Ferrari est entrée en négociation avec Vettel pour le resigner au plus vite

Le 21/03/2020 à 11:39Mis à jour Le 21/03/2020 à 16:09

FORMULE 1 2021 - Ferrari a débuté officiellement sa pause annuelle jeudi, jusqu'au 8 avril. L'usine de Maranello ne tourne plus mais Mattia Binotto, le patron de Maranello, compte en profiter pour boucler le renouvellement du contrat de Sebastian Vettel.

Fin 2019, Mattia Binotto avait prévenu Sebastian Vettel qu'il ne lui donnerait que les cinq ou six premiers Grands Prix de 2020 pour montrer sa motivation et apporter des résultats, de sorte de mériter un nouveau contrat. L'échéance était donc fixée à la mi-mai, une fois le Grand Prix d'Espagne couru. Mais la trêve due à l'épidémie de coronavirus a changé la donne.

Dans un calendrier qui s'annonce très chargé pour la Scuderia une fois que le Championnat du monde sera lancé, il n'y aura pas de temps à perdre ni d'énergie à gaspiller pour ça. C'est pourquoi le directeur d'équipe et directeur technique de Ferrari a entamé des discussions avec le quadruple champion du monde, dont le contrat arrive à expiration à la fin de la saison.

Arrivé de Red Bull chez les Rouges en 2015 avec une cote au firmament, Sebastian Vettel a toujours était traité comme un pilote n°1, jusqu'à la fin de la saison 2019. Face à Charles Leclerc, il a perdu ses avantages de pilote prioritaire à coups de consignes d'équipe.

Le titre Constructeurs est la priorité

Il serait aussi étonnant que Ferrari soit près à le payer 40 millions d'euros par an, soit quatre fois plus que son coéquipier. A 33 ans, Sebastian Vettel l'a bien compris. Mais s'il a récemment confié que l'argent n'était plus un facteur prépondérant, il n'est pas prêt à piloter dans une équipe de milieu de peloton.

"Ce qui est arrivé l'an dernier était important pour eux deux, indique Mattia Binotto, dans un entretien au site de la Formule 1. Nous avons discuté et clarifié des choses sur ce que j'attends (d'eux). L'intérêt de l'équipe est la priorité, et le titre des constructeurs un élément clé. Ils sont libres de courir, mais ça ne veut pas dire que nous ne pouvons pas passer des consignes dans l'intérêt de l'équipe. Mais si le team performe bien, les pilotes en tireront bénéfice", ajoute l'Italo-Suisse.

" Ce n'est pas quelque chose que nous allons laisser traîner"

A travers le propos du dirigeant apparaît un changement dans la politique de Ferrari. Le titre Constructeurs est en défini comme un "élément clé", autrement dit une priorité. En clair, Ferrari juge que battre le binôme Lewis Hamilton - Mercedes reste un énorme défi, mais que la paire Charles Leclerc - Sebastian Vettel peut s'avérer plus complémentaire que la rivale Lewis Hamilton - Valtteri Bottas. A condition évidemment que la SF1000 puisse se hisser au niveau de la W10. Pour rappel, le dernier titre mondial obtenu par Maranello est un titre Constructeurs, en 2008.

Le point essentiel pour y parvenir sera l'entente entre les deux pilotes, et Mattia Binotto le redit : "Ce sont deux gars intelligents, ils se connaissent mieux avec ce qui est arrivé l'an dernier, et pas seulement au Brésil mais aussi en Russie, lorsque nous avons essayé de passer une consigne. Je pense que nous avons construit plus de confiance entre eux dans l'équipe, et ce sera utile en 2020."

Charles Leclerc prolongé jusqu'en 2024, toutes les conditions semblent réunies pour boucler le dossier Sebastian Vettel dans les meilleurs délais. Ce que confirme Mattia Binotto. "Nous avons débuté des discussions pour un nouveau contrat, explique le patron de la Scuderia Ferrari. C'est important de le conclure très bientôt. Ce n'est pas quelque chose que nous allons laisser traîner jusqu'à la fin de la saison. C'est important pour lui et pour nous d'être au clair là-dessus aussi vite que possible. Les discussions progressent, et je compte bien qu'elles aboutissent prochainement. Il est en très bonne forme. Il est concentré. Il sait qu'il doit se reprendre. La performance de Charles l'a pris par surprise l'an dernier. Il sait où est la référence et ce qu'il doit faire."