Toto Wolff avait prétendu qu'il ne s'occupait pas des relations entre ses pilotes et leurs autres collègues du paddock lorsqu'on lui avait demandé, en début de semaine, si Lewis Hamilton n'avait effectivement plus parlé à George Russell depuis le remplacement du septuple champion du monde, atteint par le Covid-19, par l'espoir Britannique de Williams au Grand Prix de Sakhir l'an dernier. Il s'agissait pourtant de la star de son équipe et d'un pilote qu'il a sous contrat - pour dix ans - et qu'il a mis en couveuse au sein de son ancienne écurie.
Le film de la course
Néanmoins, le directeur d'équipe de Mercedes ne pourra cette fois pas se défiler. Il n'échappera pas à l'arbitrage nécessaire entre son autre titulaire, Valtteri Bottas, et ce même George Russell.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
On peut souffler chez Alpine : la pénalité contre Räikkönen à Imola est maintenue
02/05/2021 À 20:04
Dimanche, au 32e des 63 tours du Grand Prix d'Emilie-Romagne, la lutte entre ces deux protagonistes pour la neuvième place de la deuxième manche du Mondial, à Imola, a très mal tourné. Attaqué au début du tour par l'outsider de l'écurie de Grove, auteur d'une superbe qualification au 12e rang, Valtteri Bottas a braqué vers la droite en pleine courbe de Tamburello, ce qui a provoqué une terrible réaction en chaîne. Pris au dépourvu à sa hauteur, George Russell a tenté de poursuivre son dépassement vers la partie droite de la piste, où il ne restait que peu de place. Tellement peu qu'il a mis les deux roues droites dans l'herbe et perdu immédiatement le contrôle de sa machine, qui a percuté la Mercedes avec son pneu avant gauche dans le halo de la W12 n°77. Ce fut le début d'un effrayant ballet d'épaves en perdition, qui s'est achevé dans ce mur où le triple champion du monde Ayrton Senna s'était tué en 1994.
La frayeur passée, les deux pilotes sains et saufs mais l'adrénaline au plus haut, George Russell a bondi de son bolide désarticulé pour signifier sa colère à Valtteri Bottas. Qui lui a répondu par un doigt d'honneur en guise de fin de non-recevoir.

"Une tactique de défense à la Verstappen 2015"

De retour au paddock, Russell et Bottas ont livré chacun une analyse diamétralement opposée de cet accident d'une rare violence. "Je suis très en colère bien sûr, très énervé, s'est exclamé George Russell, au micro de Canal+. C'était une belle course pour nous. Le mouvement de Valtteri était pour moi très dangereux. Il y a un gentleman agreement : quand une voiture arrive derrière à haute vitesse, on ne bouge pas son volant, on ne se déplace pas. Là, il m'a forcé à aller hors trajectoire. Il y a une question sur le mouvement qu'il a fait : il m'a envoyé sur la pelouse, où il y a une zone humide, et j'ai perdu la voiture. On le dit depuis de nombreuses années maintenant : c'est valable en F1, F2, partout. C'est un énorme crash."
"Je comprends que, de sa position, il défendait sa ligne mais il n'a pas respecté le niveau de vitesse : j'étais 30 à 40km/h plus vite que lui, a-t-il ajouté. Il a fait un petit mouvement, mais sur une piste où la trajectoire est très étroite. On savait que cela pouvait arriver et c'est arrivé. Il était 9e et pour lui c'est rien. Pourquoi a-t-il donc défendu comme ça en étant neuvième ? Avec un autre pilote, ça aurait sûrement été différent." Une façon de dire que le Finlandais n'avait rien à faire à cette place au volant d'une Mercedes, et qu'il était sûrement fébrile à l'idée de se faire doubler comme il l'avait été au Grand Prix de Sakhir, ce qui avait nui à sa réputation et relancé les spéculations sur son remplacement par Russell en 2022.
"J'avais l'aspiration et le DRS, a-t-il fini d'argumenter à Sky Sports. Quand j'ai voulu le dépasser, il est allé sur la droite. Une tactique de défense à la Verstappen 2015. On ne fait pas quelque chose comme ça, c'est extrêmement dangereux." Et de révéler ce qu'il lui avait dit sur le coup : "Tu veux nous tuer ?"

"Il n'y avait pas la place pour deux voitures"

"Maintenant ça va, l'impact a été assez dur, mais ça va, a dit Bottas, au micro de Canal+. J'ai vu le replay. Mon analyse, c'est que c'est 100% la faute de George : il n'y avait pas la place pour deux voitures. Il a mis les roues dans l'herbe. Je n'entendais pas George quand il est venu me voir, de toute façon je me fichais de ce qu'il disait, car c'est sa faute."
Bottas, en fin de contrat chez Mercedes, a ensuite développé son point de vue devant la caméra de Ziggo Sport. "Je l'ai vu arriver tôt dans la ligne droite, a-t-il précisé à la télévision néerlandaise. Puis je l'ai vu se décaler à droite. D'après les replays que j'ai pu voir, je lui ai toujours laissé la place de deux voitures à cet endroit. Mais de toute évidence il a perdu le contrôle de sa voiture et m'a percuté. Là, c'était fini. C'est comme ça. Je ne suis pas content de lui. Je suis sûr que l'on va se voir chez les commissaires."
La FIA n'a effectivement pas tardé à ouvrir une enquête après avoir stoppé la deuxième manche du Mondial 2021 pour nettoyer la piste, avant de redonner un départ.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Avec Verstappen, Hamilton face au défi de l'anti-Rosberg
21/04/2021 À 23:43
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"L'écart entre McLaren et Ferrari est plus grand qu'il n'y paraît"
20/04/2021 À 15:11