Getty Images

Devant son public, Renault se verrait bien revenir dans le Top 4

Devant son public, Renault se verrait bien revenir dans le Top 4

Le 20/06/2019 à 15:16Mis à jour Le 20/06/2019 à 15:20

GRAND PRIX DE FRANCE - Le résultat de la précédente course à Montréal - deux voitures enfin dans les points ! - a été un teaser parfait pour l'épreuve à domicile de Renault. Qui espère à minima doubler McLaren pour réintégrer le Top 4 au championnat du monde des constructeurs.

Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg respectivement sixième septième à plus d'un tour du vainqueur, le Losange n'avait pas de quoi sauter au plafond à Montréal. Ça sortait juste le Losange d'un marasme inquiétant. Et permettait de remonter d'une neuvième place pas raccord avec son rang d'écurie de grand constructeur, à une cinquième position un peu plus présentable. Mais encore à des années-lumière de Red Bull.

Ce week-end, Renault va s'accrocher à cette lueur devant son public. Le Grand Prix de France est, de vendredi à dimanche, la 8e des 21 manches du championnat du monde 2019, et Le Castellet le terrain tout trouvé de la démonstration de ses progrès enfin visibles. Cyril Abiteboul en est persuadé. "Nous abordons le Grand Prix de France dans la foulée d'un bon résultat d'ensemble au Canada, confirme le directeur d'équipe français, dans le phrasé managérial qu'il affectionne. Après un début de saison décevant, nous avons démontré toute notre capacité à rebondir de manière professionnelle et contrôlée. Le week-end a été bien exécuté avec de belles prestations de Daniel et Nico en qualification et en course. Ce résultat et la manière dont nous l'avons obtenu devraient nous donner la confiance et la motivation nécessaires pour attaquer une intense série de courses avec cinq Grands Prix avant la pause estivale."

Concrètement, "si le Canada et son circuit typé 'moteur' ont souligné les gains de performances de notre groupe propulseur, la France verra l'introduction de plusieurs évolutions sur le châssis. Une chose est claire : nous ne pouvons pas nous reposer sur le résultat de Montréal, nous devons viser le même en continuant de nous battre pour réduire l'écart face aux leaders", conclut-il.

Daniel Ricciardo (Renault) au Grand Prix du Canada 2019

"Reprendre la quatrième place"

"L'ambiance est excellente au sein de l'équipe, surtout après Montréal. Nos collaborateurs ont apprécié cette course et c'est peut-être une première cette saison", avoue Rémi Taffin, le directeur technique Moteur, avant de décrire le challenge proposé sur le plateau varois. "Les demandes sont proches de celles de Montréal, explique-t-il. Cependant, il y a davantage de virages à moyenne et haute vitesse au Castellet. C'est un aspect que nous devons prendre en compte au moment de régler les monoplaces. Nous avons démontré à Montréal que notre ensemble était à la hauteur dans les longues lignes droites et les gros freinages. L'objectif du groupe propulseur est donc de rouler autant que possible et d'être fiable pour permettre à l'équipe d'évaluer nos évolutions sur le châssis."

Le Circuit Gilles-Villeneuve a aussi marqué un progrès en termes d'exploitation, qui doit devenir un standard de travail. "Pour la première fois de la saison, nous avons pu travailler sur un ensemble performant tout au long du week-end. Il faut désormais répéter cela", prévient Rémi Taffin, qui annonce l'objectif du week-end : "Reprendre la quatrième place et distancer le peloton." Pour cela, il suffira d'en marquer deux de plus que McLaren.

Si Rémi Taffin ajoute que "l'ambiance est excellente au sein de l'équipe", il faut rappeler l'agacement de Nico Hülkenberg, soumis à la consigne à Montréal. Et pour tourner la page, rien de tel que l'évocation des caractéristiques du tracé varois pour confirmer le pas en avant. "Ce tracé possède un bon rythme et des caractéristiques peut-être assez similaires à celles de Montréal avec des vitesses de pointe élevées et de longues lignes droites débouchant sur d'énormes freinages, rappelle l'Allemand. Le premier secteur est assez étroit et c'était animé l'an dernier au premier virage. Le deuxième secteur contient une longue ligne droite entrecoupée d'une grosse chicane. Enfin, le troisième commence par Signes, une courbe très rapide et amusante, avant de se poursuivre par un enchaînement complexe menant à la ligne droite des stands."

Pour la première fois pilote de Renault dans un Grand Prix de France, Daniel Ricciardo s'impatiente de "ressentir toute la ferveur du public français" et sera lui aussi là pour "marquer le début d'une véritable tendance".

0
0