Getty Images

Brawn espère sauver Monaco dans un calendrier de 17 ou 18 GP disputés sur deux jours

Brawn espère sauver Monaco dans un calendrier de 17 ou 18 GP disputés sur deux jours

Le 14/03/2020 à 12:48Mis à jour Le 14/03/2020 à 15:55

FORMULE 1 - Directeur sportif de la Formule 1 chez Formula One Group, Ross Brawn travaille aujourd'hui à récréer un calendrier 2020 digne de ce nom. En réduisant les week-ends de course à deux jours.

La Fédération internationale de l'automobile a officialisé vendredi le report des Grand Prix de Bahreïn et du Viêtnam, prévus le 22 mars et 5 avril, en raison de l'épidémie de coronavirus. Tout en précisant se donner "le temps nécessaire pour étudier la viabilité d'autres dates possibles pour chaque Grand Prix plus tard dans l'année si la situation s'améliore". Ceci incluant les Grand Prix de Chine et d'Australie.

"La Formule 1 et la FIA prévoient de faire débuter le championnat en Europe le 1er mai, mais étant donné la forte augmentation des cas de COVID-19 en Europe ces derniers jours, cette décision sera régulièrement réexaminée", ajoutait l'instance basée à Paris. Qui depuis a fixé la "fin mai" comme nouvelle échéance pour le début du 71e championnat du monde de l'Histoire.

En clair, les Grands Prix prévus aux Pays-Bas et en Espagne (8-10 mai) sont sur la sellette et le pouvoir sportif (FIA) comme le promoteur du championnat du monde (Formula One Group) espèrent sauver le Grand Prix de Monaco (21-24 mai). Ce dernier est l'épreuve la plus prestigieuse de la saison et il est certain qu'une ouverture en principauté aurait plus d'impact médiatique qu'en Azerbaïdjan, le 7 juin.

Au total, six des 22 Grands Prix de 2020 seraient à recaser plus tard dans la saison, un casse-tête sur lequel se penche Ross Brawn, le directeur sportif de la Formule 1 chez Formula One Group. Néanmoins, le Britannique entrevoit quelques options. "En libérant la pause du mois d'août, nous pourrions avoir plusieurs week-ends de course. De là, je pense que nous pouvons construire un calendrier convenable pour le reste de l'année", a-t-il expliqué à Sky Sports.

La piste du Grand Prix d'Australie à Melbourne, le 11 mars 2020

Trois dates libres en août mais deux exploitables

Néanmoins, si la traditionnelle pause offre effectivement trois dates (9, 16, 23 août), celles-ci seront impossibles à toutes exploiter, sauf à faire courir les équipes six week-ends de suite, du Grand Prix de Hongrie (2 août) à celui d'Italie (6 septembre). En 2018, les équipes avaient dénoncé l'épuisement de leurs staffs suite à l'introduction d'une triplette (France, Autriche, Grande-Bretagne) en milieu de saison et ce schéma avait été abandonné dans le calendrier 2019 à 21 dates.

Le créneau de la pause d'août permettrait de reprogrammer deux épreuves et le reste devrait donc faire l'objet d'un traitement différent, à savoir insérer des Grands Prix à des dates aujourd'hui libres. Ce qui reviendrait à recréer des triplettes d'épreuves dont les équipes ne veulent pas. "Je suis plutôt optimiste quant à avoir un championnat à 17-18 courses ou plus", avance Ross Brawn.

Mais comment alors ? "Nous avons parlé de week-end de course sur deux jours, de fait si nous avions trois courses à suivre, ce serait des week-ends de deux jours. Ça pourrait être une option, explique l'ancien directeur technique de Benetton et de Ferrari, et directeur d'équipe de Mercedes. "Nous avons besoin de flexibilité de la part des équipes cette année, et elles doivent nous donner des indications pour faire ça."

Ross Brawn veut s'assurer de bâtir une saison qui "donne une bonne opportunité économique aux équipes". Elles ont des contrats de sponsoring à honorer et souhaitent offrir de la visibilité à leurs partenaires. Pour certaines comme Williams, cela peut même être une question de survie.