Max Verstappen est champion du monde. Une phrase, six mots et une nouvelle étoile qui s'élève dans le ciel d'Abu Dhabi. Le Néerlandais a conquis son premier titre suprême dans les ultimes virages de l'ultime tour du dernier Grand Prix de la saison, dimanche après-midi, à la relance d'une course pleine de rebondissements. Lewis Hamilton (Mercedes) était tranquillement installé en tête, un huitième sacre lui tendant les bras, quand un crash de Nicholas Latifi et la sortie de la voiture de sécurité ont décidé d'une autre fin. Lâchés comme deux fauves pour la dernière boucle, Verstappen et Hamilton se sont écharpés. Le pilote de Red Bull, équipé de tendres neufs, a finalement dévoré le septuple champion du monde dans l'hystérie collective !
Ils nous ont réservé un final d'anthologie, à la hauteur d'une saison 2021 à peine croyable. On pensait la course jouée dès le premier virage, le suspense balayé par un Hamilton conquérant à l'envol, insensible aux attaques de Verstappen et au jeu d'équipe de Red Bull. Les célébrations pour le huitième titre historique du Britannique s'annonçaient fabuleuses, fastueuses, le champagne promettait de couler à flot. On était loin d'imaginer que le Grand Prix du siècle se dessinait sous nos yeux.
Grand Prix d'Abu Dhabi
Latifi choqué par "la haine et les menaces" après son accident lors du Grand Prix d'Abu Dhabi
21/12/2021 À 16:32
C'est finalement la voiture de sécurité, déployée à six tours du terme après le crash de Nicholas Latifi (Williams), qui a offert un invraisemblable dénouement. Et Verstappen a senti le cours de l'Histoire changer. Il fut le seul. Il avait déjà plongé dans la voie des stands à l'apparition de la voiture de sécurité virtuelle au 36e tour pour chausser de nouveaux pneus "dur". Déchu de sa position de tête, dans la peau du chasseur pendant 53 boucles, le Néerlandais n'avait plus rien à perdre. Va pour le pari des gommes "tendre" !

Lewis Hamilton et Max Verstappen, lors du dernier Grand Prix de la saison - 12/12/2021

Crédit: Getty Images

Red Bull a senti le vent tourner

On ne savait toujours pas si la course allait reprendre ou si l'affrontement final allait se conclure piteusement derrière la voiture de sécurité. Mais la firme de Milton Keynes avait déjà choisi son camp. Le signal fut donné à l'amorce du dernier tour. Hamilton, qui a dû composer avec la défense héroïque du soldat Sergio Pérez entre le 20 et le 21e tours, était fou de rage. Verstappen, lui, anormalement calme. Sûr de lui, de son destin et de cette décision qui allait déloger le Britannique et faire de lui le premier Néerlandais champion du monde de Formule 1.
L'Histoire s'est écrite sur une réaccélération et une manoeuvre victorieuse à l'intérieur du virage n°5, causes de nombreuses extinctions de voix dans les prochains jours. Le Britannique et ses pneus "dur" vieux de plus de 30 tours ont mis un genou à terre. A 24 ans, le fougueux pilote a décroché le Graal au terme d'une saison époustouflante et ouvert la voie à la nouvelle génération. Hamilton est tombé à la fin de l'ère hybride, qu'il a dominée de la tête et des épaules. Red Bull a bousculé comme jamais Mercedes, une écurie qui survole la concurrence depuis 2014 et qui conserve tout de même le titre Constructeurs. Vivement 2022 !

Max Verstappen.

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Abu Dhabi
La FIA va étudier les événements controversés de la course
15/12/2021 À 20:35
Grand Prix d'Abu Dhabi
Incidents, réclamations de Mercedes… Que dit le règlement ?
13/12/2021 À 19:49