Il s'y attendait, avait même désinstallé Instagram et Twitter de son téléphone après la course. Et pourtant, Nicholas Latifi a tout de même été choqué par les torrents de "haine et menaces" reçues sur les réseaux sociaux après son accident lors du GP d'Abu Dhabi.
Pour rappel, le pilote de chez Williams a percuté un mur dans un virage à 6 tours de l'arrivée. Entraînant ainsi l'intervention de la voiture de sécurité sur le circuit de Yas Marina, permettant à Max Verstappen de refaire son retard sur Lewis Hamilton et être couronné champion du monde de F1.
Grand Prix d'Abu Dhabi
La FIA va étudier les événements controversés de la course
15/12/2021 À 20:35
Beaucoup de haine et d'abus
Sur Twitter, il a tenu à s'exprimer à coeur ouvert : "On a beaucoup parlé de la situation qui s'est produite après mon abandon à Abu Dhabi. J'ai reçu des milliers de messages [...]. La plupart m'ont soutenu, mais il y a eu aussi beaucoup de haine et d'abus". Le pilote canadien s'est également montré très touché : "Il ne s'agit pas d'une déclaration scénarisée, mais plutôt un espoir de susciter un débat sur le harcèlement en ligne et les conséquences dramatiques qu'il peut avoir".
Il a également affirmé que les auteurs de tels messages ne sont pas "des vrais fans de ce sport" et a tenu à se montrer ferme : "Utiliser les réseaux sociaux comme un canal pour attaquer quelqu'un avec des messages de haine, d'abus et de menaces de violence est choquant. C'est quelque chose que je dénonce." Avant de terminer sur une touche d'espoir, espérant que le partage de ses pensées "soulignera la nécessité d'agir. Si j'ai aidé ne serait-ce qu'une personne, alors ce message en valait la peine."

Nicholas Latifi (Williams)

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Abu Dhabi
Incidents, réclamations de Mercedes… Que dit le règlement ?
13/12/2021 À 19:49
Grand Prix d'Abu Dhabi
"Le directeur de course Michael Masi a envoyé Hamilton à l'abattoir"
13/12/2021 À 17:22