2014 : Les Flèches d'argent mettent le turbo

De retour en Formule 1 avec sa propre écurie en 2010, Mercedes a investi 350 millions d'euro dans son groupe propulseur pour la nouvelle ère turbo-hybride. Le V6 fabriqué à Brixworth, en Angleterre, s'avère le plus puissant et le plus fiable, et Lewis Hamilton et Nico Rosberg forment une paire de pilotes sans équivalent.

Grand Prix du Japon
Renault ne fera pas appel de sa disqualification au Japon
24/10/2019 À 15:23

Le Britannique et l'Allemand trustent pole position et victoires, et la belle amitié des années de karting vole en éclats. Leur duel sans merci du Grand Prix de Bahreïn est une illustration de cette tension de plus en plus palpable. Un doute, et c'est la polémique. Nico Rosberg empêche Lewis Hamilton de lui contester la pole position à Monaco en provoquant un drapeau jaune sur une sortie de piste.

Les pilotes ne veulent plus collaborer lors des réunions techniques et Toto Wolff les rappellent à l'ordre. Nico Rosberg fouille avec son ingénieur depuis des semaines dans la télémétrie de Lewis Hamilton et trouve comment le Britannique parvient à moins consommer…

Au cœur de l'été, en Hongrie, les deux hommes sont sur des stratégies différentes et Mercedes exige de Hamilton de laisser passer Rosberg. Hamilton refuse. En Belgique, lors de l'épreuve suivante, Rosberg se rabat trop vite sur Hamilton, provoque une crevaison et son abandon. En interne, l'Allemand est sanctionné d'une amende. Mercedes remporte son premier titre des constructeurs en Russie, à trois manches de la fin, et Lewis Hamilton est champion du monde lors de la dernière, à Abou Dabi. Il n'y a pas eu de combat : Rosberg a rencontré un problème technique.

En chiffres : 11 doublés, c'est un nouveau record.

https://i.eurosport.com/2014/11/24/1358233.jpg

2015 : La fiabilité départage Hamilton et Rosberg

Mercedes poursuit sa domination et Toto Wolff est confronté au même problème de gestion de ses pilotes. En Malaisie, Rosberg gêne Hamilton en Q3, l'équipe lui fait perdre du temps derrière le double champion du monde au stand. Mais en termes de stratégie, Mercedes commet une bourde bien plus grave à Monaco en accordant un pit stop de confort qui coûte la victoire à Hamilton, au profit de Rosberg. Toto Wolff en endosse la responsabilité.

Mais si le V6 allemand avait été impeccable en 2014, il joue un rôle déterminant dans la lutte pour le titre. A Monza, il casse sur la monoplace de Rosberg à deux tours de la fin, privant ce dernier de la 3e place. Hamilton, vainqueur, possède 53 points d'avance au championnat. Malgré un abandon sur ennui de moteur à Singapour, il creuse encore l'écart à Sotchi, où un incroyable problème de pédale d'accélérateur conduit Rosberg définitivement au garage.

A Brackey, où sont préparées les Flèches d'argent, on a passé un produit de nettoyage sur des fils qui ont dégradé la connexion entre la pédale d'accélérateur et le moteur. En Russie, l'équipe fête son deuxième titre des constructeurs. Hamilton validera le sien, son troisième, à Austin.

En chiffres : A Silverstone, Hamilton mène une course pour la 18e fois de suite, le record de Jackie Stewart est battu. Mercedes bat son propre record de 12 doublés.

https://i.eurosport.com/2015/10/11/1709728.jpg

2016 : La chance penche cette fois pour Rosberg

La W07 ouvre la saison par quatre victoires de Nico Rosberg et la surprise est de voir la Red Bull de Max Verstappen devenir sa plus sérieuse rivale, car Ferrari ne remportera aucune victoire. Tout n'est pas parfait chez Mercedes car la fiabilité pose encore problème, notamment sur la machine de Lewis Hamilton : en Chine comme en Russie, le système de récupération d'énergie est défaillant.

Mais la rivalité refait surface lorsque les deux Flèches d'argent partent de la 1re ligne en Espagne et que leurs pilotes s'éliminent dans un accrochage spectaculaire qui sème un peu plus la zizanie. Toto Wolff ne tranche pas les responsabilités et, comme à Spa l'année précédente, autorise ses pilotes à continuer de se battre en piste. Mais il n'est pas vraiment possible de les raisonner : au Canada, Hamilton tasse Rosberg, et en Autriche il résiste à un contact avec son coéquipier sur la défensive dans le dernier tour pour filer encore vers la victoire.

Après avoir compté jusqu'à 43 points de retard au championnat, le Britannique pointe pour la 1re fois en tête du championnat après la Hongrie. Mais la fiabilité joue encore un rôle déterminant, et à l'inverse de 2015, Rosberg est épargné. La casse moteur d'Hamilton en Malaisie lui permet conclure 2019 avec quatre deuxième places et son premier titre, à Abou Dabi. Qui sera son dernier : lors de la remise des prix au gala de la FIA, l'Allemand officialise sa retraite.

