Alan Permane rêvait samedi d'un "gros paquet de points", c'est fait. Daniel Ricciardo et Esteban Ocon ont amassé 16 nouvelles unités dimanche lors du Grand Prix de Russie, qu'ils ont conclu aux cinquième et septième places. Au championnat, l'Australien a pris la sixième place à Lance Stroll (Racing Point) et n'est plus qu'à deux longueurs d'Alexander Albon (Red Bull), le n°4 mondial. Plus excitant encore pour l'écurie française, elle a désormais dans sa mire la troisième place qu'occupe McLaren chez les constructeurs. Encore un petit fossé de sept points à combler, et elle sera sur le podium. Un fait inimaginable il y a quelques courses encore.

Grand Prix de Russie
Boulette russe pour Hamilton, caviar pour Bottas
27/09/2020 À 12:48

Le Grand Prix de Russie n'a pourtant pas été un long fleuve tranquille mais plutôt une histoire de montagnes russes. Qualifié septième, Esteban Ocon a doublé son partenaire d'équipe dans le 1er des 53 tours, au virage n°7, pour le déloger de la quatrième place. Sans pouvoir en profiter très longtemps, et finalement céder sa place de "meilleur Renault" lors d'un étrange chassé-croisé.

Poursuivant de deux Mercedes et de la Red Bull de Max Verstappen, le Français savait en effet qu'il était en train de surperformer, surtout par rapport à la Racing Point de Sergio Pérez (Racing Point), partie en 2e ligne. Ses pneus arrière usés, le Normand est rentré au stand au 18e tour, conscient d'être une proie pour le Mexicain, parti pour allonger son premier relais.

Piégé par l'overcut de la "Mercedes rose", le natif d'Evreux a entamé une autre partie de course moins plaisante, qui l'a conduit à s'incliner devant le pilote de Perth au 26e tour. Sur une manoeuvre qui a conduit l'Aussie tout droit dans le virage n°2. Sans passer entre les balises prévues à cet effet, un fait valant une pénalité de cinq secondes.

Ocon presque dans les temps de Verstappen

Capable de contrôler le retour de Daniil Kvyat (AlphaTauri), Esteban Ocon a finalement pris quatre points pendant que son leader haussait le ton pour couvrir sa pénalité, jusqu'au cinquième rang. Sans pouvoir faire peur à Sergio Pérez (Racing Point), ni craindre une charge de Charles Leclerc (Ferrari).

"La voiture n'était plus la même lorsque nous avons chaussé les pneus 'dur', a fait remarquer Esteban Ocon. C'était un peu plus piégeux au volant et j'avais du mal avec l'adhérence et l'équilibre. Je n'étais tout simplement pas autant à l'aise qu'avec les 'tendre'. Je suivais presque Max [Verstappen] en 'tendre' en début de course, donc c'est quelque chose que nous devrons analyser. Plus de points étaient potentiellement à notre portée, mais nous sommes satisfaits du résultat et du déroulement de notre course. Nous savons que la monoplace est rapide et c'est de bon augure pour la suite. Nous allons dans la bonne direction, nous rattrapons ceux devant nous et c'est notre objectif au championnat Constructeurs. Nous y parvenons !"

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1561x526:1563x524)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/09/27/2895443.jpg

"J'ai effectué un excellent départ et je me suis hissé au troisième rang dans les premiers virages avant de retomber à la cinquième place", a raconté Daniel Ricciardo. En difficulté avec ses "tendre", il a cédé une position au profit de Sergio Pérez au 16e tour mais il a ensuite haussé le ton. "La course a changé de physionomie en passant en pneus 'dur'", a-t-il précisé. Sur un rythme nettement supérieur à Ocon, il est devenu évident pour le pitwall qu'il fallait le faire passer devant Ocon, à travers une consigne d'équipe.

Le total de 2019 déjà surpassé

"Nous avions un beau rythme, mais j'ai commis une erreur en dépassant Esteban dans le deuxième virage, d'où la pénalité de temps. J'ai bloqué les freins avant, donc j'en assume la responsabilité, mais j'ai pu rattraper cette erreur et bien revenir", a expliqué "Dan The Man".

Cette inversion de position, Cyril Abiteboul, l'a parfaitement assumée. "Nous en voulons toujours plus, bien évidemment, mais les quatre voitures devant Daniel méritent d'être à leurs places, a insisté le directeur d'équipe. Nous savions que nous serions menacés par les monoplaces s'élançant en dehors du top dix et c'est exactement ce qu'il s'est passé avec Leclerc et Kvyat. Daniel a toutefois été vraiment impressionnant en créant l'écart requis avec Leclerc pour couvrir la pénalité de cinq secondes après avoir dépassé les limites du circuit au deuxième virage lorsque nous avons inversé les positions de nos monoplaces afin de limiter le temps perdu derrière Vettel."

"De son côté, Esteban a parfois eu un peu plus de mal avec le grip des 'dur', mais il a été remarquable dans sa défense face à Kvyat durant plus de vingt tours et il a contribué au bon résultat global de l'équipe", a ajouté le manager français.

A final, le bilan est bon. "Nous quittons Sotchi avec 99 points après 10 courses, ce qui est plus que l'an dernier sur une saison de 21 courses, a souligné Cyril Abiteboul. Cela démontre clairement la progression de l'écurie sur une année. C'est également plus serré que jamais avec les deux équipes devant nous (McLaren et Racing Point) et la bataille s'annonce très excitante avec eux jusqu'à la fin de saison."

Grand Prix de Russie
"L’absence de podium de Renault, c’est une anomalie"
29/09/2020 À 15:50
Grand Prix de Russie
"Le circuit de Sotchi, on se croirait à Intervilles !"
29/09/2020 À 15:01