Lewis Hamilton en a pris un coup sur la tête, samedi. Dominateur des essais libres 2, vendredi sur le circuit de la marina de Yas, le Britannique avait de quoi être confiant pour répliquer sa performance dans des conditions similaires vingt-quatre heures plus tard, afin de se mettre dans la meilleure des positions pour le départ du Grand Prix d'Abu Dhabi.
Encore le plus rapide lors du dernier entraînement, l'Anglais n'a rien pu faire contre Max Verstappen (Red Bull), à qui il contestera le titre de champion du monde dimanche, à partir de 14h. C'est pour l'heure encore l'égalité (presque) parfaite entre lui et le Néerlandais, et celui qui franchira en premier l'arrivée décrochera normalement le Graal.
Grand Prix d'Abu Dhabi
Une pole et un coup de poker pour Verstappen
11/12/2021 À 14:06

Bottas ne lui a pas donné l'aspiration

Lewis Hamilton a attaqué la qualification avec 0"214 d'avance sur le pilote de Red Bull, samedi. Il a survolé la Q1 en "medium", en tournant 0"477 plus vite que le Batave, puis il s'est retrouvé à 0"345 de son rival en Q2 parce que ce dernier avait chaussé, contraint et forcé, des "tendre" après un plat sur un pneu. Enfin, il a réalisé en Q3 qu'il était passé pour de bon derrière la RB16B n°33. Battu de 0"511 dans son premier run, il a réduit son retard à 0"371 dans son ultime tentative, sans avoir le sentiment qu'une autre issue aurait été possible. Il l'avait d'ailleurs bien annoncé vendredi : si Max Verstappen était allé au bout de son dernier tour à Djeddah, il se serait retrouvé à 0"4.
Samedi, LH44 s'est incliné aussi avec ses idées car il a refusé que Valtteri Bottas lui donne l'aspiration comme Sergio Pérez l'a fait pour Max Verstappen. Un coup de pouce valait 0"1 à 0"2, a estimé Christian Horner, le patron de Red Bull Racing, mais le septuple champion du monde a voulu une fois de plus piloter sans l'incertitude de ce stratagème. Qui, mal exécuté, peut coûter bien plus cher qu'il ne rapporte.
Je ne sais pas si ça tient à la préparation des pneus
Jamais, durant ces deux tours, il n'a été en mesure de challenger "Super Max", et il en a accepté l'augure. Avec, c'est peut-être plus qu'une consolation, la conviction qu'il a adopté la meilleure stratégie en démarrant en "medium", alors que son adversaire sera en "tendre".
"Max a fait un super tour, a-t-il reconnu. Nous ne pouvions tout simplement pas rivaliser à la fin. Il avait l'air déjà très rapide lors des essais libres."
https://i.eurosport.com/2021/12/11/3269904.jpg
"C'était un tour fantastique de sa part mais nous sommes dans une bonne position pour la course, a-t-il poursuivi. Dans mon premier tour en Q3, j'ai perdu un peu de temps dans le dernier virage et le n°5, mais mon dernier tour était joli, propre. Je ne pouvais tout simplement pas aller plus vite. Je ne sais pas si ça tient à la préparation des pneus ou quelque chose d'autre, en termes de tour de chauffe, mais je ne pouvais pas battre ce chrono et il a mérité sa pole. Je suis quand même en première ligne, avec des pneus différents et je pourrai voir où il sera. De là, nous pourrons essayer de naviguer."
"Dans un monde idéal, nous devions être en pole, a-t-il lâché pour Sky Sports. Nous pensions avoir la vitesse, mais ils ont été rapides au bout du compte. Je ne suis pas complètement surpris." Effectivement, Max Verstappen s'était montré le plus rapide en action vendredi matin, et son équipe avait expliqué son gros retard en essais libres 2 par une option de réglages "trop agressive."
Tenter un undercut agressif
"Il y a des jours comme ça, a soupiré son patron, Toto Wolff. Il faut le prendre comme ça, et ça fait 1-0 pour eux. Ils ont mis les pneus dans une fenêtre parfaite lors du dernier run. L'aspiration a fonctionné sans écueil et c'est pour ça qu'ils sont en pole."
"Je préfère qu'on démarre en 'medium', a-t-il insisté. Nous aurons un léger désavantage au départ, et sur les six-sept premiers tours j'imagine. Mais nous pouvons aller plus loin avec, ou alors tenter un undercut agressif pour essayer de contrôler la position en piste."
https://i.eurosport.com/2021/12/11/3269847.jpg
"Cette nuit, nous allons faire tourner beaucoup de programmes et d'algorithmes pour nous aider à définir notre stratégie, a précisé le manager autrichien. La vitesse était là en essais libres, on ne sait évidemment pas sur les longs runs, mais la voiture la plus rapide, quelle qu'elle soit, gagnera. On est sur le mauvais pied mais ce n'est parfois pas un mauvais point de départ. Je pense que Lewis va être en colère, et c'est bon. Il sera super motivé dimanche et il partira à la chasse, comme toujours."

"C'est Lewis dans la voiture"

"Pour Valtteri, l'écart entre P3 et P6 était d'un dixième, donc c'est malheureux qu'il commence dans ce groupe, mais il a juste besoin de passer le premier ou les deux premiers tours pour ensuite remonter", a-t-il conclu, à propos du Finlandais qui a priori ne pourra pas jouer le rôle d'arbitre espéré dans les premiers tours.
Du côté des technicien, on a reconnu que les courbes de performance s'étaient croisées. "La voiture était à son top en essais libres 1 puis elle est devenue moins compétitive au fur et à mesure, a estimé Andrew Shovlin, l'ingénieur en charge des Opérations en piste. Une longue nuit nous attend pour évaluer les différentes options de stratégie mais nous avons montré un bon rythme récemment, en plus de la capacité à regagner des positions et dépasser en piste. Nous avions un challenge bien plus grand au Brésil et nous avons montré de quoi nous étions capables."
"C'est une longue course, et c'est Lewis dans la voiture", a lâché Toto Wolff, à Sky Sports. Prêt à amener la W12 dans une autre dimension.
Grand Prix d'Abu Dhabi
Latifi choqué par "la haine et les menaces" après son accident lors du Grand Prix d'Abu Dhabi
21/12/2021 À 16:32
Grand Prix d'Abu Dhabi
La FIA va étudier les événements controversés de la course
15/12/2021 À 20:35