Ça y est ! Renault est monté sur cette troisième marche ! Pas celle du Grand Prix d'Emilie-Romagne, car Daniel Ricciardo comptait déjà un Top 3 cette saison, au Grand Prix de l'Eifel, mais bien du Championnat des constructeurs. Grâce aux 15 points récoltés par l'Australien dimanche sur l'autodrome d'Imola, l'écurie au Losange a passé d'un coup Racing Point et McLaren pour compléter le duo Mercedes - Red Bull, solidement en place depuis le début de la saison.
Le plus étonnant est que cette place n'était pas un objectif à la base, ni même un doux rêve. Et qu'il s'est imposé de lui-même au fur et à mesure des qualifications et résultats crescendo de son pilote australien. En courbe ascendante depuis les deux week-ends à Silverstone cet été, récompensé par une troisième place au Nürburgring grâce, c'est vrai à l'abandon de Valtteri Bottas (Mercedes), "Dan The Man" a conduit une course solide, éclairée, et a cette fois profité de l'abandon de Max Verstappen (Red Bull) pour accompagner les pilotes de Mercedes, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, sur le podium.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Hamilton : "Il n'y a aucune garantie pour que je sois là l'an prochain"
01/11/2020 À 16:40
Qualifié cinquième, Daniel Ricciardo a d'emblée doublé Pierre Gasly (AlphaTauri) pour s'installer à la quatrième place, sous la pression de Charles Leclerc (Ferrari). Il aurait pu rester à cette position, ou même la perdre s'il avait choisi de prendre des gommes neuves lors de la neutralisation du 52e tour, pour dégager la Red Bull de Max Verstappen. Ce que Sergio Pérez (Racing Point) a fait, lui offrant la troisième place. Qu'il a gardée en résistant dans les onze derniers tours à l'improbable Daniil Kvyat (AlphaTauri), auteur de sa meilleure course de la saison.
Malheureusement, l'autre RS20 n'a pas fini, Esteban Ocon ayant été stoppé au 28e passage par un problème de transmission encore à confirmer.

Hamilton "victime" du shoey

"C'est fou !, s'est-il exclamé, au micro de Canal+. C'est le deuxième en trois courses. Quand j'ai vu la voiture de sécurité arriver, à cause de Max, je savais que c'était difficile de dépasser ici, je n'ai donc pas voulu rentrer au stand. J'attendais de savoir ce que le team allait me dire à la radio. Et même s'il m'avait dit 'Rentre au stand', j'aurais dit 'Non, je reste en piste'. J'ai dit que c'était bon avec les pneus, ils ont décidé de me laisser en piste. Après, j'ai fait un restart correct. Il y a eu une relance correcte, j'ai vu Kvyat revenir sur moi, et je ne savais pas d'où il arrivait mais j'ai réussi à le tenir."
Après l'oubli du Nürburgring, on a donc assisté au retour du shoey, ce cérémonial très personnel qu'il a mis en place sur les podiums, en invitant l'un de ses voisins à boire dans sa bottine. Cette fois, sa victime s'appelait Lewis Hamilton. Et c'était plutôt inattendu. "Je ne sais plus à quel podium c'était, il y a trois ou quatre ans, il m'avait dit 'Tu ne me feras jamais boire dans ta chaussure. Il ne faut jamais dire jamais ! 2020 est vraiment une année folle", a-t-il conclu.

Ocon maudit : visière coincée et bris de boîte

Mais s'il ponctue chacune de ses performances de boutades, de blagues, il a promis qu'il ne referai pas le coup du tatouage à son patron, Cyril Abiteboul. Qui s'était seulement engagé à se faire faire un dessin au choix de l'Aussie à l'occasion du premier podium qu'il réaliserait. "Cette fois, il n'y aura pas de deuxième tatouage. Je pense que Cyril a assez souffert !", a-t-il confirmé.
https://i.eurosport.com/2020/11/01/2926850.jpg
Si Daniel Ricciardo a donc gonflé le capital de Renault de 15 points supplémentaires pour le faire culminer à 135, soit un de plus que McLaren et Racing Point, le pilote de Perth rester solidement arrimé à la quatrième place au Championnat du monde Pilotes, dix longueurs (95 pts contre 85) devant Charles Leclerc (Ferrari), ce qui là encore était à peine imaginable en juillet dernier, lorsque le Mondial a commencé.
En revanche, Esteban Ocon a continué de manger son pain noir, en concédant son quatrième abandon saisonnier, le plus lourd total après Kevin Magnussen (5). "C'était un week-end difficile dans l'ensemble avec une succession de malchance, a expliqué le Normand. Nous avons eu quelques soucis cet après-midi. Un tear-off (visière amovible en plastique) dans une écope de freins nous a poussé à un premier arrêt anticipé pour le retirer, puis nous avons eu un problème de boîte de vitesses. Je suis néanmoins très heureux de ce nouveau podium pour l'équipe et j'adresse toutes mes félicitations à Daniel. C'est très positif pour l'écurie. Nous montons en puissance et la fin de saison ainsi que les prochains mois s'annoncent bien."

Ricciardo a bien piloté pendant… la voiture de sécurité

"Je voudrais commencer par m'excuser auprès d'Esteban comme il s'agit d'un nouvel abandon dû à un problème technique, a déclaré Cyril Abiteboul, le directeur d'équipe. Il n'était pas très loin hier et il avait pris un bel envol pour être dans le match malgré un arrêt anticipé pour retirer un tear-off d'une écope. Il a ensuite connu un souci causant des problèmes sur sa boîte de vitesses et il a dû abandonner. C'est dommage comme Daniel a montré que le rythme et la compétitivité sont là quand la monoplace est fiable."
"Une fois de plus, la course a joué en notre faveur, a-t-il reconnu. Nous semblions nous diriger vers la cinquième place puisque Pérez pouvait profiter de son départ en 'medium' et nous étions prêts à nous satisfaire de ce résultat jusqu'à ce que l'abandon de Verstappen redistribue les cartes. Nos stratégistes ont fait le pari audacieux de ne pas repasser par les stands en estimant que nous avions les gommes et le rythme nécessaire pour contenir nos poursuivants. C'était très courageux, mais cela a payé grâce à un pilotage fantastique de Daniel. Avec ses ingénieurs, il a réussi à maintenir exactement la température requise pour ses pneus pendant la longue intervention de la voiture de sécurité, puis il a effectué un final incroyable pour nous offrir un nouveau podium à l'arrivée."
https://i.eurosport.com/2020/11/01/2926862.jpg
Et désormais, il n'y a qu'une façon d'aborder les quatre dernières courses de 2020. "Nous sommes maintenant troisièmes du championnat et nous devons nous approprier cette position tout en nous concentrant sur les prochains week-ends qui arriveront très rapidement", a rappelé le manager d'Enstone et Viry-Châtillon. Qui a fini par un mot d'admiration pour les champions du jour. "J'aimerais féliciter Mercedes pour ce septième titre mondial. Il s'agit d'un exploit phénoménal qui continuera de nous inspirer dans tout ce qu'il nous reste à accomplir", a-t-il assuré.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Sur le podium du Mondial, Renault a-t-il vraiment repris la main ?
09/11/2020 À 22:40
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Renault, McLaren, Racing Point : la lutte pour la 3e place du Mondial en datavisualisation
05/11/2020 À 16:14