A 91 ans, Bernie Ecclestone a conservé sa passion pour la Formule 1, qu’il a dirigée d’une main de maître durant quatre décennies, mais également la verve qui a fait sa renommée. Jamais avare en commentaires acerbes, l’ex-grand argentier de la compétition a profité du micro tendu par le quotidien suisse Blick pour faire le bilan de la saison 2021.
Il est longuement revenu sur l’ultime rendez-vous, le Grand Prix d’Abu Dhabi, qui a défrayé la chronique et provoqué plusieurs polémiques. “C’est sûr, beaucoup de choses ont mal tourné dans les derniers tours. Michael Masi, le responsable de la course, aurait pu s’épargner quelques ennuis s’il avait immédiatement arrêté la course avec le drapeau rouge après le crash de Latifi. On aurait alors assisté à une super finale entre Max Verstappen et Lewis Hamilton pour les trois derniers tours”, a estimé Bernie Ecclestone.
Saison 2022
Pérez derrière les Ferrari, Hamilton devant Russell : la grille type 2022
28/11/2022 À 18:56

Bernie voit Hamilton tout stopper

Conséquence directe de cette situation abracadabrantesque, le septuple champion du monde, déchu cette année, accuse le coup. Comme tout le monde, l’homme d’affaires britannique a son avis sur le sujet. Et selon lui, Lewis Hamilton va ranger son casque et ses gants. “Sa déception est trop grande et on peut la comprendre. Avec ses sept titres de champion du monde, comme Michael Schumacher, on peut penser qu’il va s’attaquer à son rêve de percer comme entrepreneur dans le milieu de la mode”, a-t-il suggéré.
Le pilote Mercedes, sous contrat jusqu’en 2023 se terre dans un silence pesant, entraînant les rumeurs autour de son avenir sportif. “Le silence est là, bien sûr, parce qu’il manque tout simplement de mots. (...) nous avons été en contact constant ces derniers jours”, a révélé Toto Wolff, le directeur des Flèches d’argent, lors d'un entretien à Motorsport-Total.

"Le directeur de course Michael Masi a envoyé Hamilton à l'abattoir"

"Leclerc ? Un très bon pilote, mais sans plus"
Avant de lister les raisons qui confortent sa pensée : “Lewis ne serait pas assuré de gagner en 2022. Qui sait comment les nouvelles voitures vont évoluer dans le peloton ? Avec George Russell, Hamilton aurait un coéquipier ambitieux, dont je ne suis d’ailleurs pas aussi convaincu du potentiel que de nombreux experts. Et puis n’oublions pas Verstappen. Avec lui, Hamilton a enfin trouvé un adversaire à sa hauteur, après toutes ces années.”
On passera la petite pique adressée à Russell, membre de la nouvelle génération de pilotes, qui a activement participé au redressement de l’écurie Williams depuis ses débuts en 2019 (16 points cette saison). Fidèle à lui-même, Bernie Ecclestone ne pouvait conclure l’entretien sans une nouvelle balle perdue, à destination de Charles Leclerc cette fois-ci.
Longtemps en balance pour la cinquième place du classement Pilotes, le pilote monégasque de la Scuderia Ferrari s’est finalement incliné de 5,5 points face à Carlos Sainz, son nouveau voisin de stand : “Beaucoup de gens à Maranello sont surpris que l’Espagnol ait pu mettre une telle raclée à son coéquipier Charles Leclerc cette année. Pour moi, Leclerc a toujours été un très bon pilote, mais sans plus.”

Pit stop de 48h, Hamilton seul au monde, Verstappen "Tsunodé" : stats et moments insolites de 2021

Grand Prix d'Abu Dhabi
Red Bullevard, Ferrari menacée par Mercedes, der de Vettel : Le GP en questions
19/11/2022 À 20:40
Grand Prix d'Abu Dhabi
Déçu par Mercedes en qualif, Hamilton va viser sa première victoire plutôt que la 104e
19/11/2022 À 19:21