Le Mugello avait fatigué des pilotes néanmoins heureux aux essais vendredi et samedi, mais ces derniers étaient loin de se douter de l'enfer, du chaos qui les attendaient dimanche. L'inédit Grand Prix de Toscane a d'abord été marqué un accident collectif au premier tour, qui a débouché sur un autre crash terrifiant lors du restart lancé, six boucles plus tard, et un drapeau rouge. Repartis sur une grille classique au 10e tour, les pilotes ont de nouveau été stoppés suite à une sortie de piste qui a détruit la Racing Point de Lance Stroll, au 44e tour. Après avoir repris une nouvelle fois leurs esprits au stand, les 12 pilotes encore en lice ont pu voir le drapeau à damier au bout des 59 tours.

Grand Prix de Toscane
Deux drapeaux rouges, un seul Hamilton
13/09/2020 À 15:34

De ce chaos, Lewis Hamilton (Mercedes) a eu le privilège d'en émerger en vainqueur, pour la 90e fois de sa carrière. Au terme d'un parcours digne des montagnes russes. Surpris au départ original par un manque de grip de sa W11, le sextuple champion du monde a chassé son coéquipier Valtteri Bottas avant de saisir l'opportunité de le déborder au second départ arrêté, au 10e passage. Obligé de défense sa première place lors du troisième départ, il n'a montré aucun signe de faiblesse alors que, dans ses rétroviseurs, son coéquipier finlandais ratait encore son démarrage et passait un tour derrière la Renault de Daniel Ricciardo avant de reprendre son bien.

Au final, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont réussi leur troisième doublé en 2020, après le Grand Prix de Styrie et le Grand Prix de Belgique.

"Le Mugello est un circuit magnifique où j'aurais revenir"

"Ce fut l'une des journées les plus difficiles, physiquement et mentalement, que j'ai pu vivre, a reconnu Lewis Hamilton. J'en sors relativement épuisé, mais c'est une sensation fantastique de gagner une course aussi folle. Je suis un peu sonné, c'est comme si on avait fait trois courses en une journée. Ce fut incroyablement éprouvant, cette piste est phénoménale et Valtteri m'a poussé fort. Ce fut donc tout sauf facile."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1027x1077:1029x1075)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/09/13/2886011.jpg

"Avec tous ces restarts et l'attention qu'ils requéraient, cela a été vraiment dur, a poursuivi le n°1 mondial, désormais posté 55 points devant son coéquipier. Mon premier départ n'a pas été génial, et j'ai perdu une place au profit de Valtteri. Mais mon second a été meilleur et j'ai récupéré ma position. A partir de là, j'ai eu un avantage confortable mais il y a eu un nouveau drapeau rouge. N'importe quoi aurait pu arriver mais heureusement, sur le dernier, j'ai fait mon meilleur départ de la journée et j'ai pu maintenir ma position."

On fut rassuré sur un point : le Mugello offre des opportunités réelles de dépassements dans la grande ligne droite, et Lewis Hamilton a passé son temps à soigner ses passages dans la courbe qui y conduisait. "Valtteri a toujours été à l'affût et je ne pouvais commettre aucune erreur, sans quoi il m'aurait de suite passé dans la ligne droite", a-t-il insisté.

"Trois courses aujourd'hui"

Après toutes ces émotions, il va falloir faire un bilan, établir la cause des accidents. Mais pour l'Anglais, c'est tout vu. "Le Mugello est un circuit magnifique où j'aimerais revenir", a-t-il dit, en guise de conclusion.

De son côté, Valtteri Bottas a un peu plus laissé filer le Britannique vers son septième titre mondial. Après une journée qui aurait pu le consacrer vainqueur, il a expliqué ses nombreuses difficultés. "C'est comme si nous avions fait trois courses aujourd'hui, et c'était sacrément éprouvant, a-t-il confirmé. La première partie s'est bien passée pour moi, mais elle fut courte. J'ai fait un départ de rêve et j'ai maintenu ma première position lors du premier restart (tour 7). Dès lors que je l'avais perdu au profit de Lewis lors du second départ (tour 10), cela a été vraiment compliqué de revenir. J'ai tout fait pour, spécialement dans mon deuxième relais pour maintenir l'écart. Mais quand on est derrière, la voiture glisse plus et ça use les pneus. Une fois ma place cédée, il n'y a pas eu beaucoup d'opportunités."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1576x794:1578x792)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/09/11/2884728.jpg

Heureux dirigeant d'une écurie qui n'est "pas à vendre" comme il l'a dit - à Ineos ni à personne - Toto Wolff s'est déclaré satisfait d'avoir mis le redoutable triptyque Spa-Monza-Mugello dans le rétroviseur. "Quelle course incroyable avec tous ces drapeaux rouges et ces restarts ! s'est exclamé l'Autrichien. Je suis surtout ravi que tout le monde soit sain et sauf après ces incidents. Le crash dans la ligne droite a été très effrayant, comme la sortie de piste de Lance [Stroll]. Pour nous, ce doublé est un résultat fantastique. Augmenter notre avance dans les deux championnats est appréciable avant un week-end de repos."

Ce dimanche fut un petit moment d'histoire. Une 1000e pour Ferrari, mais une 100e pour Mercedes. "C'est la centième victoire de Mercedes depuis son retour en 2010 et c'est un cap dont chacun, à Brackley, Brixworth et Stuttgart, peut être fier, a signalé Andrew Shovlin, l'ingénieur en chef. Lewis a manqué son premier départ à cause d'un patinage. Valtteri a aussi connu un moment difficile en partant sur les morceaux de pneus au sol du côté gauche de la grille lors du dernier restart, se faisant du coup doubler par Riccardo."

"Le restart lancé a probablement été plus dur que le premier départ en lui-même, a-t-il estimé. Nous en avions parlé longuement ce matin (avec la FIA). Nous savions que la voiture de sécurité éteindrait sa rampe de feu (sur son toit) très tard, et que, de là, le leader de la course ne pourrait démarrer tôt car tout le monde serait en embuscade pour le passer. Valtteri contrôlait l'allure à ce stade selon un bon timing, mais derrière lui plusieurs voitures ont démarré un peu trop tôt, ce qui a déclenché un chaos qui a conduit à un drapeau rouge. C'était une course où il était sur de rester normalement devant, car c'est compliqué de deviner ce qui va se passer ensuite."

Grand Prix de Toscane
"Depuis quand Vettel n'aime-t-il plus Ferrari ?"
IL Y A 15 HEURES
Grand Prix de Toscane
"Entre Honda et Verstappen, ça peut tourner au vinaigre, il n'est pas très diplomate"
15/09/2020 À 14:50