Charles Leclerc avait limité la casse. Cette fois, il a précipité le désastre. Miraculeux deuxième lors de la première manche du Mondial, le Monégasque a commis l'irréparable une semaine plus tard, dans le cadre du Grand Prix de Styrie. Il n'a pu qu'admettre son erreur, quelques instants après avoir percuté la monoplace de son coéquipier Sebastian Vettel, provoquant un double abandon de Ferrari.

Grand Prix de Styrie
Un accrochage au premier tour et un double abandon : Ferrari a touché le fond
12/07/2020 À 13:16

"Clairement, c'est de ma faute. Il n'y a pas de discussion sur ça, a-t-il confié au micro de Canal+. Aujourd'hui, j'ai fait le con, tout simplement. Il n'y a pas d'autre mot. Il faut l'avouer." Il n'y a jamais de moment idoine pour commettre une telle erreur mais celle-ci est bien mal tombée. Larguée techniquement, la Scuderia espérait une nouvelle fois s'en sortir avec quelques points, en attendant plusieurs évolutions aérodynamiques prévues pour les semaines à venir.

J'ai été stupide et j'apprendrai

"En plus de cela, ce n'est pas le moment, a ajouté le pilote de 22 ans. Il faut prendre les opportunités qu'on a et aujourd'hui, on aurait pu en avoir une. [...] Aujourd'hui, j'ai tout foiré. J'ai mis l'écurie là où il ne fallait pas. J'en prends la responsabilité." Au virage N.3, le plus délicat du Red Bull Ring, Leclerc a tenté de gagner plusieurs places à l'intérieur. Résultat, il a décollé sur le vibreur et sa monoplace a ricoché sur celle de son voisin de box. "Ce n'est clairement pas passé, j'ai été stupide et j'apprendrai", a-t-il lâché.

Sur son compte Twitter, Leclerc en a rajouté une couche. "Je suis déçu de moi. Je suis désolé, mais être désolé ce n'est pas suffisant. Sebastian n'a commis aucune faute aujourd'hui. J'ai laissé tomber l'équipe alors qu'elle a bossé tout le week-end pour mettre au point nos innovations sur la voiture. Je voulais trop gagner de places lors de ce premier tour. Je vais en tirer une bonne leçon."

Vettel, lui, est apparu abattu par ce nouveau coup dur. "Je n'avais aucun autre endroit où aller, a-t-il analysé auprès de la chaîne cryptée. Un cauchemar ? J'espère que je vais me réveiller surtout. Il faut qu'on continue à avancer." Ce double abandon rappelle celui survenu au Brésil, en fin de saison dernière. Même si à Interlagos, aucun des deux pilotes n'avait souhaité endosser la responsabilité de l'accident. A l'époque, la Scuderia n'imaginait certainement pas se retrouver dans une situation aussi critique, quelques mois plus tard.

La Ferrari de Charles Leclerc lors du Grand Prix de Styrie 2020

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Styrie
Classe de Button, maîtrise du money time et modernité : Norris, plus qu'un tube de l'été ?
14/07/2020 À 17:27
Grand Prix de Styrie
"Leclerc nous a un peu fait une Grosjean, il a débranché"
14/07/2020 À 14:34