Il croyait, pourtant, avoir fait le mauvais choix. En stoppant à son box dans le 50e tour de course pour chausser les pneus intermédiaires, Lewis Hamilton pensait à tort que la pluie était sur le point de cesser. Frustré de laisser filer une victoire largement à sa portée, le pilote Mercedes venait au contraire de s’ouvrir en grand les portes d’un centième succès historique en Formule 1. L’indéboulonnable leader Lando Norris (McLaren) perdant pied une boucle plus tard sous le déluge de Sotchi, Hamilton ne se faisait pas prier pour récupérer la tête des opérations et remporter un Grand Prix de Russie au final complètement dingue. Vainqueur devant Max Verstappen (Red Bull) et Carlos Sainz (Ferrari), le Britannique récupère la tête du championnat pour deux points.
Quatrième sur la grille de départ après ses ratées en qualification, Lewis Hamilton entamait ce quinzième rendez-vous de la saison fort d’un esprit revanchard. Bien décidé à effacer sa mauvaise prestation du samedi après-midi, le pilote Mercedes réalisait toutefois un envol moyen qui le condamnait à reculer en septième position.
Grand Prix de Russie
Bonus-malus : Pari fou et ligue anti-Hamilton
10/10/2021 À 21:49
Dépossédé du leadership par un Carlos Sainz bondissant à l’extinction des feux, le poleman Lando Norris devait, quant à lui, patienter jusqu’au 13ème tour pour trouver l’ouverture sur le coriace pilote de la Scuderia. De retour à la place qu’il avait brillamment conquis la veille, le pilote McLaren pouvait alors dérouler sa partition comme il l’entendait.

Panis : "Dur sur la piste mais sympa en dehors :Dans le doc, j'ai retrouvé le Schum’ que je connais"

Secondé comme il se doit par la monoplace sœur de Daniel Ricciardo, Norris prenait la poudre d’escampette tandis que Max Verstappen (Red Bull) poursuivait son retour vers le haut du classement. Bloqué derrière la machine de l’Australien, Hamilton tentait alors un coup de poker en feintant une possible tentative d’undercut.
Tombée dans le malicieux piège tendu par Mercedes, McLaren appelait aussitôt Ricciardo à son stand (23e tour), libérant ainsi la voie à un Hamilton enfin capable d’imprimer sa vraie cadence. Immédiatement en mesure de grignoter son retard sur le leader Norris, le septuple champion du monde choisissait pourtant l’option du contre-pied en anticipant son changement de pneus dès le 27e passage.

L'autre très bonne opération de Verstappen

Désormais équipé en gommes "dur" (un choix que fera également Norris deux boucles plus tard lors de son arrêt), Hamilton se lançait dans une nouvelle cascade de dépassements au cœur d’un peloton bientôt amputé de la Haas de Mick Schumacher (33e tour). Régulièrement plus rapide que son adversaire direct Norris, le pilote Mercedes allait pourtant éprouver toutes les peines du monde à entrer dans la zone DRS de son compatriote.

"La course sprint, ça ne sert à rien mais la grille inversée, ça a fait ses preuves"

Les tours s’égrenant inlassablement au profit du pilote McLaren, la cause semblait alors entendue mais s’était sans compter sur les caprices du ciel russe. Annoncée avec de plus en plus d’insistance dans les radios des équipes, la pluie faisait finalement son apparition au 46e passage.
Piégé une première fois en sortie du virage 4 dans le 47e tour, le leader Norris perdait toutes ses illusions de victoire quatre boucles plus tard dans ce même virage 4 sur une spectaculaire glissade dans la zone asphaltée. Hamilton ayant, à l’inverse du pilote McLaren, tenté le pari des pneus intermédiaires au 50e passage, le septuple champion du monde n’avait plus qu’à récolter les lauriers d’une centième victoire en F1 pour le moins rocambolesque sous la pluie de Sotchi.
Spectaculairement revenu de l’enfer du peloton, Max Verstappen était l’autre grand gagnant de ce finish de folie en arrachant une splendide deuxième place au nez et à la barbe d’un très bon Carlos Sainz. Grand acteur de ce quinzième rendez-vous de la saison, Lando Norris devait, quant à lui, se contenter d’une septième place au goût forcément amer.
Grand Prix de Russie
Au départ, Gasly a expédié Alonso en tête-à-queue
10/10/2021 À 12:18
Grand Prix de Russie
"Ce n'est toujours pas assez bon" : largué par les Mercedes, Verstappen craint même AlphaTauri
09/10/2021 À 16:42