Leader du championnat du monde avec 65 points d'avance sur son coéquipier, Lewis Hamilton se rapproche laborieusement de son sixième titre. Il était parti en vacances fort d'une victoire en Hongrie. Mais depuis la reprise, Mercedes a perdu la main. Les rendez-vous belge et italien n'étaient pas favorables à sa W10, soit, mais à Singapour son équipe a failli à la fois dans le domaine de l'exploitation du matériel et de la gestion de course.
Le Britannique était deuxième sur la grille de départ et avait trois possibilités de dépasser la Ferrari de Charles Leclerc : au départ, en piste et dans les stands. Passée la première chance, il a réalisé que ce serait sur un coup de stratégie que ça pourrait se jouer. Et pour tenter un undercut, il fallait des garanties de pas tomber dans un piège. Au final, il n'a même pas abattu cette carte.
"J'ai demandé ce matin à tenter l'undercut mais c'était risqué, a exposé l'Anglais de 34 ans. On pouvait ressortir dans le trafic et ça pouvait ne pas marcher, mais je me disais : 'Prenons au moins le risque, tentons-le !' Mais je n'avais pas autant d'informations que l'équipe sur les positions de tout le monde et c'est elle qui a pris la décision."
Grand Prix de Singapour
Bonus-malus : Leclerc condamné, Mercedes coupable, Giovinazzi historique
22/09/2019 À 21:49
Tout s'est joué dans ce fameux 20e tour. Car au tour suivant, les agressifs Sebastian Vettel (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull) était passés devant Charles Leclerc (Ferrari).

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix de Singapour 2019

Crédit: Getty Images

Mercedes n'utilise les pit stops pour inverser des positions

"On a raté notre chance à un tour près, a raconté #LH44. Vettel [et Verstappen] étaient déjà rentrés. Avec le recul, on aurait dû s'arrêter au même tour que Vettel. Mes pneus étaient encore plutôt bons et, comme dès les tours suivants j'ai compris que j'allais ressortir des stands quatrième, j'ai essayé de rester en piste le plus longtemps possible et j'ai poussé pour tenter l'overcut. Mais j'ai poussé tellement fort que j'ai ruiné mes pneus en deux tours, puis l'équipe m'a dit de rester en piste, mais à ce moment-là, mes pneus étaient morts et n'ont plus fait que de perdre en performance."
"Dans l'ensemble, on a juste manqué un peu de chance et notre processus de décision a été un peu malencontreux. Mais on se serre les coudes, on n'accuse jamais personne, on perd et on gagne en équipe", a-t-il conclu.
"J'espérais de l'action mais il n'y en a pas tellement eu, ma course a donc ressemblé à un long dimanche dans la voiture sans climatisation, a expliqué Valtteri Bottas, qui a un moment a ralenti de trois secondes par tour pour faire en sorte qu'Hamilton ressorte devant lui et Alexander Albon (Red Bull). Nous avons essayé de se créer des opportunités en décalant l'utilisation de nos pneus par rapport aux voitures de devant pour peut-être avoir une chance d'attaquer en fin de course, mais ça n'a pas marché, a-t-il précisé. La voiture avait l'air rapide mais il faut un delta de presque deux seconds pour dépasser à Singapour. Nos principes d'arrêts au stand sont tels que nous ne les utilisons pas pour inverser les positions entre voitures. La voiture devant a toujours la priorité ; donc si la voiture derrière s'arrête tôt et fait l'undercut, nous nous assurerons que l'autre voiture ressortira devant."

"Nous avons laissé consciemment une position à Verstappen"

"Nous avons manqué un but tout fait en ne faisant pas l'undercut au 19e tour, a expliqué l'ingénieur en chef, Andrew Shovlin. Nous en avions parlé mais nous n'avons pas réagi assez rapidement au vu du déclin de la performance des pneus de Charles [Leclerc].Nous avons décidé d'appeler Valtteri pour faire l'opposé de Verstappen dans le tour qui comptait mais évidemment nous aurions dû le faire avec Lewis. Nous l'avons fait assez tard si bien qu'ils n'ont pas pu réagir."
"C'était notre chance de gagner et c'est rageant de laisser quelque chose glisser de ses doigts. Nous avons fini par appeler Valtteri en premier pour éviter de perdre une place sur Albon, et c'est la raison pour laquelle nous lui avons demandé de maintenir l'écart. Autrement, ça aurait forcé Lewis à rentrer, a ajouté Shovlin. Avec Lewis, nous avons essayé de rester en piste pour maximiser le décalage pneumatique par rapport au peloton de devant et voir si la voiture de sécurité ne sortait pas. Nous avons perdu une position sur Vettel, mais nous avons laissé consciemment une position à Verstappen pour maximiser ce pari. La séquence de voiture de sécurité à la fin ne nous a aidé notre cause mais ça n'a pas fait une grosse différence."
Mercedes a donc traversé un nouveau week-end sans succès. Une disette qui commence à êtyre bien longue... Andrew Shovlin en est conscient, il y a du boulot : " Ça nous paraît une éternité depuis notre dernière victoire mais il n'y a pas une raison unique à ça. Nous avons beaucoup de domaines à travailler pour progresser".
Grand Prix de Singapour
Wolff : "On s'est complètement planté du début à la fin"
22/09/2019 À 16:47
Grand Prix de Singapour
Leclerc : "Je voulais faire comprendre que j'étais très mécontent"
22/09/2019 À 15:51