Lewis Hamilton n'avait jamais enchaîné un titre avec une victoire. Mais dimanche, le Britannique avait sa bonne étoile. Max Verstappen était le meilleur en "super tendre" ; le plus vite et le plus longtemps. Le Néerlandais remontait sur lui à grande vitesse en "tendre" quand le zèle d'Esteban Ocon (Force India) a fait basculer le Grand Prix du Brésil au 44e passage.

Le quintuple champion du monde a pourtant lutté jusqu’au 71e tour pour garder 1"469 sur la Red Bull au fond plat visiblement endommagé. Pour une 72e victoire en carrière, la 10e de la saison.

Grand Prix d'Espagne
156 podiums : Hamilton continue d'effacer Schumacher des tablettes
17/08/2020 À 15:57

"Cette course a été très difficile pour moi, mais je voulais absolument atteindre l'objectif et gagner pour l'équipe. C'est génial d'y être arrivé, a déclaré le natif de Stevenage. Tous les membres de l'équipe peuvent maintenant participer à la dernière course avant la pause hivernale, en sachant qu'ils ont remporté le titre mondial et qu'ils sont des légendes."

"Je ne m'attendais pas à ce que les pilotes Red Bull soient dans la course comme ça, je pensais qu'ils seraient dans le même rythme que nous, mais ils étaient un peu plus rapides. Nous avons eu du mal avec les pneus dès le premier relais et ils ont été capables de mieux gérer les pneus que nous. Dans le deuxième relais, j'étais sur les pneus 'medium' et j'avais un problème avec le moteur, alors j'ai juste essayé de franchir la ligne d'arrivée."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1916x366:1918x364)/origin-imgresizer.eurosport.com/2018/11/12/2460330.jpg

"On pourrait logiquement baisser de pied"

En souffrance avec ses "medium", il a vu débouler la Red Bull dans la ligne droite des stands sans pouvoir lui opposer la moindre résistance. Cela aurait dû être le coup de grâce. "Quand Max m'a passé, ce n'était pas agréable mais il a eu son incident avec Ocon ensuite et tout d'un coup, j'étais de retour en tête, a poursuivi #LH44. J'étais à la radio, je disais à mes ingénieurs : 'Je ne veux pas baisser les bras, dites-moi ce que je dois faire'. J'attaquais tellement fort à la fin, je prenais tous les risques. C'est une grande satisfaction."

"On a écrit une nouvelle page d'histoire avec l'équipe, s'est-il félicité. Si je devais quitter Mercedes aujourd'hui, je me souviendrais toujours de ce jour et que j'en faisais partie et c'est vraiment cool. Cette année a été une année très difficile et tous les membres de cette équipe se sont battus si fort, plus fort que jamais. Et nous sommes aussi plus unis que nous ne l'avons jamais été : ce qui n'est pas normal quand on a eu du succès au cours des années précédentes et que l'on pourrait logiquement baisser de pied. Les gars ont continué à hausser leur niveau."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1366x354:1368x352)/origin-imgresizer.eurosport.com/2018/11/12/2460329.jpg
Grand Prix d'Espagne
Bonus-malus : Hamilton sur orbite, Bottas fataliste, Verstappen colérique
16/08/2020 À 23:17
Grand Prix d'Espagne
Bouillie stratégique pour Vettel, deux tours sans ceinture pour Leclerc : Ferrari en improvisation
16/08/2020 À 19:33