Plus que jamais, c'était "hammer time" dimanche à Monza, où Lewis Hamilton a plané sur le Grand Prix d'Italie devant des tifosi témoins de l'impuissance de Sebastian Vettel, pâle troisième et dépossédé de la 1re place au championnat du monde.

Drapeau Hammer time au Grand Prix de Italie 2017

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Espagne
156 podiums : Hamilton continue d'effacer Schumacher des tablettes
17/08/2020 À 15:57

Après une 69e pole position-record sous la pluie, le Britannique a montré que sa Mercedes avait encore une longueur d'avance sur la Ferrari de l'Allemand, reléguée à 36 secondes, en signant un 59e succès en Formule 1. Impressionnant sans ronronner, proche de la sortie de piste au 19e tour et alerté par une perte de puissance vers le 42e des 53 passages, #LH44 est le premier pilote vainqueur de deux Grands Prix de suite cette saison.

Revenu en tête du Mondial pour la première fois depuis Monza 2016, il dispose de trois points de plus que Vettel, leader depuis la manche d'ouverture australienne.

"La puissance du Mercedes est vraiment supérieure à celle du Ferrari…"

"C'était assez serré", a plaisanté Vettel dans la cool room. Mais l'Allemand a moins rigolé quand Hamilton lui a assuré qu'il n'avait pas tiré sur son moteur à la fin. "La puissance du Mercedes est vraiment supérieure à celle du Ferrari…", a insisté le triple champion du monde sur le podium. Devant une marée rouge...

Parti quatrième, son coéquipier Valtteri Bottas a vite réglé les outsiders des essais, le débutant canadien Lance Stroll (Williams) et le Français Esteban Ocon (Force India), pour valider un doublé gris aux allures de démonstration.

Grand Prix d'Espagne
Bonus-malus : Hamilton sur orbite, Bottas fataliste, Verstappen colérique
16/08/2020 À 23:17
Grand Prix d'Espagne
Bouillie stratégique pour Vettel, deux tours sans ceinture pour Leclerc : Ferrari en improvisation
16/08/2020 À 19:33