Formule 1
Grand Prix de Grande-Bretagne

Verstappen n'a pas compris de suite qu'Hamilton avait crevé

Partager avec
Copier
Partager cet article

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Aston Martin Red Bull Racing RB16 on track during practice for the F1 Grand Prix of Great Britain at Silverstone on July 31, 2020 in Northampton, England.

Crédit: Getty Images

ParStéphane Vrignaud
02/08/2020 à 19:23 | Mis à jour 02/08/2020 à 20:18
@ThePiranhaClub

GRAND PRIX DE GRANDE-BRETAGNE - Max Verstappen (Red Bull) a fait bonne figure à l'arrivée dimanche à Silverstone, où il aurait pu gagner sans un arrêt de confort pour viser le point du meilleur tour en course. En plein tour rapide, il n'a pas compris de suite à la radio que l'Anglais était en difficulté.

Classé deuxième du Grand Prix de Grande Bretagne, Max Verstappen est passé à côté d'une opportunité inespérée de mettre en échec les Mercedes de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton, toutes deux victimes d'une crevaison à l'avant gauche, en fin d'épreuve dimanche à Silverstone. Il peut s'en vouloir car c'est l'avidité du point-bonus du meilleur tour en course qui l'a dévié d'une trajectoire victorieuse.

Pointé en troisième position avec 29 secondes d'avance sur Charles Leclerc (Ferrari), le pilote de la Red Bull n°33 a décidé de rentrer au stand au 51e des 52 tours passer des pneus "tendre". A cet instant, son coéquipier Alexander Albon détenait le meilleur chrono autour du circuit anglais depuis le 49e passage (1'28"075). Et la crevaison de Valtteri Bottas venait de lui offrir la deuxième position.

Grand Prix de Grande-Bretagne

"Red Bull est un endroit où il ne fait pas bon être en faiblesse"

06/08/2020 À 10:48

Ce qu'il ne savait pas, c'est que la victoire lui était promise dans le dernier tour, car la W11 de Lewis Hamilton allait elle aussi être ralentie par une crevaison au niveau de l'avant droit.

Prévenue de la mésaventure de son coéquipier, #LH44 a perdu deux secondes et demi par rapport à son rythme normal dans le 51e tour. Puis, à bord d'un bolide réduit à trois roues, il en a lâché encore 36 rien que dans le dernier demi-tour.

"Ils méritent de gagner"

Au chrono de 1'55"484, le Batave a opposé un fulgurant 1'27"097, qui l'a laissé à 5"856 de l'Anglais au drapeau à damier.

Dans les caméras de la réalisation internationale, le leader de Red Bull Racing a fait bonne figure. "On ne pouvait pas deviner ce qui allait se passer, a-t-il expliqué. Les Mercedes étaient trop rapides, mais à dix tours de la fin je me sentais déjà moins bien avec mes pneus. J'ai voulu rentrer pour avoir le meilleur tour, et puis j'ai vu que Lewis avait crevé. Je suis quand même très heureux avec cette deuxième place."

Au comble de l'ennui, isolé entre les Mercedes et la Ferrari de Charles Leclerc, le Néerlandais avait eu le temps de fait preuve d'humour pendant le Grand Prix en conseillant à son ingénieur de s'hydrater lui aussi. "Il ne s'est pas passé grand-chose, j'ai essayé de rester hydraté, de gérer mon rythme en faisant attention aux pneumatiques", a-t-il résumé.

"Lewis a été chanceux, mais il a aussi été malchanceux d'avoir une crevaison. Au bout du compte, ils étaient plus rapides que nous et ils méritent de gagner", a-t-il conclu.

Mais la radio embarquée de son dernier tour a raconté une histoire un peu différente:

- (ingénieur) "Hamilton a eu une crevaison devant. Il est plus lent au virage 9... Possibles débris au 8 et 9..."
- (Verstappen) "Qui est plus lent ?"
- (ingénieur) "Hamilton. Crevaison au virage 12"
- (Verstappen) "Est-ce qu'on peut la gagner celle-là ?"
- (ingénieur) "(Inaudible)… Hamilton vire au n°15"
- (Verstappen) "(juron)... (juron)..."
- (ingénieur) "Ah. Il est chanceux. Il est chanceux. P2 camarade, avec le meilleur tour. Une course très bien gérée, et malchanceuse."

De son côté, Christian Horner n'a exprimé aucun regret, ni considéré la victoire comme une certitude. "Nous aurions signé pour ça (ndlr : une deuxième place) avant la course, mais tout à la fin Max s'inquiétait des vibrations et Bottas avait eu sa crevaison, a exposé le directeur d'équipe au micro de Sky Sports. Nous avions une rainure sur le pneu, nous avons donc décidé un passage au stand pour mettre des pneus tendres pour faire le meilleur tour en course. Ce n'était pas garanti que nous aurions gagné (sans un pit stop), cela aurait été juste une histoire complètement différente."

Grand Prix de Grande-Bretagne

"Ce fameux point du meilleur tour ne produit ni spectacle ni dépassement"

04/08/2020 À 19:40
Grand Prix de Grande-Bretagne

Vettel proche du burn-out ? "Il a besoin d'un psy !"

04/08/2020 À 16:48
Dans le même sujet
Formule 1Grand Prix de Grande-Bretagne
Partager avec
Copier
Partager cet article