infini, actant une troisième défaite de suite de Chelsea en finale de FA Cup.
Qu'il s'en est passé, des choses, avant cela. Ce sont les Reds qui sont le mieux entrés dans cette 141e finale de Cup. Absolument intenable durant 90 minutes, et même plus, Luis Diaz a fait vivre un cauchemar à la défense des Blues. Deux centres dangereux d'entrée de jeu (4e, 8e), mais surtout un duel perdu face à Edouard Mendy (9e) : tout est parti très fort dans ce match. Mais les Blues, totalement pris à la gorge, ont finalement réussi à reprendre leur respiration, et auraient même pu couper le souffle de leur adversaire. Christian Pulisic a manqué le cadre de peu (23e), avant que Marcos Alonso ne bute sur Alisson (28e).

Des poteaux, encore des poteaux

Un Marcos Alonso qui a plusieurs balles de match au bout du pied, dont deux au retour des vestiaires, en manquant le cadre d'un rien (46e) puis en attrapant la barre sur coup franc (48e). Luis Diaz lui a répondu de plusieurs frappes juste à côté (52e, 59e, 90e), et d'un poteau (83e). Des montants qui ont attiré tous les ballons, dont la tentative de Robertson, seul devant le but ouvert au second poteau (84e).
Les périodes de domination se sont donc alternées, sans que personne ne trouve la faille, encore moins dans des prolongations beaucoup plus calmes, même si Hakim Ziyech aurait pu bénéficier d'un penalty pour une charge d'Ibrahima Konaté (95e). Mais c'est à Liverpool que le scénario a encore souri. Du moins, pour le résultat. Car la sortie sur blessure de Mohamed Salah à la demi-heure de jeu pourrait coûter très cher en vue de la finale de C1 prévue dans deux semaines, face au Real Madrid. Les organismes sont soumis à très rude épreuve, et la course au titre n'a pas encore rendu son verdict en Premier League. Une fin de saison ultra chargée. Le prix d'un potentiel quadruplé…

Haaland va-t-il tuer le suspense en Angleterre ? "Cela peut briser le duopole City-Liverpool"

Premier League
L'Histoire penche nettement du côté de City
HIER À 00:24
Equipe de France
Fekir ne sait pas comment reconquérir Deschamps : "J’ignore sur quoi il se base"
20/05/2022 À 12:12