Football
Trophée des Champions

L'antisèche : Le Trophée sans les progrès

Partager avec
Copier
Partager cet article

La joie des joueurs du PSG face à Rennes

Crédit: Getty Images

ParVincent Bregevin
03/08/2019 à 15:30 | Mis à jour 03/08/2019 à 17:03
@VB_eurosport

TROPHEE DES CHAMPIONS - Le Paris Saint-Germain a confirmé sa mainmise sur la compétition avec un septième sacre consécutif grâce à sa victoire face Rennes (2-1) samedi à Shenzhen. Un succès acquis sur deux coups d'éclat de Kylian Mbappé et Angel Di Maria. Mais il ne masque pas la marge de progression d'un PSG qui affiche encore certains défauts de la saison passée. Notre antisèche.

Le jeu : Deux coups d'éclat ont suffi

Pour le spectacle, il faudra repasser. La rencontre est longtemps restée terne sur une pelouse indigne et cela faisait bien les affaires des Rennais, réalistes au moment d'exploiter la fébrilité de la défense parisienne dès leur première occasion. Paris a d'abord peiné pour changer de rythme et déséquilibrer un bloc breton bas. Trop bas même, quand Julien Stéphan a choisi de sortir un attaquant pour un latéral à la pause. Le PSG a pu s'installer encore plus profondément dans le camp rennais et son talent a fini par faire la différence avec les coups d'éclat de Mbappé et Di Maria. Les Parisiens ont reculé sur la fin. C'est une mauvaise habitude qu'ils n'ont pas abandonnée. Mais Rennes n'a pas su en profiter.

Trophée des Champions

Le PSG prend sa revanche et garde ses bonnes habitudes

03/08/2019 À 13:20

Les joueurs : Mbappé est fin prêt

Dans la continuité d'une préparation convaincante, Kylian Mbappé a rayonné. L'attaquant parisien a été le seul à faire des différences grâce à ses accélérations fulgurantes avant d'être justement récompensé par un but. Angel Di Maria a été l'autre protagoniste de la rencontre avec un coup franc sublime pour ponctuer une entrée aboutie. Sevré de ballons, Edinson Cavani n'a en revanche jamais pesé sur une rencontre durant laquelle Pablo Sarabia a convaincu, à l'inverse de Thilo Kehrer. À Rennes, on retiendra la vista de Clément Grenier et l'impact de Damien Da Silva dans les duels.

Kylian Mbappe égalise face au Stade Rennais lors du trophée des champions 2019

Crédit: Getty Images

Le facteur X : Pas une pelouse, un bourbier

Les pluies diluviennes tombées sur Shenzhen ces derniers jours promettaient une pelouse délicate. Elle l'a été, et c'est un euphémisme. Grasse, lourde, elle a commencé à se dérober par mottes dès les premières minutes de la rencontre et rendu les conditions de jeu particulièrement délicates. Cela explique en grande partie la faiblesse du niveau technique de la rencontre et les difficultés du PSG à accélérer le jeu même si cela n'a finalement pas empêché les Parisiens de s'imposer. Mais la qualité du match s'en est cruellement ressentie.

La stat : 40

Ce PSG-Rennes ne restera pas dans les mémoires. Mais il gardera une trace importante dans le club de la capitale, plus que jamais recordman du nombre victoires dans le Trophée des champions (9) avec ce septième sacre consécutif. Surtout, Paris a atteint le cap des 40 titres sur l'ensemble de son histoire. Pour un club qui n'a pas encore célébré son 50e anniversaire, ce total a de quoi forcer l'admiration.

Le tweet "tout va bien dans le meilleur des mondes"

La décla : Marquinhos (défenseur du PSG)

De plus en plus, on va essayer de faire ces efforts pour être une équipe très agressive parce qu'on sait qu'on a du talent.

La question : Paris a-t-il changé ?

Il est évidemment beaucoup trop tôt pour porter un jugement mais il y a déjà une première impression. Le PSG n'était pas au complet face à Rennes et sa saison dépendra forcément de l'issue du cas Neymar. Sans grand surprise, Paris a manqué d'inspiration sans le génie brésilien. Sa créativité et sa capacité à éliminer ont cruellement fait défaut à l'approche de la zone de vérité. Paris ne manque pas de créateurs. Mais son numéro 10 a un talent unique qui manquera forcément s'il venait à partir. Surtout face à des blocs bas. Et Paris affronte le plus souvent des blocs bas.

La première impression, c'est aussi que le PSG a toujours autant de peine à préserver un avantage au score. Cela lui avait déjà joué de nombreux tours la saison passée et ce n'était vraiment pas loin d'être encore le cas dans cette première sortie officielle en 2019-20. Rennes n'a pourtant pas affiché de grandes ambitions offensives et peut le regretter. Car la défense parisienne ne transpirait vraiment pas la sérénité. C'était encore plus criant quand Paris a reculé après avoir pris l'avantage au score. Ce défaut n'a pas encore été corrigé. Et le PSG a encore du travail.

Transferts

Et si Neymar avait passé un pacte secret avec le PSG ?

02/07/2020 À 13:52
Ligue 1

La date de reprise du PSG est fixée et ce sera contre Le Havre

01/07/2020 À 15:08
Dans le même sujet
FootballTrophée des ChampionsParis Saint-GermainStade Rennais
Partager avec
Copier
Partager cet article