Quelle sensation ! Lance Stroll a conquis sa première pole position en Formule 1, samedi, sur la piste transformée en patinoire de l'Istanbul Park, théâtre chaotique de la 14e séance de qualification de la saison. Au bout d'une séance haletante où il fallait choisir les bons pneus sculptés sur un tracé détrempé, entre "intermédiaire" et "pluie".

Grand Prix de Turquie
"Dynamique interrompue pour Renault : l'histoire aurait peut-être été différente avec Alonso"
19/11/2020 À 23:51

Le mercure particulièrement hostile aux monoplaces de Formule 1 (air à 11°C, piste à 13°C), la piste déjà glissante sur le sec en raison de son resurfaçage maladroit, la session promettait d'être une loterie, et il était écrit que chacun des 20 pilotes du plateau avait sa chance de décrocher le pompon.

En Q3, dernière partie de la qualification, le Canadien de l'écurie Racing Point, future Aston Martin, a remporté en "intermédiaire" son duel contre Max Verstappen (Red Bull), fortement agacé d'avoir été battu en Pirelli "pluie", après avoir dominé les trois séances d'essais libres, la Q1 et la Q2..

"Je ne trouve pas les mots, je suis sous le choc !", a avoué le premier Canadien en position de pointe depuis Jacques Villeneuve en 1997, à Jerez de la Frontera.

Hamilton 6e à 4"7

En 1'47"765, il a gardé 0"290 de marge sur le Néerlandais, alors que son coéquipier Sergio Pérez (Racing Point) a signé son premier Top 3 en carrière, à 1"556. Pour l'écurie aux "Mercedes roses", surnom donné aux monoplaces pour leur ressemblance assumée avec les Flèches d'argent de 2019, ce tir groupé sera l'opportunité dimanche de reprendre la troisième place à Renault au championnat du mondes des constructeurs, même si les bolides jaunes ont assuré l'essentiel avec les cinquième et septième positions de Daniel Ricciardo et d'Esteban Ocon.

Chez Red Bull, Max Verstappen a séparé au dernier moment les RP20 et le second pilote, Alexander Albon, a égalé sa meilleure séance du Mugello avec le quatrième temps. De quoi rester l'écurie à battre dimanche, suite à la disparition - ou presque - des Mercedes des radars. C'est étrange, mais l'équipe de Toto Wolff est en train de rater ce Grand Prix de Turquie si important pour elle, ou surtout pour son pilote star. Lewis Hamilton, qui peut être sacré une septième fois champion du monde dimanche, a en effet signé le sixième temps, à 4"795, et Valtteri Bottas (Mercedes), son ultime rival mathématique au championnat, le neuvième à 5"493.

Enfin, il restait deux places pour des exploits, et les pilotes Alfa Romeo, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi, les ont signés en réservant les huitième et dixième emplacements de la grille de départ. Et si le Finlandais et l'Italien ont pu participer à leur première Q3 cette saison, c'est en raison des échecs retentissants d'autres candidats habituels au Top 10. Parmi lesquels les pilotes McLaren, Lando Norris (11e) et Carlos Sainz (13e), les titulaires de Ferrari, Sebastian Vettel (12e) et Charles Leclerc (14e) et le vainqueur de Monza, Pierre Gasly (AlphaTauri), 15e.

Grand Prix de Turquie
Stroll leader fourvoyé, Pérez deuxième mais bientôt remercié : Racing Point, un podium pas si rose
17/11/2020 À 17:07
Grand Prix de Turquie
"La bourde de Leclerc a sauvé la saison de Vettel, et peut-être la prochaine"
17/11/2020 À 16:39