Après avoir raflé le titre de champion de France la saison passée, le LOSC a décidé de démarrer la nouvelle du même pied : en chipant, encore, un titre au PSG. Ce dimanche soir, à Tel Aviv, les Dogues ont croqué l'équipe remaniée de Mauricio Pochettino (1-0) pour empocher le Trophée des champions. Un nouvel échec pour l'entraîneur argentin, dont l'expression du visage au coup de sifflet final résumait à peu près tous les sentiments qui devaient le traverser : déception, amertume, voire inquiétude.
Certes, Paris était privé de bon nombre de ses cadres : Neymar, Mbappé, Verratti, Marquinhos, ou encore ses recrues comme Sergio Ramos ou Gianluigi Donnarumma. Idrissa Gueye, positif au Covid-19, est venu s'ajouter à la liste peu avant le match. Mais tout le club parisien tenait à ce premier trophée de la saison. Raté.
Déception
Ligue 1
"Eux aussi ont un exemple à donner" : Le comportement des spectateurs fustigé
IL Y A 6 HEURES
Si tout n'est probablement pas à jeter ce soir au vu des moyens à disposition, le PSG a toutefois grandement peiné à se créer des occasions. "Il nous a manqué un but. En deuxième mi-temps, on a eu des occasions, on ne marque pas, a regretté Julian Draxler au micro de Amazon Prime. C'est dur d'accepter ça, on a perdu une finale. On n'a pas mal joué. Bien sûr, il nous manque des joueurs, bien sûr, ce n'était pas parfait, mais on était la meilleure équipe en deuxième mi-temps. Félicitations à Lille. On se voit bientôt en Ligue 1. On est déçus, mais on a tout donné, jusqu'à la dernière minute."
Le film du match
De son côté, Mauricio Pochettino a reconnu qu'il s'agissait d'une "déception". "Globalement, nous avons été bons, mais malgré notre domination, nous n'avons pas gagné. Félicitations à Lille", a déclaré l'entraîneur argentin. Il pourra se consoler avec la prestation de Presnel Kimpembe, titulaire et patron de la défense parisienne ce dimanche soir. Comme si l'international français souhaitait envoyer un message à son coach, qui pourrait bien être tenté, une fois tout son effectif à disposition, d'aligner une charnière Marquinhos-Ramos. Mais Pochettino n'en est pas encore là.
"C'est le début de la saison et nous avons de plus grandes choses à aller chercher par la suite", a-t-il ajouté, comme pour remobiliser ses troupes après ce premier échec. En poste depuis décembre dernier, Pochettino peine toujours à imprimer un plan de jeu clair. Les idées semblent parfois manquer, tout comme une ligne directrice à suivre pour ses joueurs.

Icardi, c'est compliqué

Aligné en pointe de l'attaque, Mauro Icardi, lui, a vécu une nouvelle soirée compliquée. Avec, toujours, les mêmes difficultés à se démarquer, faire partie intégrante du jeu ou encore participer à la manœuvre de son équipe. Le genre de reproches qu'on pourrait oublier si l'attaquant argentin avait marqué. Mais manque de chance, il a été signalé hors-jeu en deuxième mi-temps quand il a cru égaliser. Annoncé sur le départ, l'ex-capitaine de l'Inter Milan a récemment annoncé sa volonté de rester à Paris. Par choix ? Ou par manque d'opportunités, notamment en raison de son prix et de son salaire ? "Je vais rester cette saison, la prochaine et la prochaine !!! Cela n'a jamais fait de doute. Allez PSG", écrivait-il sur Instagram, histoire de mettre fin à un feuilleton dont l'épilogue semble écrit.

Mercato Buzz : Liverpool joue les trouble-fêtes dans un gros dossier du PSG

Malgré les sifflets qui ont accompagné chacune de ses prises de balle, Achraf Hakimi a confirmé face au LOSC qu'il serait une nouvelle source de danger cette saison. Hyperactif, l'international marocain a souvent débordé, n'hésitant pas à fixer son vis-à-vis par son dribble et sa vitesse. Entrée en jeu en deuxième période, Georginio Wijnaldum a lui aussi laissé entrevoir de belles choses. Pour Paris, tout n'est donc pas tout noir. Mais pas tout rose non plus. Et de manière plus concrète, c'est un nouveau trophée perdu ce soir. La reconquête d'un autre démarre le week-end prochain.
Ligue 1
Pour Gourvennec, tout ne va pas si mal au LOSC : "On a été cohérents, la défaite est sévère"
IL Y A 7 HEURES
Ligue 1
"On dirait qu’il se fait tirer dessus" : Messi - Boateng, vraie humiliation, fausse domination
IL Y A 7 HEURES