La tribune Oranje a bruissé de clameurs sur le Red Bull Ring. Samedi, la marée des supporters de Max Verstappen (Red Bull) a salué les meilleurs tours successifs de son idole en qualification comme autant de coups de boutoir à ses adversaires, et elle a même fait des extras en donnant de la voix au fil des exploits de Lando Norris (McLaren) et Sergio Pérez (Red Bull), qui ont fait reculer les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas aux quatrième et cinquième rangs sur la grille de départ.
En 1'03"720, le pilote de la Red Bull n°33 a empoché sa septième pole position en carrière, sa troisième de suite, à l'issue d'une Q3 qu'il a jugée "plutôt mauvaise". Peut-être parce qu'il a n'a pas amélioré lors de sa seconde tentative et qu'il a failli se faire battre par Lando Norris. Véritablement valeur montante, le jeune Britannique a échoué à 0"048 du Batave, et s'est permis, fidèle à lui-même, un trait d'humour en remerciant les fans oranges, vêtus de la couleur de son écurie.
Grand Prix d'Autriche
Bad boy à Spielberg, Norris a ajouté la mauvaise foi dans sa panoplie de futur champion
06/07/2021 À 17:38
Sergio Pérez troisième sur le fil sur la seconde Red Bull, qu'il ne parvenait pas à faire fonctionner depuis le début du week-end, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont donc saturé au quatrième et cinquième places, à respectivement à 0"329 et 0"387. Une nouvelle déconvenue pour l'écurie de Brackey, qui a stoppé le développement de sa W12, et qui avait toujours signé l'un des deux meilleurs tours le samedi après-midi, hormis à Monaco.

Russell a épaté, Vettel sanctionné ?

Les Red Bull et les Mercedes sur le haut de grille et seulement perturbées par la McLaren de Lando Norris, Pierre Gasly (AlphaTauri) a donc pris le meilleur des accessits restants, à avoir la sixième comme samedi dernier. Impeccable, le Français a montré que l'équipe de Faenza a réussi à optimiser les réglages de l'AT02 quels que soient les circuits et les variantions de gommes, et la présence de son coéquipier Yuki Tsunoda juste derrière lui n'a fait que renforcer cette certitude.
En revanche, si l'on s'attendait à la participation des Aston Martin en Q3, celle de George Russell a véritablement subjugué. Le Britannique de Williams, candidat pour devenir le coéquipier de Lewis Hamilton chez Mercedes l'an prochain, a arraché un superbe neuvième temps, à seulement 0"021 de l'AMR01 de Sebastian Vettel. Et l'histoire n'est peut-être pas terminée pour lui, car le quadruple champion du monde a failli causer un grave accident en roulant au ralenti dans le virage n°9, en pleine trajectoire. Dans la fin de son tour rapide, Fernando Alonso (Alpine) a évité le drame de justesse. Pour cette imprudence, même, s'il a expliqué avoir été piégé par d'autres concurrents qui l'ont doublé entre les virages 8 et 9, Vettel ne devrait pas échapper à une lourde sanction. Qui ferait remonter George Russell d'un cran.
Impressionnant au moment où Mercedes n'a visiblement pas pris sa décision sur son binôme 2022, George Russell est le responsable direct de l'absence des Ferrari en Q3. Car sans lui, Carlos Sainz aurait au moins passé le cut. L'Espagnol s'est classé onzième et son coéquipier Charles Leclerc douzième, et ils ont justifié cette contre-performance par l'inadaptation de leurs SF21 aux gommes "medium" sur la piste styrienne.
Et puis, si Daniel Ricciardo a continué son chemin de croix chez McLaren (13e), et si Fernando Alonso aurait été facilement en Q3 sans la gêne de Sebastian Vettel, Esteban Ocon (Alpine) a connu une nouvelle défaillance inquiétante en sortant dès la Q1, avec le dix-septième temps, comme la semaine passée.
Grand Prix d'Autriche
19 points de superlicence perdus, où est passé le code de bonne conduite ?
06/07/2021 À 17:13
Grand Prix d'Autriche
Facile vainqueur, Verstappen fait le break sur un Hamilton laborieux
04/07/2021 À 14:28