Embarqué dans ce genre de course où tout se ligue contre lui, on était sûr de l'entendre ronchonner sur les ondes. Max Verstappen venait de passer en tête, devant le futur vainqueur Carlos Sainz (Ferrari), lorsqu'une crevaison supposée mais non avérée l'a précipité dans la voie des stands, au 12e tour du Grand Prix de Grande-Bretagne, dimanche à Silverstone. Et relégué dans la catégorie des outsiders au volant d'une voiture moins efficace et dévoreuse de pneus.
Saison 2022
Binotto persiste et signe : "J'ai eu une très bonne équipe pour la stratégie"
IL Y A 11 HEURES
Pressé par un Mick Schumacher (Haas) trop timoré dans les dépassements pour le surprendre, septième au final, le n°1 mondial n'a pas perdu tant de plumes que ça puisque Ferrari a fourvoyé son rival Charles Leclerc (Ferrari) dans un plan de course assez contestable. Bilan : il n'a lâché que six points au Monégasque, quatrième.

"Tout le dessous du côté gauche était cassé"

"Faire septième est un bon résultat compte tenu des dommages que j'ai eu sur la voiture - et Checo (Pérez) est sur le podium, nous avons marqué quelques bons points pour l'équipe, a-t-il réagi. J'avais bien sûr espéré plus, mais aujourd'hui, j'ai juste été malchanceux. J'ai jeté un coup d'oeil à la voiture pendant le drapeau rouge et tout le dessous du côté gauche était cassé. J'ai heurté un énorme débris (d'accident), je pense que c'était du carbone. En conduisant, j'ai eu l'impression d'une crevaison car je n'avais pas d'équilibre et beaucoup de survirage. La voiture était difficile à piloter, j'ai essayé de trouver un bon équilibre aéro mais c'était difficile."
En fait, Max aurait peut-être mené de bout en bout si deux accidents n'avaient effectivement stoppé la chevauchée des 20 voitures, dans le premier tour. Car il venait tout juste de doubler le poleman Carlos Sainz (Ferrari) au démarrage lorsque le Grand Prix de Grande-Bretagne a été stoppé suite à l'effrayant tonneau de Guanyu Zhou (Alfa Romeo) et à la dangereuse partie de ping-pong de la Williams d'Alexander Albon, qui a fini à l'hôpital, mais "sans blessure grave", a indiqué la FIA après l'arrivée.

Des pneus fichus après 4 tours

"Je comprends qu'Alex passe des contrôles de précaution à l'hôpital, alors j'espère qu'il va bien, a dit le champion du monde. Ce n'est jamais agréable de voir ces choses et aujourd'hui a prouvé une fois de plus que le halo est une énorme amélioration pour la sécurité. Je pense que sans cela, Zhou aurait été dans un état différent."
Mais au second départ, "Super Max" a pu constater que son rival espagnol avait appris de sa déconvenue et décidé de rouler "à la dure" comme il dit. Passé enfin devant la "rossa" au 9e passage, après le virage Becketts, il a donc cru pendant trois tours au dimanche parfait avant de rentrer dans le rang. Non sans bougonner à la radio à cause des dégâts causés à sa RB18 par sa crevaison.
Je n'ai pas de grip", a-t-il maugréé suite à son passage au stand pour reprendre des "medium". "Ça ne va pas. Quelque chose a cassé à l'arrière", s'est-il inquiété au tour suivant. Pas un mal imaginaire, histoire d'évacuer sa frustration, mais une réelle alerte que ce fin pilote avait détectée. "Tu perds de la performance à cause du capot moteur, mais ce n'est pas critique. Continue", lui a lancé le muret de Red Bull Racing.

Une perte limitée à 6 points

Puis, rebelote après son second arrêt, au 24e tour. "Avec les dommages que j'ai sur ma voiture, pourquoi m'avez-vous mis sur cette stratégie ?", a-t-il sondé. On venait de lui passer des "dur", en toute logique, vu le nombre de tours restants (28). Mais quatre tours plus tard, c'était le cri du désespoir : "Je n'ai plus d'arrière et plus d'avant !"
Il fallait faire avec, et tenir jusqu'au prochain coup de théâtre. Arrivé en même temps que la panne de l'Alpine d'Esteban Ocon, immobilisée près de Copse Une opportunité qui n'en fut pas une : il avait déjà accumulé trop de retard pour espérer autre chose que P7.
Etant donné les dommages faits à sa voiture, Max Verstappen a réalisé un exploit en finissant septième. Et il a de quoi relativiser son infortune en constatant que Charles Leclerc n'en a pas vraiment profité. Sur le circuit situé près de Northampton, il n'a cédé que six points au Monégasque, ce qui lui donne encore 43 points de marge. Dans les mauvais jours, il s'en sort encore bien finalement. A un rythme de champion.
Grand Prix de Hongrie
Pole de Russell, menace sur Verstappen, offensive Ferrari et Alpine : le GP en questions
30/07/2022 À 21:32
Grand Prix de Hongrie
Leclerc va-t-il avoir peur ? "Je ne vais pas changer mon style de pilotage"
30/07/2022 À 19:23