A 64 points de retard au Championnat du monde, Valtteri Bottas n'avait déjà plus qu'un vague espoir d'empêcher son coéquipier Lewis Hamilton d'être titré cette année. La pole position en poche, le Finlandais avait quand même fait ce qu'il fallait pour contrarier le Britannique lors du Grand Prix de l'Eifel, dimanche. Le pilote de la Mercedes n°77 a failli se faire subtiliser sa première place au freinage du virage n°1 au départ, mais il a fait preuve d'autorité, roue dans roue avec la W11 n°44, pour garder son bien et diriger la course.

Grand Prix de l'Eifel
Le mystère est résolu : Stroll était positif à la Covid-19
HIER À 09:42

Malheureusement, il n'a tenu que 12 tours en tête, avant de commettre une faute lourde de conséquence au freinage du premier tournant, décidément crucial, à l'orée du 13e des 60 tours au programme, il n'a pu éviter un gros blocage de sa roue avant droite. Long sur le freinage, large par rapport à la trajectoire idéale, il a ouvert une porte dans laquelle Lewis Hamilton, à peine deux secondes derrière, s'est engouffré pour s'emparer des commandes de la 11e manche du Mondial.

Défaillance de MGU-H

Avec un gros plat sur son pneu, Bottas n'a eu d'autre option que rentrer au tour suivant. Pour se lancer au trousses de Daniel Ricciardo (Renault), troisième derrière Lewis Hamilton (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull). Après avoir doublé l'Australien au 16e passage, il a malheureusement perdu du rythme. : "Je n'ai pas de puissance ! Est-ce qu'il y a quelque chose à corriger ?" Il n'y avait rien à faire et il a dû rentrer au garage pour abandonner, sur souci de récupérateur d'énergie (MGU-H).

"J'ai juste perdu de la puissance, après la relance derrière la voiture de sécurité virtuelle, a-t-il expliqué. Ça n'est jamais revenu, je ne sais pas ce qu'il s'est passé." Concernant son erreur au n°1, il a reconnu sa responsabilité. "J'ai bloqué au virage n°1, peut-être à cause d'un peu de pluie. J'ai perdu la tête à ce moment là ; je n'ai pas pu reprendre ma position", a-t-il expliqué.

Grand Prix de l'Eifel
"Fini les gros roulages, les pilotes étaient contents de sortir de la prison du vendredi"
13/10/2020 À 15:15
Grand Prix de l'Eifel
"Ricciardo, l’année dernière c’était poker face, cette année c'est un sourire d'épanoui"
13/10/2020 À 15:11