C'est un air de déjà-vu et c'est pour cela qu'il faut être prudent. Les Mercedes de George Russell et Lewis Hamilton ont conclu les essais libres 2 du Grand Prix d'Espagne tout près du meilleur tour signé par Charles Leclerc, sur le circuit de Montmelo, vendredi après-midi.
Au cours d'une nouvelle heure de travail visant à tester leurs W13 sur le tour chrono en vue de la séance de qualification de samedi et en simulation de relais de course pour dimanche, les Britanniques de l'écurie allemande ont rivalisé comme rarement avec la Ferrari F1 75. Face au 1'19"670 établi par le leader monégasque du championnat du monde en gommes "tendre", le jeune Anglais a bouclé son meilleur tour à seulement 0"117 de la "rossa" n°16, et son compatriote octuple champion du monde, à 0"204.
Grand Prix d'Espagne
"Russell est devenu le patron et il a ignoré Hamilton tout le week-end"
24/05/2022 À 16:28
Les conditions étaient particulières. Le mercure affichait 35°C dans l'air et 50°C au contact de la piste, et cela a peut-être suffi pour faire disparaître les rebonds dont la machine de Brackley était la proie depuis les tout premiers essais hivernaux sur ce même tracé, en février dernier. Il devrait faire encore très chaud ce week-end en Catalogne, et dimanche est annoncé comme le jour le plus chaud de la semaine. Une chance pour Mercedes ? A Miami, il y a deux semaines, on se souvient que l'espoir avait été grand chez les Gris suite au meilleur temps de George Russell en essais libres 2. Et que tout était redescendu brusquement sur terrer les jours suivants. Toto Wolff, le directeur d'équipe de l'équipe, avait expliqué sur le circuit floridien à faible appui avait boosté les performances des "Flèches d'argent."

"Alpine, c'est une suite d'occasions manquées depuis le début de la saison"

Alonso en embuscade

Toutefois, la W13 a roulé ce vendredi au Nord de Barcelone avec un kit aérodynamique révisé, notamment un nouveau fond plat, pièce qui joue un rôle essentiel dans l'effet de sol et le "marsouinage", un phénomène de rebond provoqué par une division, au niveau du diffuseur, de la couche d'air circulant entre le sol et le plancher.
Néanmoins, l'espoir est peut-être plus réel qu'aux Etats-Unis, car la W13 a aussi montré un gain de compétitivité en pneus "medium" jaunes. Avant l'utilisation des Pirelli à flans rouges dans les 20 dernières minutes, Lewis Hamilton pointait au quatrième rang, à 0"551 de la Red Bull du champion du monde Max Verstappen.
Charles Leclerc posté en tête comme lors des essais libres 1 avec sa Ferrari plus à l'aise que la Red Bull dans les virages rapides - l'écurie autrichienne est d'accord sur ce diagnostic, les Mercedes ont donc brûlé la politesse à Carlos Sainz (Ferrari), sur la sellette après une série d'erreurs depuis le début de saison, et Max Verstappen, qui n'a peut-être pas poussé sa monoplace autant que d'habitude. L'Espagnol et le Mexicain se sont classés aux quatrième et cinquième rangs, à 0"320 et 0"336.
Fernando Alonso (Alpine) encore excellent sixième, à 0"553, et on se demande comment il fait, Sergio Pérez (Red Bull), septième, a encaissé 0"962, un retard trop conséquent pour s'attarder dessus.
Nullement perturbé par la polémique autour de la ressemblance des pontons de son Aston Martin avec ceux de la Red Bull, Sebastian Vettel a réussi un bon huitième temps, alors qu'Esteban Ocon (Alpine) et Mick Schumacher (Haas) ont montré qu'ils étaient pour l'heure les deux autres prétendants à la Q3 samedi. Mais Pierre Gasly (AlphaTauri), onzième, n'a pas dit son dernier mot, tout comme sans doute Kevin Magnussen (Haas), douzième.
En revanche, il en manque trop pour l'instant à Lance Stroll (Aston Martin), Yuki Tsunoda (AlphaTauri) et Daniel Ricciardo (McLaren) pour prétendre en être. Le Canadien, le Japonais et l'Australien se sont classés treizième, quatorzième et quinzième à plus de 0"2 du groupe qui les précède. Juste devant des Alfa Romeo qui n'ont sûrement pas chassé le chrono autant que leurs rivales.
Grand Prix d'Espagne
Leclerc, beaucoup plus que 25 points perdus : "Les pénalités finiront par tomber"
24/05/2022 À 16:27
Grand Prix d'Espagne
Verstappen a refusé de subir : "A la fin, il était en lévitation"
24/05/2022 À 16:24