Lewis Hamilton a commis une erreur qui a finalement donné un peu de sel à ce Grand Prix du Portugal qui en manquait, et l'a obligé à cravacher pour aller chercher une 97e victoire pleine de panache, dimanche. Une statistique est d'ailleurs là pour l'illustrer : à Portimao, le septuple champion du monde n'a une fois de plus pas eu peur d'attaquer sa course du mauvais pied : il a remporté son quatrième succès de suite en partant de la deuxième place, son deuxième de la saison après le retournement de situation qu'il avait opéré à Sakhir, en ouverture de la saison.
Le film de la course
Là, la brillante stratégie de Mercedes n'y a été pour rien. La troisième manche du Mondial était une course à un arrêt - vu le temps passé dans la pitlane - et le Britannique de 36 ans a donné de sa personne pour gagner à force de dépassement. Et ce fut tout sauf facile pour lui, à en juger son ton essoufflé à la radio à plusieurs reprises.
Grand Prix du Portugal
En galère mais sans regrets : Verstappen a "tout essayé" et même doublé les Mercedes
02/05/2021 À 19:53
"Il a apparemment eu la course entièrement sous son contrôle, a déclaré Toto Wolff, le directeur d'équipe de Mercedes, à Sky Sport. Avant de tempérer son propos ainsi : "On entendait à sa voix à quel point il attaquait. Il ne pouvait en aucun cas lâcher l'affaire car son avance était trop faible et tout le monde attaquait. Les écarts fluctuaient en permanence."

Patience exigée

"Ce fut une course éprouvante, a confirmé le principal intéressé. Physiquement et mentalement, c'était un tout. Le vent soufflait fort, et il était facile de commettre une erreur. Je n'ai pas fait un bon départ et j'ai décroché derrière Valtteri au restart, et ce n'était pas bon. Je n'étais pas content."
Deuxième sur la grille de départ, le pilote de la W12 n°44 a effectivement ouvert les premiers tours derrière son coéquipier poleman avant de rétrograder troisième après la neutralisation suite aux débris d'aileron laissés par l'Alfa Romeo de Kimi Räikkönen. Au restart du 7e des 66 tours de course, il s'est fait piéger par la relance tardive de Valtteri Bottas, et a été une proie facile pour Max Verstappen, au virage n°1. Mais cela aurait été mal le connaître de croire qu'il n'allait pas répliquer. Quatre tours plus tard, il doublait le Néerlandais sur une superbe manœuvre à l'extérieur du premier virage.
"Max a fait une erreur et je savais que je pouvais me rapprocher de lui", a-t-il expliqué. Effectivement, le Batave a glissé de l'arrière deux fois à l'accélération au n°14, et il lui a fait payer cash au bout de la ligne droite des stands.
Galvanisé par ce dépassement, l'Anglais a retrouvé son tempérament offensif pour mener la chasse à son coéquipier, en tête. Tout en discernement, puisqu'il lui a fallu attendre de faire redescendre ses pneus en température pour porter l'estocade au 20e passage. Au bout d'une manœuvre incisive au premier virage, dans les limites de la piste avec les roues de droite sur la bordure comme exigé par la FIA.
https://i.eurosport.com/2021/05/02/3125317.jpg

L'étrange passe d'arme avec Pérez

C'est là qu'on a retrouvé l'autre Hamilton que l'on connaît, leader inquiet maniant un peu l'intox au besoin. "Mes pneus sont assez entamés", a-t-il lâché une boucle plus tard. A voir le rythme qu'il a imposé pour éloigner Valtteri Bottas à plus d'une seconde, donc de la zone DRS, son capital pneus n'était sûrement pas en danger. Il a poursuivi en abaissant le meilleur tour en course, puis en s'arrêtant au 38e passage, juste après Max Verstappen et Valtteri Bottas.
Puis, au 51e tour, il est enfin passé en tête pour de bon en mettant fin à la chevauchée solitaire de Sergio Pérez, laissé volontairement en piste par Red Bull dans le but de profiter d'un coup de théâtre qui n'est pas arrivé. La passe d'arme très convenue entre l'Anglais et "Checo" a au moins été le moyen de s'apercevoir que LH44 stressait quand même, et se croyait en tête ! "Les drapeaux !", a-t-il crié à la radio. Le Mexicain était bien devant lui, et non un retardataire à qui il prenait un tour…

Le point bonus de Verstappen annulé

Pour finir, la bataille du point bonus a révélé à quel point Mercedes et Red Bull entendaient ne rien laisser en route en cette saison haletante. Passé troisième sur une erreur qui a ouvert la voie à Max Verstappen, Valtteri Bottas est rentré au stand pour prendre des gommes "tendre" afin de chasser le point bonus du meilleur tour en course, et le Batave s'est empressé de l'imiter.
Avec une demi-minute d'avance sur le pilote Red Bull à l'entame de l'avant dernier tour, Lewis Hamilton a interrogé son équipe sur l'opportunité de rentrer lui aussi pour disputer ce point que Verstappen n'allait pas manquer de s'octroyer. Il n'a finalement pas osé prendre le risque et il a eu raison : le chrono de Verstappen établi dans le dernier tour a été annulé pour un hors limite au virage… n°14.
La fin d'un week-end au presque parfait pour le pilote de Brackey, seulement frustré - mais il ne l'a pas confié - de ne pas avoir décroché samedi sa 100e pole position. Car il repart du Portugal avec huit points d'avance sur son rival pour le titre et la confiance en hausse grâce à la rigueur affichée en exploitation par Mercedes ce week-end, sans que sa voiture n'ait bénéficié d'une mise à jour, au contraire de la Red Bull. "Je ne pense pas que nous avons progressé mais plutôt que Red Bull a légèrement reculé ce week-end", a résumé Lewis Hamilton. Au final, les courbes de forme des deux meilleures voitures du plateau se sont encore croisées, et tout sera encore remis en question la semaine prochaine, au Grand Prix d'Espagne.
Grand Prix du Portugal
"Alonso a retrouvé la grinta, et ça, c'est plutôt bon signe"
04/05/2021 À 20:01
Grand Prix du Portugal
"Bottas essaye d'être le nouveau Rosberg mais on a le sentiment qu'il n'y arrivera jamais"
04/05/2021 À 17:39