Les pilotes Mercedes sont-ils à l'abri ?

Moins que jamais ! Ils partent de la première ligne, et c'est à peu près tout ce dont ils sont sûrs. Car les simulations de course ne sont pas allées à leurs termes à cause d'un drapeau rouge, vendredi en essais libres 2. Lewis Hamilton et Valtteri Bottas vont attaquer la course prudemment de ce point de vue, pour voir jusqu'où ils pourront amener le type "tendre" qui équipe leurs W11 au départ.

Grand Prix de Toscane
"Depuis quand Vettel n'aime-t-il plus Ferrari ?"
IL Y A 16 HEURES

"Nous attaquerons la course un peu en aveugle. Nous verrons comment les pneus tiennent, si la course est à un ou deux arrêts, mais il y a quelques options stratégiques", a résumé leur patron, Toto Wolff.

En fait, les stratégistes de Mercedes ont surtout en tête que c'est une bataille à deux contre deux qui se dessine pour une fois avec Red Bull, puisque Alexander Albon s'est qualifié quatrième. Avec deux stratégies possibles, les options sont multiples et les numéro 2 pourraient bien se sacrifier pour jouer les détonateurs dans la pitlane.

Quel résultat Verstappen peut-il espérer ?

Un podium à coup sûr, voire la victoire. Sur la foi de ce qu'il a réussi à Silverstone au Grand Prix du 70e anniversaire, le Néerlandais peut être un vrai rival pour les pilotes Mercedes dans une course à 59 tours qui offre avant son départ plus de questions que de réponses. Surtout en matière de gestion des pneus, dans laquelle le Batave peut exceller.

Le Néerlandais a cédé 0"365 à la meilleure W11 en Q3, et sa RB16 n'a pas dit son dernier selon lui, et… Mercedes. "Je me sens heureux dans la voiture, a-t-il confié. C'est un week-end très positif jusque-là. Oui, c'est le meilleur de l'année. L'équipe a fait un super boulot sur le set up de la voiture." Bref, son auto semble capable de retarder l'usure des gommes, ce qui sera un atout déterminant.

D'ailleurs, on ne s'y trompe pas chez Mercedes, même si on a tendance à surjouer la peur de Red Bull. Néanmoins, il faut lire les propos de Lewis Hamilton pour réaliser que quelque peut se passer dimanche : "On a vu que la qualification a été excitante. Nous avons toujours une marge sur Verstappen en qualification, mais il récupère environ une demi-seconde au tour en course. Vu l'écart, ça va être difficile de le garder derrière."

Charles Leclerc (Ferrari) peut-il faire un top 4 ?

Le Monégasque a surperformé samedi et sa place correspond à ce que son boss, Mattia Binotto, avait prédit, à savoir un résultat analogue à celui de Silverstone 1, où le natif de Monte-Carlo s'était qualifié quatrième sans trop savoir comment. Il avait fait une superbe course à un arrêt et ce plan pourrait encore le récompenser dimanche.

Alexander Albon (Red Bull) reste sur deux courses ratées et il peut même rêver à un top 4 pour la 1000e de la Scuderia.

Pourquoi Ferrari est une écurie mythique

Les Renault ont-elles une chance de corriger le tir ?

Daniel Ricciardo décevant huitième, Esteban Ocon auteur d'une grosse faute en Q3 et non chronométré, les pilotes n'ont pas été capables de traduire le potentiel de la monoplace, brillante à Spa-Francorchamps mais déjà en difficulté à Monza. Sur la base des essais libres, la RS20 ne vaut pas mieux mais les dépassements s'annoncent difficiles sur cette piste rythmée, étroite, où il n'existe qu'une trajectoire. "Nous aurions pu être cinquième et sixième, assure Alan Permane, le directeur sportif. En regardant les courses support (Formule 2, Formule 3), il semble possible de dépasser."

Que dit Pirelli à propos de la stratégie ?

"Sur le papier, le plan à deux arrêts est légèrement plus rapide pour les 59 tours, explique Mario Isola, directeur du programme Compétition. Il consiste à stopper en deux relais de 19 tours en 'tendre' puis un dernier de 21 tours en 'medium'" Avec une incertitude sur le fait que le medium pourrait servir pour le relais du milieu.

"La seconde solution à deux arrêts la plus rapide est un relais de 16 tours en 'tendre' puis deux en 'medium' respectivement de 21 et 22 tours", ajoute le technicien italien.

Enfin, les partisans d'un seul arrêt laisseraient leur "tendre" pour un "dur" au tour 22.

Quel résultat Pierre Gasly (AlphaTauri) peut-il espérer ?

Le vainqueur du Grand Prix d'Italie pointait au huitième rang avant les seconds runs en Q1. Son élimination sur un problème technique l'a rejeté sur le 16e emplacement de la grille de départ. Une stratégie à un arrêt peut plus facilement le sortir du paquet et il a prouvé cette année qu'il savait faire la différence sur la gestion des gommes. Un Top 10 reste possible.

Quel facteur va le plus jouer dans la performance des pilotes ?

La fatigue. C'est rare qu'ils la ressentent et en parlent ouvertement dès les essais. Sur ce circuit fait où les G latéraux sont importants (5 G), les 59 tours promettent d'être un enfer, spécialement les derniers.

Grand Prix de Toscane
"Entre Honda et Verstappen, ça peut tourner au vinaigre, il n'est pas très diplomate"
15/09/2020 À 14:50
Grand Prix de Toscane
Mercedes - FIA, les raisons du début de la guéguerre
15/09/2020 À 14:41