McLaren continue de plonger. Empêtré dans un gouffre financier notamment creusé par la crise liée à la pandémie de Covid-19, le constructeur britannique fait maintenant appel à la justice pour tenter de s'en sortir. La raison ? L'un de ses groupes de créanciers s'opposerait à un plan destiné à dégager de nouveaux fonds dont l'entreprise a besoin à court terme.

Selon la BBC, le constructeur cherche à obtenir des prêts garantis sur sa collection de voitures historiques ainsi que sur sa prestigieuse usine, le McLaren Technology Center. Problème, certains de ses investisseurs assurent que ces deux actifs ont déjà été hypothéqués en 2017.

Saison 2020
Lawrence Stroll également positif au Covid-19
IL Y A 10 HEURES

320 millions déjà réinjectés en mars

Selon des documents fournis aux tribunaux et consultés par la BBC, les actionnaires du groupe ont réinjecté une somme équivalente à 320 millions d'euros en mars dernier, soit au début de la crise liée au nouveau coronavirus. Preuve que McLaren est dans l'urgence, le constructeur devrait obtenir des liquidités supplémentaires avant le 17 juillet prochain pour assurer son avenir à court terme.

Les documents précisent que "des liquidités supplémentaires d'environ 310 millions d'euros seraient suffisantes pour que le groupe puisse assurer ses opérations jusqu'en 2021". McLaren, qui a annoncé le mois dernier le licenciement de 1200 personnes, dont 70 travaillant pour l'écurie, vit maintenant au jour le jour. Le constructeur est en grand danger. Ses activités en F1 tiennent à un fil.

Saison 2020
Ricciardo, des promesses à l'héritage
15/10/2020 À 19:40
Saison 2020
Bottas, fin des illusions et mirage perpétuel
14/10/2020 À 19:47