Les chiffres parlent d'eux-mêmes : Lewis Hamilton a conquis cette saison son 7e titre mondial, et avec 94 victoires - dont 10 cette saison - et 97 pole positions, il plane sur les deux autres records les plus prestigieux de la Formule 1. De son côté, son collègue de Mercedes, Valtteri Bottas, se débat pour signer une troisième victoire saisonnière et s'assurer la place de vice-champion du monde. Un minimum syndical qui peut encore lui échapper : il n'a que 27 points d'avance sur Max Verstappen (Red Bull), à trois courses de la fin du Championnat du monde de Formule 1 2020.

Abonnez-vous à Eurosport en profitant de notre offre Black Friday !

Bahrain Grand Prix
Comment Toto Wolff a fait de Mercedes une machine à gagner
27/11/2020 À 05:51

Duel avec Rosberg, remontée fantastique, miracle de Shanghai : le Top 5 de Lewis Hamilton

Ce contraste entre les pilotes de l'écurie allemande est saisissant, et le précédent Grand Prix, en Turquie, n'a fait que l'illustrer. Pendant que le Britannique accomplissait l'une des plus belles courses de sa carrière, le Finlandais se perdait dans les profondeurs du classement, avec pas moins de six tête-à-queue à son passif. Un calvaire valant une quatorzième finale.

Il faut bien le dire : Lewis Hamilton ne voudrait pas décourager le Nordique d'être son voisin de stand pendant quelques années encore ; aussi longtemps qu'il aura envie de poursuivre sa carrière, en fait. Le Britannique apprécie sa compagnie sans histoire et espère que son partenaire de travail ne finira pas par baisser les bras.

En qualification, la marge est plus faible

C'est peut-être pour cela que, jeudi à Sakhir, à la veille des premiers essais à Bahreïn, il a volé au secours de natif de Nastola, soulignant le mérite qu'il y avait à retourner chaque week-end au combat, pour essayer de le battre ; de temps en temps. "Valtteri n'a pas eu de chance en termes de fiabilité, ce qui rend donc l'écart au championnat encore plus grand qu'il ne l'est réellement", a-t-il prétendu dans un point media rapporté par motorsport.com. "En rythme de course, naturellement, on peut évidemment voir la régularité que j'ai eue cette année, et qui fait la différence."

"Toutes les voitures se valaient et Hamilton est le seul qui mérite une Mercedes"

C'est un fait : Lewis Hamilton est un véritable métronome : il reste sur 47 courses de suite dans les points - un record - et n'a échoué qu'une fois à marquer lors des 81 derniers Grands Prix, à Spielberg, en 2018. Ce jour-là, une panne de pompe à essence l'avait stoppé net. Sur la même période, il a essuyé pas moins de six abandons sur ennuis techniques.

"En qualification, la marge est plus faible. Il a déjà réduit l'écart en la matière, et c'était assez difficile, a-t-il noté. Ce n'est pas évident d'être mon coéquipier. Mais après un bon ou un mauvais week-end, il revient avec la même mentalité. Il ne gémit jamais, il ne se plaint pas de quelque chose de mauvais sur la voiture. Il dit la même chose : je dois faire un meilleur travail."

Bahrain Grand Prix
Russell bluffe-t-il ? "Mes chronos sont décevants pour le moment"
04/12/2020 À 22:02
Bahrain Grand Prix
Clair : "Si quelqu'un est dans un feu, il faudra qu'on l'en sorte !"
04/12/2020 À 21:06