Plus encore qu'à Spa-Francorchamps et à Monza, Sebastian Vettel (Red Bull) a écœuré ses rivaux en dominant d'une façon outrancière le GP nocturne de Singapour, dimanche dans les rues de la cité-état du sud-asiatique. En pole position mais surpris par Nico Rosberg (Mercedes) au départ, l'Allemand a repris les commandes au deuxième virage pour ne plus les quitter 61 tours durant.
Dans un autre monde, le triple champion du monde a néanmoins montré un art consommé de la course. "Attend la voiture de sécurité. Economise tes pneus !", lui a conseillé son ingénieur français, Guillaume Rocquelin, dès les 5e passage. Il a scrupuleusement suivi la recommandation, jusqu'à ce que son futur coéquipier, l'Australien Daniel Ricciardo, ne flanque sa Toro Rosso dans un rail au 25e tour, provoquant une neutralisation pour la sixième année consécutive.

Räikkönen de la 13e place au podium

Grand Prix de Grande-Bretagne
Libres 2 : Sainz devant Hamilton et quatre écuries dans le Top 4
01/07/2022 À 16:15
Resté en piste, tout comme son coéquipier Mark Webber, Nico Rosberg et Lewis Hamilton (Mercedes), Sebastian Vettel a repris ses distances dès le nouveau départ (31e tour). Invité à attaquer pour sécuriser son second arrêt (45e tour), il a alors tourné deux secondes plus vite que son plus proche poursuivant, Nico Rosberg... Tranquille du point de vue de l'usure de ses pneus et de sa consommation, il a juste eu à surveiller ses freins, en proie à des vibrations dans le final.
Sur une stratégie agressive, Fernando Alonso (Ferrari), auteur d'un départ fantastique, a finalement débordé Nico Rosberg, tout comme Kimi Räikkönen (Lotus), qualifié 13e et bénéficiaire de la neutralisation. L'Espagnol et le Finlandais, diminué par une hernie discale, auraient pu avoir à lutter pour les deuxième et troisième places contre Mark Webber (Red Bull) et Romain Grosjean (Lotus). Mais l'Australien et le Français ont dû abandonner sur problème moteur.
Au Championnat du monde, Vettel dispose désormais de 60 points d'avance sur Alonso. Son quatrième sacre ne paraît plus qu'une question de temps.
Grand Prix du Canada
Bonus-malus : Verstappen trop fort, Sainz trop tendre, Alonso capricieux
20/06/2022 À 01:09
Grand Prix du Canada
Verstappen, tout ce qui sépare le loup de la meute
19/06/2022 À 21:21