Panoramic

Transferts - Mais qui es-tu vraiment, Michy Batshuayi ?

Mais qui es-tu vraiment, Michy Batshuayi ?

Le 24/06/2014 à 11:58Mis à jour Le 24/06/2014 à 12:13

La signature du belge Michy Batshuayi, 20 ans, serait un gros coup pour l'OM. Présent à Marseille depuis hier pour négocier les derniers modalités du contrat, l'attaquant du Standard de Liège affole les compteurs en Belgique. Il a été deuxième meilleur buteur de la Jupiler League l'an passé avec 21 réalisations.

L'OM aurait tapé fort sur le marché des transferts en faisant signer Michy Batshuayi, élément que toute l'Europe voulait s'arracher. Un attaquant de 20 ans qui affole les compteurs en Belgique. Et le tout, sans payer le prix fort, les dirigeants marseillais ayant convaincu leurs homologues du Standard de Liège d'accepter un pourcentage à la revente.

Jusqu'ici, le récit de la venue de Michy Batshuayi pourrait s'écrire sur Football Manager que personne n'y verrait vraiment la différence. Mais qui est vraiment la nouvelle recrue de l'OM ? Car le crack supposé, qui était dans la présélection des Diables Rouges pour le Mondial, a quand même vu son sélectionneur Marc Wilmots lui préférer Divock Origi, l'attaquant de Lille, dans sa liste définitive.

Le Belge Michy Batshuayi (Standard de Liège) pourrait être la première recrue de l'OM au mercato d'été 2014.

Le Belge Michy Batshuayi (Standard de Liège) pourrait être la première recrue de l'OM au mercato d'été 2014.AFP

Si l'on excepte deux petits matches en fin de saison 2010-2011, Batshuayi est un jeune du Standard de Liège qui vient de boucler sa troisième saison chez les pros. Avec une progression régulière en ce qui concerne les feuilles de statistiques puisque le joueur a inscrit neuf buts toutes compétitions confondues la première saison, puis douze, pour finir cet exercice à 23 réalisations (avec deux buts en Europa League). Il ne faut pas croire pour autant qu'il a été couvé par son club et ses supporters, désireux de le laisser franchir les paliers un à un dans la sérénité. Car avec ses qualités de vitesse et de puissance, la folie entourant Batshuayi n'a pas été très éloignée de celle qu'a connu Mario Balotelli il y a quelques années.

Très vite, les dirigeants du Standard ont dû apprendre à composer avec des marques d'intérêt venant de toute l'Europe, mais également du voisin d'Anderlecht, qui avait accueilli puis renvoyé pour problèmes disciplinaires le joueur à ses 14 ans. Revanchard, l'attaquant qui rêvait du maillot mauve quand il était petit a depuis refusé toutes les approches. Il avait prolongé son contrat en 2013 avec une clause de départ fixé à huit millions d'euros.

" On pense souvent que je suis arrogant"

Cette saison, le buteur a connu un passage à vide au creux de l'automne. Et rien ne lui a été pardonné. Comme Balotelli, on n'hésite jamais à évoquer sa nonchalance. Le joueur s'en est défendu dans les colonnes de la Dernière Heure : "On pense souvent que je suis arrogant en raison de ma façon d’être ou de marcher. C’est faux. Si, parfois, je peux me montrer dur avec mon entourage, c’est parce que j’ai besoin de me constituer une bulle afin de ne pas déraper". Comme l'Italien, il est également capable de coups de sang : "Les défenseurs tentent souvent de me faire sortir de mon match en commettant des fautes dans le dos de l’arbitre. Je fais tout pour éviter de répondre. Si je me sens bien, je répondrai par un simple sourire. Si je suis un peu plus mal, je peux réagir... autrement. Il faut que je fasse attention à cela".

Concernant le dilettantisme, son coéquipier Igor de Camargo assure qu'il y a encore du travail : "Il est le meilleur… quand il veut. Il ne veut pas toujours. J’essaie toujours d’aider pour les petits détails. Mais il n’écoute pas toujours". Enfin, toujours comme l'attaquant du Milan AC, Batshuayi, d'origine congolaise, n'a pas encore mis les pieds en Afrique. Dans sa tête, il est né et a grandi en Belgique, il est Belge à 100%.

Mais à la différence de Balotelli, Michy ne dispute pas actuellement le Mondial brésilien. Marc Wilmots lui a préféré le jeune attaquant du LOSC Divock Origi, buteur providentiel dimanche soir contre la Russie. Pour autant, l'ancien attaquant de Bordeaux s'est déclaré séduit par les prestations du joyau du Standard lors des matchs de préparation et il compte sur lui pour l'Euro 2016. Selon certains, le jeune attaquant paie sa conduite avec les espoirs. Où l'on s'est rendu compte qu'il n'entre pas dans la catégorie des coéquipiers modèles, ceux qui peuvent rester plusieurs matches sur le banc sans rien dire. Il n'a pas non plus fini la saison en trombe. Mais il ne faut pas oublier que cet hiver, le joueur a également dû digérer un sacré épisode sur le marché des transferts.

Approché par beaucoup de clubs

Approché par le PSV Eindhoven au mercato, Batshuayi a assuré dès le mois de décembre vouloir finir la saison avec son club. Mais un soudain changement d'agent, pour passer avec Christophe Henrotay, le conseiller historique de Daniel Van Buyten, a fait naître de folles rumeurs : le joueur allait faire l'objet d'un deal avec une formation de Premier League qui allait le prêter dans la foulée à ... Anderlecht. Pour permettre au club de Bruxelles de déstabiliser l'équipe de Liège et ainsi garder sa couronne de champion. Il n'en a rien été, même si finalement le Standard, champion de la saison régulière, s'est effondré en play-offs. Lien de cause à effet ? Batshuayi a en tout cas tendance à se montrer plus discret quand il joue contre les grosses équipes de son championnat.

Côté transfert, ces dernières semaines, il s'est également tenu à distance d'approches de Swansea et Porto alors que le Benfica a discuté avec son président dès le mois de mars. S'il rêve d'Angleterre, séduit notamment par le jeu d'Arsenal, il ne veut pas se précipiter. Il a donc choisi l'OM, attiré peut-être par le parallèle avec Daniel Van Buyten. Ou peut-être celui de Jean-Pierre Papin, qui avait enquillé des buts à Bruges avant de venir jouer au Vélodrome. Papin qui, rappelons-le, est l'idole de jeunesse d'André-Pierre Gignac, l'actuel avant-centre du club phocéen. Ce dernier a peut-être de quoi se rassurer : Batshuayi a déclaré qu'il n'était jamais aussi fort qu'associé à un autre attaquant devant.

0
0