En chiffres : avec son triplé de fin 2015 et ses quatre succès initiaux, Nico Rosberg égale les séries records d'Alberto Ascari et Michael Schumacher. 19 victoires pour Mercedes (sur 21), c'est un nouveau record absolu.

https://i.eurosport.com/2016/07/31/1902679.jpg

2017 : Une star et une diva

Valtteri Bottas arrive de Williams pour seconder Lewis Hamilton. Il apaise immédiatement l'ambiance : il n'est pas du calibre de Nico Rosberg et il es loyal. De fait, Lewis Hamilton s'installe vite dans un rôle de pilote n°1. Toto Wolff est débarrassé d'un problème mais un autre pointe tout aussi épineux : en effet, la W08 est inconstante, peut-être en raison du nouveau règlement technique (monoplace et pneus plus larges, aéro réduite). Sur certain circuit, elle est inexploitable à 100%. Elle est surnommée la « diva » et la concurrence s'aiguise car Ferrari est de retour au premier plan.

Lewis Hamilton se retrouve ainsi en compétition pour le titre avec Sebastian Vettel, le n°1 de Maranello. Et sa tâche est tellement difficile qu'il ne prend la tête du championnat qu'après la 13e manche de la saison, en Hongrie, pour ne plus la quitter.

Chez les constructeurs, Mercedes partage la 1re place du Mondial avec Ferrari dans le premier tiers de la saison puis se détache peu à peu. En utilisant l'arme du règlement : transfuge de Maranello, James Allison, désormais de l'autre côté de la Manche, a révélé à la FIA l'astuce de l'huile brûlée par le moteur Ferrari, qui a fait un bond en termes de puissance. Mercedes a aussi de la chance à Singapour, où la victoire aurait été impossible sans l'accident au départ entre Vettel et Räikkönen. Mercedes couronné une 3e fois, à Austin, le n°44 des Gris est sacré à l'épreuve suivante, à Mexico. Il peut remercier les usines de Brackey et Brixworth pour les efforts fournis : Mercedes a épuisé Ferrari dans la course au développement technique.

En chiffres : A Spa, Lewis Hamilton bat le record de pole positions de Michael Schumacher (68) et finit la saison à 72 positions de pointe.

https://i.eurosport.com/2017/10/30/2197626.jpg

2018 : Tout pour Hamilton

La W09 a encore quelques défauts de sa devancière mais l'équipe technique parvient à les corriger plus rapidement. Au gré des spécifications pneumatiques, elle s'en sort aussi mieux que ses rivales. Dans la lutte que Mercedes livre encore à Ferrari, l'exploitation du matériel et les stratégies de course prennent une importance cruciale et l'équipe allemande brille beaucoup plus souvent. C'est particulièrement net à partir de Monza, où Sebastian Vettel commet une nouvelle faute (un tête-à-queue) et où Kimi Räikkönen subit la stratégie à 2 contre 1 de Mercedes.

Sans scrupules à Sotchi, Mercedes ordonne à Bottas de donner sa victoire à Hamilton. Une erreur qu'admettra le patron, Toto Wolff. Pour une fois, Lewis Hamilton s'adjuge le titre (à Mexico) avant Mercedes (à Sao Paulo).

En chiffres : A Sotchi, Hamilton termine sa 28e course de suite dans les points. Le précédent record de Kimi Räikkönen est dépassé.

https://i.eurosport.com/2018/11/11/2459435.jpg

2019 : Mercedes dans l'histoire

Inquiet des gains de puissance réalisés par Ferrari, Toto Wolff a exorté pendant l'hiver ses motoristes à prendre des risques, accélérer le calendrier des nouveaux. Les Gris sont d'autant plus dans le doute que la nouvelle Ferrari SF90 est intouchable lors des essais de présaison. Mercedes jure ne pas avoir bluffé, mais sa W10 s'avère imbattable en commençant sa carrière par cinq doublés pour une série huit victoires en tout. Le coup de chaud de Spielberg permet à Red Bull de briller, et Max Verstappen profite aussi du chaos à Hockenheim.

Après le break estival, Ferrari est enfin au rendez-vous en qualification et en course. Après Spa, Monza, Singapour, marqué des pole positions et des victoires rouges grâce à Charles Leclerc et Sebastian Vettel, Toto Wolff explique que Mercedes a levé le pied en termes de développement pour se concentrer sur 2020.

Ce n'est pas entièrement convaincant mais Hamilton fait un vainqueur chanceux à Sotchi et Bottas se joue des Ferrari à Suzuka pour permettre à Mercedes de s'adjuger deux nouveaux titres. Celui des constructeurs est officiel et Hamilton et Bottas sont les deux derniers en lice chez les pilotes.

En chiffres : A Melbourne, Lewis Hamilton réussi sa 8e pole position, égalant le nombre de poles sur un même circuit d'Ayrton Senna (Imola) et de Michael Schumacher (Suzuka). A Sotchi, le Britannique dépossède l'Allemand du plus grand nombre de courses menées (143).

https://i.eurosport.com/2019/10/13/2695334.jpg
Grand Prix du Japon
Coup dur pour Renault : Ricciardo et Hulkenberg finalement disqualifiés à Suzuka
23/10/2019 À 22:34
Grand Prix du Japon
Leclerc reconnaît son erreur : "Je suis celui qu'il faut critiquer"
15/10/2019 À 08:58