Getty Images

Leclerc résiste à Mercedes et délivre Monza

Leclerc résiste à Mercedes et délivre Monza

Le 08/09/2019 à 16:32Mis à jour Le 08/09/2019 à 17:41

GRAND PRIX D'ITALIE - Et de deux pour Charles Leclerc ! Déjà vainqueur à Spa dimanche dernier, le jeune pilote Ferrari s'est imposé à Monza, là où la Scuderia n'avait plus gagné depuis 2010. Désormais devant Sebastian Vettel au championnat, il a ardemment résisté aux Mercedes de Lewis Hamilton puis Valtteri Bottas. Le Britannique, troisième, reste un très solide n°1 mondial.

"Yeeeees ! "Yeeeees ! "Yeeeees !" Dans le tour d'honneur, les cris de Charles Leclerc à la radio sont assourdissants et traduisent la libération d'un pilote, vainqueur dans la tristesse d'un ami disparu, Anthoine Hubert, la semaine passée à Spa-Francorchamps.

Une énorme clameur avait salué son 53e et dernier passage dans la chicane Ascari, avant celle toute aussi énorme d'une foule inconditionnelle à la cause du blason rouge massée dans la grande ligne droite du "Temple de la vitesse". Dimanche, le prodige monégasque a rendu toute sa fierté au peuple ferrariste dans son antre même de Monza et redoré le blason de la Scuderia. Une "rossa" n'avait plus gagné son Grand Prix national depuis 2010 et il a été justement fêté en héros à sa descente de voiture.

Résultat du Grand Prix d'Italie 2019

"Chasse-le !"

Parti de la pole position, le natif de Monte-Carlo n'a jamais été lâché d'une semelle par les pilotes Mercedes, et il a utilisé tous les moyens possibles - à la limite de la légalité puisqu'une manœuvre défensive sur Lewis Hamilton au freinage de la deuxième chicane lui a valu un avertissement - pour rester devant jusqu'au bout.

Intraitable au 23e tour, le "Petit prince" a ensuite déployé une stratégie pneumatique plus éclairée : ses Pirelli "dur" étaient le meilleur choix pour aller au bout, et le quintuple champion du monde britannique, deuxième dans sa zone DRS depuis le départ, a fini par baisser la garde à cause de "medium" usés à la corde dans son sillage.

LH44 rentré une seconde fois pour prendre le point de bonus du meilleur tour en course, Valtteri Bottas a été mandaté par Mercedes - "Chasse-le !" lui a-t-on lancé à la radio - pour aller chercher Charles Leclerc, le Finlandais n'a jamais été capable d'esquisser une attaque. Plus embarrassant, il a perdu le contact trois fois en tentant de mettre la pression.

Vettel a craqué

Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) huitième, après un départ en fond de grille et un passage au stand dès le deuxième tour à cause d'un aileron cassé dans la cohue, son coéquipier thaïlandais Alexander Albon a fait un décevant sixième. Renault a ainsi saisi l'occasion dont il rêvait depuis le début de la saison pour finir quatrième et cinquième avec Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg.

Sebastian Vettel 14e au bout d'une course pénible, il a commis un tête-à-queue et reçu un stop and go pour avoir percuté Lance Stroll (Racing Point) à son retour en piste, Charles Leclerc devient pour la première fois de la saison le pilote le mieux classé de la Scuderia, à la quatrième place avec 182 points. Mais un dimanche ne fait pas une saison : Lewis Hamilton continue de filer vers son sixième titre mondial en sept ans, avec 284 au compteur contre 221 à son coéquipier et 185 à Max Verstappen.

0
0