Mercedes : Hamilton sous surveillance

Hamilton 1er (107 pts), Bottas 3e (73 pts)

Saison 2020
De Ferrari à la succession de Carey : Domenicali devrait devenir le nouveau patron de la F1
HIER À 10:02

Lewis Hamilton suit une trajectoire de champion du monde, avec trois victoires, une deuxième place et une quatrième. On lui reproche souvent d'avoir la meilleure monoplace du plateau mais Valtteri Bottas n'est pas là pour faire décoration : il profite du moindre de ses relâchements, au moins en qualification. Le Britannique a réalisé 3 pole positions contre 2 au Finlandais, avec deux tours magistraux, sous la pluie à Spielberg 2, et à Silverstone 1. Néanmoins, le Viking est le spécialiste pour arracher des pole positions à coups de millième. Ses marges sur les quatre dernières en témoignent : 0"006 (Silverstone 2019), 0"012 (Austin 2019 et Spielberg 1 2020) et 0"063 (Silverstone 2 2020).

En course, la hiérarchie des essais est restée la même, à l'exception du Grand Prix du 70e anniversaire. Et le départ n'a jamais fait la différence, à part pour Bottas, distrait par une diode sur son tableau de bord en Hungaroring. Le Grand Prix de Grande-Bretagne a illustré une tendance déjà en place : Lewis Hamilton gère mieux la température et donc la dégradation de ses pneus.

Notre avis : La menace Max Verstappen, n°2 mondial à 30 points, peut servir de prétexte à Mercedes pour rétablir l'Anglais dans le rôle de pilote n°1.

"Cette affaire Racing Point a des effets de bord sur Mercedes"

Red Bull : Verstappen sur sa planète

Verstappen 2e (77 pts), Albon 6e (36 pts)

Le duel est déséquilibré au sein de l'équipe autrichienne, où tout tourne autour de Max Verstappen depuis plusieurs saisons. Le Néerlandais est un leader implacable, l'un des trois pilotes qui affichent par 5-0 en qualification face à son coéquipier. Il s'est qualifié une fois en 1re ligne (Spielberg 2) et la 2e ligne est un standard quand Alexander Albon lutte le plus souvent pour entre en Q3. Par deux fois, le Thaïlandais est même resté en Q2 (Hungaroring, Silverstone 1).

Seul pilote capable de faire vaciller les Mercedes le dimanche, et même mieux comme à Silverstone 2, Verstappen porte tous les espoirs de RBR quand Albon éprouve des difficultés dès le début avec le plein d'essence.

Notre avis : #MV33 est dans une classe à part, parfois la même qu'Hamilton. Albon restera dans l'équipe tant qu'il montrera des progrès. Mais la phase d'apprentissage n'ira pas au-delà de l'actuelle saison.

"Verstappen en vient à avoir autant d'importance dans le dispositif Honda que Senna à l'époque"

Ferrari : Leclerc par K.-O.

Leclerc 4e (45 pts), Vettel 13e (10 pts)

Le Monégasque n'a pas attendu qu'on lui donne le pouvoir : il l'a pris. Il a trouvé de l'opposition de la part de Sebastian Vettel en qualif (3-2 à son avantage) mais ça fait longtemps qu'il n'y a plus match en course. Fait important qui a montré sa solidité : il a vite fait oublier sa bévue du premier tour du Grand Prix de Styrie, lorsqu'il avait bêtement percuté son coéquipier. Sa course à Silverstone 2 a été un petit chef d'œuvre et lui a donné une nouvelle dimension. L'équipe ne croyait pas au plan à un arrêt et il l'a convaincue avec un Top 4.

Sebastian Vettel souffre du manque d'appui de la SF1000. Dans une impasse technique, il s'éloigne humainement peu à peu de cette équipe qu'il quittera en fin de saison.

Notre avis : Ferrari a filé les clés du camion à Leclerc et espère que Vettel lui apportera suffisamment de points pour valoir un top 3 au Championnat du monde des constructeurs.

"Leclerc s'est mis en mode Baron Rouge : c’est le patron chez Ferrari"

McLaren : Norris a désacralisé Sainz

Norris 5e (38 pts), Sainz 11e (15 pts)

Qui aurait parié Lando Norris n°5 mondial après cinq courses, devant Alexander Albon ? Le Britannique avait identifié le tour chrono comme le premier axe de progrès en 2019, et il a bien haussé le ton au détriment de Carlos Sainz (4-1). Il est d'ailleurs l'un des quatre seuls abonnés à la Q3.

En course, il avait aussi estimé être trop gentil dans le combat rapproché. Il n'a pas trop changé de ce point de vue, à un détail près : sa gestion des pneus lui permet de finir souvent fort et de gagner des places, comme lors de chaque dernier tour à Spielberg 1 et 2.

Face à lui, Carlos Sainz n'a jamais justifié son rang de futur pilote Ferrari. Un top 5 en ouverture du Mondial, c'est bien maigre.

