La note : 3/5

Une course rythmée par neuf abandons et trois voitures de sécurité, c'est une défaite du sport. A part ça, deux virages, le n°3 et le n°4, ont prouvé qu'il est possible de créer l'action suffisante pour faire un beau Grand Prix.

Grand Prix d'Autriche
Grosjean : "Je trouve inadmissible qu'Hamilton gagne plus de 35 millions par an"
05/07/2020 À 08:34

Le vainqueur : Valtteri Bottas (Mercedes)

Il a été un peu l'alpha et l'omega de cette première manche. Samedi, il claque un temps qui met Hamilton sur le fil du rasoir. Et provoque la perte de son coéquipier britannique par drapeau jaune interposé. Dimanche, il ne lui donne aucune chance sur trois restarts autoritaires. Sans jamais donner un signe de fébrilité. Du pur Bottas de début de saison. Quand il part devant et qu'il contrôle, il est imbattable. Reste à reproduire ça...

Le battu : Lewis Hamilton (Mercedes)

Qui d'autre que lui ? Le Britannique a payé cash ses erreurs de jugement. C'est vrai, le timing ne l'a pas avantagé : les Mercedes étaient engagées dans un nouveau tour lorsque de la voiture de sécurité a été déployée au 60e tour. Ce qui l'a obligé à lutter en "dur" usés contre Alexander Albon (Red Bull) en "tendre" frais à l'orée des 15 derniers tours. Un duel déséquilibré façon Verstappen vs Leclerc dont il n'a pas su sauver les meubles. Un quatrième Grand Prix d'Autriche de suite sans podium, une drôle de stat dans sa carrière.

Le maudit : Max Verstappen (Red Bull)

La fin de la baraka ! Victoire en 2018 et en 2019, réclamation de Red Bull suivie d'une pénalité de trois places pour Lewis Hamilton... En partant de la deuxième place, le Néerlandais pensait ne plus avoir qu'à régler son compte à Valtteri Bottas, façon Charles Leclerc (Ferrari) l'an passé, pour triompher. Mais un problème encore non élucidé l'a stoppé net. "Cela aurait été un podium facile", a-t-il dit.

Le performer : Lando Norris (McLaren)

Propulsé de la dernière heure troisième sur la grille, le jeune Britannique a fait une course de taulier, en menant ses combats avec lucidité, toujours dans le Top 5 en compagnie d'Alexander Albon (Red Bull) et Sergio Pérez (Racing Point), avec lequel il a eu une passe d'arme virile.

Pour subtiliser la troisième place à Lewis Hamilton, McLaren lui a donné toute la puissance du Renault dans le dernier tour. Pari réussi, avec le point du meilleur tour ! Bref, une course-référence soldée par un premier podium en Formule 1 qui représente un énorme bol d'air pour McLaren, l'une des écuries sorties la plus affaiblie de la crise sanitaire.

Le miraculé : Charles Leclerc (Ferrari)

Deux deuxième places en un an à Spielberg acquis à travers des scenarios bien différents. A en devenir presque nostalgique de la défaite de 2019, qui appelait des victoires... Il a profité des opportunités, il a aussi montré le fossé qui le séparait de Sebastian Vettel, empêtré dans les problèmes tout le week-end.

L'anonyme : Kimi Räikkönen (Alfa Romeo)


En roue libre tout le week-end. Nulle part en qualification (19e), il a fait tout le Grand Prix derrière Antonio Giovinazzi avant qu'une roue de sa C39 ne se détache.

Le bonus : Un examen de passage réussi

4000 tests et aucun cas de Covi-19 dans le paddock. Un Grand Prix à rebondissements malgré l'absence de public. Le format adapté aux contraintes sanitaires actuelles tient la route. "Je dois dire que la Fédération internationale de l'automobile, la FOM et la F1 ont fait un très bon travail en mettant tout en place, a dit Valtteri Bottas. Nous sommes bien protégés, c'est bien organisé, assez clair. Nous pensons tous que le risque que quelqu'un tombe malade est minime."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1171x739:1173x737)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/07/06/2845634.jpg

Le malus : Renault

On peut toujours se dire que le Losange a scoré à Spielberg pour la première fois de son retour, en 2016. Pour autant, le compte n'y est pas. Daniel Ricciardo, qui a tenu la baraque tout le week-end, aurait dû finir septième s'il n'avait été stoppé de façon préventive par un problème présumé de refroidissement. Esteban Ocon, huitième, n'a joué aucun rôle, ni samedi ni dimanche. Une bonne nouvelle au moins : Sebastian Vettel n'a pas envie de stopper sa carrière et Mercedes n'a pas besoin de lui en 2021.

L'image : Les 20 pilotes à l'unisson pour Black Lives Matter

Tee-shirt Black Lives Matter, genou à terre... Hamilton et les pilotes mobilisés contre le racisme

La question : Fallait-il sanctionner Lewis Hamilton ?

Oui. Quand un pilote est battu sur une manoeuvre aussi propre que celle opérée par Alexander Albon (Red Bull), il ne doit constituer aucune gêne. Malheureusement, il n'est plus dans la nature des pilotes de lever le pied pour s'incliner sans broncher. Le Britannique a continué d'accélérer et la perte de contrôle est de sa responsabilité.

La stat : 4

Aucun podium pour Lewis Hamilton (Mercedes) lors des quatre dernières éditions du Grand Prix d'Autriche.

La déclaration : Sebastian Vettel (Ferrari)

Ce fut difficile. Je suis content de n'avoir fait qu'un tête-à-queue…

Grand Prix d'Autriche
"Verstappen, challenger des Mercedes ? C'est raté"
08/07/2020 À 07:45
Grand Prix d'Autriche
"Le Grosjean bashing, c'est facile, j'aurais bien aimé son explication sur sa sortie"
08/07/2020 À 07:39