Tout un symbole ! Cet après-midi, Lewis Hamilton (Mercedes) a égalé le record de victoires en F1 de Michael Schumacher (91) en s’imposant sur les terres du champion allemand, à 20km de Kerpen où le Baron Rouge a fait ses premiers tours de roue, sur le circuit du Nürburgring. Parti en deuxième position sur la grille, l’Anglais a profité d’une erreur de Valtteri Bottas au 12e tour pour ne plus jamais lâcher la tête de la course. Ce 91e succès, son 7e de la saison, le rapproche plus que jamais d’un septième titre mondial… comme Michael Schumacher.

Le film de la course

Grand Prix de l'Eifel
Fautif puis victime d'un abandon, Bottas a offert un boulevard à Hamilton
11/10/2020 À 13:30

Rien n’a détourné Lewis Hamilton de son objectif. Ni le blocage de roue de Bottas, surpris par quelques gouttes de pluie, ni la pression de Max Verstappen (Red Bull), 2e et auteur du meilleur temps en piste (1’28’’139), ni les cinq abandons qui ont rythmé le Grand Prix d’Eifel. Le déploiement de la voiture de sécurité après l’abandon de Lando Norris lors de la 44e boucle n’a eu aucun effet sur le natif de Stevenage, qui s’est envolé jusqu’au drapeau à damiers.

"Jamais je n’aurais pu m’imaginer m’approcher des records de Michael. Il a été dominant si longtemps, j’ai grandi en le regardant, en l’idolâtrant", a-t-il avoué après avoir reçu un casque du Baron Rouge des mains de son fils, Mick Schumacher, sous les applaudissements des 20 000 spectateurs. "C'est un immense cadeau."

Une Renault sur le podium !

Peu à l’aise lorsqu’il s’élance de la pole (5 victoires en 14 tentatives), Valtteri Bottas (Mercedes) a connu la malédiction du poleman au Nürburgring malgré un envol autoritaire : en 18 éditions, seuls Michael Schumacher (2001, 2004) et Mark Webber (2009) avaient réussi à convertir leur pole en victoire finale, tandis que six d’entre eux avaient été contraints à l’abandon. Sept, dorénavant, en incluant le Finlandais.

Son retrait a fait les affaires de Daniel Ricciardo. Le "Honey Badger" a refroidi les ardeurs de Sergio Pérez (Racing Point, 4e) et de Carlos Sainz (McLaren, 5e) en fin de course pour offrir à Renault son premier podium depuis le Grand Prix de Malaisie 2011 (3e place de Nick Heidfeld).

Hormis Esteban Ocon, qui a "perdu ses freins" au 23e tour, les Français ont été à la fête. Pierre Gasly (AlphaTauri) a subtilisé la 6e place à Charles Leclerc (Ferrari) et Romain Grosjean (Haas) a décroché ses deux premiers points de la saison. Il n’avait plus intégré le Top 10 d’une course depuis le Grand Prix d’Allemagne 2019, soit une disette longue de 20 meetings. Kimi Räikkönen (Alfa Romeo), nouveau recordman du nombre de départs en F1, échoue en P12, derrière Sebastian Vettel et son coéquipier Antonio Giovinazzi (10e).

Au championnat du monde des pilotes, toujours dominé par Lewis Hamilton (230 points), Valtteri Bottas accuse 69 points de retard et Max Verstappen 83. Au classement des constructeurs, Renault (5e) se place à deux unités de McLaren, six de Racing Point. Mercedes (391 points) possède 180 points d’avance sur Red Bull et personne ne semble en mesure d’entraver un septième titre mondial pour la marque à l’étoile.

Grand Prix de l'Eifel
Le mystère est résolu : Stroll était positif à la Covid-19
HIER À 09:42
Grand Prix de l'Eifel
"Fini les gros roulages, les pilotes étaient contents de sortir de la prison du vendredi"
13/10/2020 À 15:15