Notre avis : McLaren qui continue de polir le diamant Norris et laisse partir Sainz. Bonne pioche !

Racing Point : Peut mieux faire

Stroll 7e (28 pts), Pérez 8e (22 pts)

Lance Stroll réalise le rêve de son père en devenant le leader d'une équipe, ce qu'il n'avait jamais été avant. Le Canadien à l'air blasé a quand même profité de la quarantaine sanitaire du Mexicain pour justifier ce statut - provisoire - en le battant deux fois lors de leur trois confrontations le samedi.

Toujours placé, il a excellé au Grand Prix de Hongrie (3e sur la grille, 2e dans le 1er tour, 4e au final) sur un circuit où les problèmes de pneus étaient inexistants. Mais il a souffert en terminant parfois à l'agonie.

Pérez n'a pas surperformé au volant de la "Mercedes rose". Il n'a plus la même pointe de vitesse ni la même capacité à gérer ses pneus, normalement son point fort.

Notre avis : Les titulaires ont de l'or dans les mains, et c'est embarrassant pour eux, Nico Hülkenberg a montré avec un peu de condition physique à Silverstone 2 qu'elle valait une troisième place sur la grille.

Hamilton, Leclerc, Verstappen : les salaires des 20 pilotes de 2020

Renault : Trop d'inconstance

Ricciardo 9e (20 pts), Ocon 10e (16 pts)

L'Australien a une redoutable pointe de vitesse (4-1) et c'est le chantier n°1 auquel son coéquipier doit s'attaquer pour espérer viser les gros points régulièrement.

Après trois Grands Prix où la Renault avait atteint son maxi (8e), "Dan The man" a fait un beau dimanche à Silverstone 1 (4e) pour rechuter de plus belle avec un tête-à-queue en course. Ocon, présent seulement deux fois en Q2, semble avoir passé un pallier à Silverstone (6e et 8e).

Notre avis : Ricciardo n'est décidemment pas régulier et Ocon tarde à lui contester son statut de leader.

AlphaTauri : Le pilier Gasly

Gasly 12e (12 pts), Kvyat 16e (2 pts)

Le Français lamine le Russe en qualification (5-0) avec quatre Q3 à son actif et deux top 7 le dimanche. Malheureusement, son bilan pourrait être bien meilleur s'il n'avait été stoppé par sa mécanique à Spielberg 1 (qualifié 8e) et au Hungaroring (10e).

Notre avis : Gasly est toujours dans le match avec les Renault et les McLaren, dommage que les meilleurs baquets sont pourvus pour 2021.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1179x535:1181x533)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/07/17/2851698.jpg

Williams : L'espoir Russell

Latifi 19e (0 pt), Russell 20e (0 pt)

Heureusement que le Britannique fait partie du package Mercedes ! Il permet à l'écurie moribonde de Frank Williams d'entrevoir le bout du tunnel avec quatre Q2 (2 P12, 2 P15), une performance à peine imaginable l'an passé. En qualification, le jeune Britannique est même à la tête d'une série à rendre jaloux : il est invaincu en qualification en 25 sessions du samedi après-midi !

Nicholas Latifi a signé le meilleur résultat de Williams en Autriche, sa 11e place tenait aux 9 abandons. Mais à part ça, George Russell reste la valeur sûre avec sa douzième place à Silverstone 1 (avec 2 abandons), dans les conditions extrêmes que l'on sait.

Notre avis : George Russell connait la feuille de route. Il se préparera encore en 2021 pour un baquet chez Mercedes.

Alfa Romeo : Räikkönen en bout de course

Giovinazzi 15e (2 pts), Räikkönen 18e (0 pt)

L'Italien a taxé le Finlandais quatre fois en qualification et a le mérite de la seule arrivée primée d'Hinwil, en profitant de la cascade d'abandons à Spielberg 1 (9e).

Iceman a de l'expérience mais visiblement plus la flamme pour mettre le nez dans les réglages de cette monoplace afin d'en débloquer le potentiel. A Silverstone 1, son dépassement par Latifi (Williams), à l'extérieur, a pu être vu comme la marque d'une ère finissante.

Notre avis : On a dépassé le stade de l'inquiétude pour le Finlandais. On espère qu'il prend du plaisir pour sa dernière saison.

Haas : Drive to survive

Magnussen 17e (1 pt), Grosjean 21e (0 pt)

Le Danois et le Français se renvoient la balle en qualification (3-2 Magnussen) et ne baissent pas les bras au volant de cette voiture figée, qui date de la saison passée… Seul Magnussen a marqué en Hongrie, ou Grosjean était parti pour faire un joli coup.

Notre avis : L'écurie qui a fait le bonheur de Netflix fait moins sourire dans la saison 3. Rien ou presque pour convaincre Gene Haas de rempiler.

Saison 2020
"Les détails du contrat de Vettel chez Aston Martin sont croustillants"
22/09/2020 À 14:33