Pierre Gasly (AlphaTauri) a remporté un Grand Prix d'Italie au scenario échevelé, dimanche à Monza, pour devenir le premier Français vainqueur en Formule 1 depuis Olivier Panis à Monaco en 1996, sur Ligier. Lewis Hamilton (Mercedes) dominateur en qualification mais pénalisé d'un stop and go de 10 secondes en tête pour une entrée au stand interdite lors d'une neutralisation, Valtteri Bottas retardé par un départ médiocre, Max Verstappen (Red Bull) au garage, il est rapidement devenu évident que la victoire allait s'offrir à un challenger.
Grand Prix d'Italie
Pourquoi Ferrari est une écurie mythique
08/09/2020 À 15:43
Dans ce grand chambardement, il fallait avoir une intuition, un réflexe de gagneur. Pour Pierre Gasly, l'instant décisif a été la décision d'AlphaTauri de le faire rentrer pour changer de pneus juste avant la fermeture de l'entrée.
Dans ce chaos marqué par un arrêt de la course au 25e tour suite au violent accident de Charles Leclerc (Ferrari) dans la parabolique, le Normand a vite compris que son jour de gloire était venu. Lors du second départ de la huitième course de la saison, au 28e passage, Lewis Hamilton devait purger sa pénalité au stand, et il doubla dès le coup d'envoi Lance Stroll (Racing Point), le seul autre pilote devant lui sur la grille de départ.

Sang-froid

Une fois la Mercedes n°44 rentrée, pour se lancer dans une remontée de la 17e et dernière place à la septième finale, le pilote de Faenza a surveillé le retour de Carlos Sainz (McLaren). A l'instant où l'Espagnol a dépassé Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) pour la deuxième position, il comptait trois secondes d'avance. Celle-ci a fondu, dixième par dixième jusqu'au drapeau à damier, sur la fin à coup de décalages dans les lignes droites pour éviter d'offrir l'aspiration à la machine de Woking. Avec 0"3 d'avance au freinage de la première chicane, Pierre Gasly (AlphaTauri) n'avait pas le droit à l'erreur. Avec sang-froid, il a tenu bon dans un 53e tour haletant et finalement historique.
Au bout de cette frénésie, le Canadien Lance Stroll a rejoint le podium sur la troisième marche, devant Lando Norris (McLaren), Valtteri Bottas (Mercedes), Daniel Ricciardo (Renault), Lewis Hamilton (Mercedes) et Esteban Ocon (Renault).
Pierre Gasly déçu de ne pouvoir partager sa joie avec les tifosi, cette course aura également été marquée par le double abandon des Ferrari - une première depuis 1995 - et la der de la famille Williams à la tête de l'écurie fondée par Frank Williams.
Grand Prix d'Italie
"C'est la fin du 'mode fête' pour tous, mais pas du 'mode défaite' pour Ferrari"
08/09/2020 À 15:37
Grand Prix d'Italie
"On a trouvé une faiblesse à la Mercedes W11"
08/09/2020 À 15:11