Son acclimatation chez McLaren aura pris du temps. Beaucoup de temps. Longtemps éclipsé par les performances époustouflantes de son coéquipier Lando Norris, Daniel Ricciardo a finalement retrouvé de sa superbe à l’occasion d’un Grand Prix d’Italie marqué par le nouvel accrochage entre les deux hommes forts du championnat Max Verstappen et Lewis Hamilton. Excellement parti depuis la première ligne de la grille, l’Australien a ensuite mené la course d’une main de maître pour s’imposer avec la manière sur les terres de la Scuderia Ferrari. Leader quasiment de bout en bout, Ricciardo devance finalement la seconde McLaren de Lando Norris et la Mercedes de Valtteri Bottas.
Le film de la course
Deuxième sur la grille après sa belle qualification sprint de la veille (ndlr : il avait terminé troisième derrière Bottas et Verstappen), Daniel Ricciardo ne faisait pas office de favori au moment où le starter s’apprêtait à lâcher le peloton pour 53 tours d’une course que beaucoup prédisaient déjà offerte à Verstappen. Revanchard après avoir essuyé tant de critiques depuis son arrivée chez McLaren, l’Australien n’a pas laissé passer sa chance à l’extinction des feux, grillant habilement la politesse à son ancien coéquipier chez Red Bull pour virer en tête dans le goulet de la première chicane. Installé dans une position qu’il n’avait plus connu depuis ses plus belles heures au sein de l’écurie autrichienne, "Honey Badger" s’est alors montré intraitable tant face à Verstappen en début de course que face à son coéquipier Norris en fin de Grand Prix.
Grand Prix d'Italie
Tête projetée mais coup du lapin évité : pourquoi le crash de Sainz mérite l'enquête de la FIA
16/09/2021 À 19:32
la vidéo de l'accident
Resté sur le "plan A" en dépit des injonctions contraires de son équipe par radio, Ricciardo a opéré, avec succès, son seul changement de gommes (ndlr : il est passé des pneus médiums aux pneus durs) dans le 23e tour avant de logiquement récupérer la tête des opérations à la suite du passage par les stands de tous ses adversaires. Si la seconde McLaren de Lando Norris est, elle aussi, passée en dehors embûches dans la pit-lane, il n’en a en revanche pas été de même pour les deux principaux protagonistes de ce championnat 2021. Plombé par un pit-stop catastrophique des mécaniciens de chez Red Bull (plus de onze secondes d’immobilisation), Verstappen n’était pourtant pas encore au bout de ses peines puisque dans le même temps (24e tour) son rival et ennemi Lewis Hamilton subtilisait la tête de la course à la McLaren de Norris.

Ricciardo et McLaren attendaient ça depuis longtemps

Le bonheur du septuple champion du monde ne sera, toutefois, que de courte durée, un arrêt cafouillé (4"2 secondes d’immobilisation) par les hommes de chez Mercedes faisant perdre au Britannique une bonne partie du bénéfice engendré par l’arrêt à rallonge de Verstappen. Ressorti sous le nez du pilote Red Bull, Hamilton n’a alors rien voulu céder à l’attaque de son adversaire dans la première chicane. Le Néerlandais ne se montrant guère plus tendre dans son offensive, le scénario de Silverstone se répétait de nouveau bien que cette fois l’accrochage entre la Mercedes et la Red Bull allait entraîner l’abandon des deux belligérants dans la 26e boucle. Verstappen et Hamilton out, ce Grand Prix d’Italie prenait une toute autre dimension.
Débarrassé de ses deux plus sérieuses menaces, le leader Ricciardo pouvait alors dérouler tandis que derrière Sergio Perez et Valtteri Bottas assuraient le spectacle à coup de dépassements. Revenus dans le sillage des deux McLaren de tête du duo Ricciardo-Norris, le Mexicain et le Finlandais se sont alors livrés une bataille farouche pour le gain de la troisième place. Devancé par le pilote Red Bull en piste, Bottas décrochera finalement un podium amplement mérité (il a gagné seize places depuis le départ) à la suite de la pénalité de cinq secondes infligée à Perez pour une action litigieuse en course avec la Ferrari de Charles Leclerc. Héros de ce rocambolesque dimanche italien, Ricciardo offre (avec l’aide précieuse de Norris) à McLaren son premier doublé depuis le Grand Prix du Canada 2010. Sevré de victoires depuis plus de trois ans, l’Australien renoue avec le succès le jour où l’affrontement Verstappen-Hamilton a très certainement atteint un point de non retour.
https://i.eurosport.com/2021/09/11/3217134.jpg
Grand Prix d'Italie
"Sieste", "génération Y" et "fanfare" : la course sprint, un concept à parfaire
16/09/2021 À 06:23
Grand Prix d'Italie
Marko : "Mercedes a voulu faire croire que le pauvre Hamilton était soudainement blessé"
15/09/2021 À 16:18