Ce n'est pas ce dont Red Bull rêvait, ni même ce qu'elle avait annoncé. Impatiente de pouvoir enfin dominer la Mercedes de Lewis Hamilton, autant en qualification qu'en course, l'écurie autrichienne s'était répandue en spéculations sur les capacités de sa machine ce week-end au Grand Prix d'Emilie-Romagne. A l'entendre elle était plus prometteuse qu'il y a trois semaines au Grand Prix de Bahreïn.
Saison 2022
Quelle écurie pour Gasly en 2022 ? Le piège Red Bull, l'impasse Mercedes et le pari Alpine
17/04/2021 À 11:26
Il n'en a rien été, à double titre. A Imola, Lewis Hamilton a battu les machines de Milton Keynes en signant sa 99e pole position en carrière, la 30e sur un circuit différent, un nouveau record. A plus d'une demi-seconde de la RB16B n°33 du Néerlandais le matin lors des essais libres 3, le septuple champion du monde britannique a opéré un spectaculaire redressement en arrachant le meilleur tour en 1'14"411. Un échec alourdi par une autre contrariété pour l'équipe autrichienne, puisque son pilote vedette a été battu par son nouveau coéquipier, Sergio Pérez, pour le bénéfice du deuxième emplacement sur la grille de départ.
Red Bull bientôt au pouvoir ? La saison de Vettel déjà fichue ? Mazepin, le nouveau bad boy de la F1 : écoutez le podcast des Fous du volant

Pérez devant Verstappen

Au cours d'une séance sous haute tension, interrompue par le crash du débutant japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri), il fallait savoir plus que jamais attaquer sans dépasser les limites, sous peine de voir son chrono annulé. Ce n'était pas une nouveauté puisque les pilotes l'avaient expérimentés l'an dernier déjà, lors du premier Grand Prix d'Emilie-Romagne de l'histoire.
Ces conditions ont peut-être modelé la grille de départ, puisque certains pilotes ont regretté d'avoir été trop prudents, comme Sergio Pérez. D'autres ont tout simplement fauté comme Max Verstappen, alors que Lando Norris (McLaren) a raté une place en première ligne à cause justement d'un hors limite. Au final, Sergio Pérez, éliminé en Q2 à Sakhir, a signé son premier gros coup chez Red Bull en battant Max Verstappen.
Ces trois-là n'ont pas été les seuls en lice pour la pole position car Lando Norris aurait pu les coiffer au poteau s'il n'avait été victime de son tempérament trop offensif. Sorti trop large, l'espoir de McLaren a vu son deuxième temps annulé au dernier moment, ce qui l'a rejeté au septième rang derrière son coéquipier Daniel Ricciardo, qu'il avait jusque-là copieusement dominé.

Leclerc et Gasly bien placés

C'est donc dans ces conditions que Charles Leclerc (Ferrari) a réservé la quatrième place sur la grille, à 0"329, ce qui témoigne des progrès de la Scuderia sur ce circuit qui réclame de la tenue de route sur ses nombreux changements de directions, et de relances demandées au moteur.

"Leclerc est en train de devenir le Messi de la Scuderia"

Et puis, c'est sans doute l'autre performance un peu moins visible mais bien notable de cette session : Pierre Gasly a signé un superbe cinquième temps au volant de son AlphaTauri, à 0"379. Une performance qui a conforté sa place de leader dans l'écurie italienne par rapport à son coéquipier rookie, Yuki Tsunoda, et ses ambitions de courir pour une équipe plus huppée en 2022.
Valtteri Bottas très décevant huitième à bord de la seconde Mercedes après avoir dominé les essais vendredi et la Q1 ce samedi, Esteban Ocon a sauvé les meubles chez Alpine (9e), sans dissiper l'impression de gâchis après un dernier entraînement bouclé dans le top 10 car Fernando Alonso a été recalé en Q2 (15e). Lance Stroll (Aston Martin) moins bien qualifié parmi les hommes de la Q3, on note surtout l'échec retentissant de Carlos Sainz (Ferrari), 11e.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
On peut souffler chez Alpine : la pénalité contre Räikkönen à Imola est maintenue
02/05/2021 À 20:04
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Avec Verstappen, Hamilton face au défi de l'anti-Rosberg
21/04/2021 À 23:43