Cinq matches, quatre victoires, un nul et 26 joueurs utilisés. La large revue d'effectif opérée par Didier Deschamps depuis la rentrée internationale a porté ses fruits. Les Bleus ont fait tourner, n'ont jamais aligné deux fois le même onze, ont mixé les cadres, les revenants et les nouveaux sans que les résultats n'en pâtissent. Si le sélectionneur a jonglé avec les disparités physiques, les absences liées au Covid-19 et la nécessaire intégration des nouveaux, comme Dayot Upamecano et Eduardo Camavinga en septembre, Houssem Aouar en octobre, les résultats ont suivi.

"Mbappé doit jouer sur ses qualités et ne pas essayer de faire du Neymar"

Faire tourner sans sacrifier ses ambitions, "j'ai peut-être ce luxe-là sans que pour autant le niveau collectif baisse", a analysé Didier Deschamps après la victoire étriquée à Zagreb. Voilà la grande leçon de l'automne : les Bleus ont un réservoir plus dense et plus complet. La Coupe du monde avait fini par dégager un onze inamovible et intouchable. Comme à l'Euro 2016, le faible apport du banc de touche (Martial, Coman, Gignac en 2016, Dembélé, Fekir, Tolisso, Thauvin en 2018 pour ne citer qu'eux) divisait les 23 en deux catégories très distinctes et hermétiques. Et on a parfois dû davantage insister sur leur faculté à bien faire vivre le groupe (Rami, Kimpembe, Thauvin) que sur leur apport sur le terrain.
Ligue des Nations
Deschamps s'explique pour Mbappé : "Les intérêts peuvent diverger"
05/11/2020 À 15:27

Variété des profils, options plus larges

2019 n'avait pas vraiment changé la donne. Malgré les nombreuses absences sur blessure, seuls Clément Lenglet et Kingsley Coman semblaient bousculer une hiérarchie très établie. Si les finalistes de Moscou gardent une avance confortable sur la concurrence - la rentrée décisive de Pogba à Zagreb l'a rappelé - cette nouvelle année marque l'émergence de nouvelles options capables d'alimenter l'équipe de départ, de concurrencer certains tauliers ou, au moins, d'offrir un banc plus compétitif. Si les nouveaux systèmes n'ont pas totalement convaincu, ce n'est pas le cas des nouveaux visages.

"Avec Rabiot, Deschamps a peut-être trouvé le remplaçant de Matuidi"

Adrien Rabiot, Eduardo Camvinga, Anthony Martial, Clément Lenglet, Lucas Digne et Ferland Mendy ont deux points communs : ils ne sont pas champions du monde et ils ont montré, à des degrés différents, que Didier Deschamps pouvait compter sur eux. Ils ont apporté du culot, de l'audace, de la personnalité, de la variété et de la fiabilité à un banc qui en a trop souvent manqué. Martial peut enfin apporter ce danger offensif venu du banc ce qu'il fut absolument incapable de faire à l'Euro 2016. Digne, décidément intenable depuis son arrivée à Everton, et Mendy, purs latéraux de formation, offrent deux profils très offensifs derrière Hernandez et Pavard. Rabiot et Camavinga renouvellent le casting du milieu de terrain, permettent d'envisager l'avenir sereinement et de tourner avec plus de légèreté la page Matuidi.

Le 4-4-2 losange, mauvaise solution pour les Bleus

Des têtes qui dépassent

Samuel Umtiti, lui, a déjà trouvé un successeur en la personne de Clément Lenglet, souvent très juste en sélection. Ce rassemblement a permis à Presnel Kimpembe de s'offrir enfin un match référence avec les Bleus et de densifier un axe central où beaucoup de candidats postulaient mais peu de têtes dépassaient. L'ambianceur du Mondial est devenu un titulaire en puissance. Tout comme Corentin Tolisso qui a rappelé que son statut précaire au Bayern ne l'empêche pas de rendre service.
Seuls Dayot Upamecano, Houssem Aouar et Kinglsey Coman ont montré des limites. Mais le premier bénéficie du soutien total de Deschamps qui croit très fort en son potentiel, le second a trop de talent pour passer son tour aussi facilement et le troisième est sans doute celui qui avait le moins à prouver si on se souvient qu'il avait été la sensation de l'an dernier. Deschamps dispose d'un groupe solide, compétitif. Tous ses joueurs ne sont évidemment pas interchangeables mais le niveau n'a jamais semblé aussi dense.

Presnel Kimpembe face au Portugal

Crédit: Getty Images

Ligue des Nations
Martial remplace Giroud, Nzonzi et Tolisso plutôt que Pogba et Kanté
14/10/2020 À 17:39
Ligue des Nations
Cette fois, Deschamps a décidé de ne préserver ni les Parisiens ni les Rennais
13/10/2020 À 16:20