Qualifications

Elles plaident de moins en moins pour Valtteri Bottas. En qualification, le Finlandais est loin de sa forme de 2019, lorsqu'il avait réussi autant de pole positions (5) que Lewis Hamilton. S'il en a encore signé cinq en 2020 (contre dix à son coéquipier), son compteur 2021 reste bloqué à une (Portimao) contre deux à son leader. Avec par ailleurs un départ de la 1re ligne contre quatre à son chef de file, il apparaît en net déclin sur le tour unique.
Depuis deux ans, son bilan en qualification s'est en fait dégradé. En 2017, 2018 et 2019, les duels du samedi tournaient une fois sur trois à son avantage chez Mercedes (7-13, 6-13, 7-13). Le ratio est passé à une sur quatre en 2020 (4-12) et la tendance de 2021 est encore plus inquiétante (2-7).
Saison 2021
Wolff voit plus loin que 2023 pour Hamilton... et se décidera cet été pour Bottas
06/07/2021 À 09:27
Il a beau détenir parmi les pilotes actuels la plus longue série de présence en Q3 (88 Grands Prix), débutée à son arrivée chez Mercedes à Melbourne en 2017, cette régularité ne suffit pas.
De son côté, George Russell est en mode crescendo. Le Britannique a cassé le plafond de verre en qualifiant une Williams en Q3 à Spielberg (9e devant l'Aston Martin de Lance Stroll), une première pour l'équipe de Grove depuis Monza 2018. Cette saison, il a toujours accédé à la Q2 alors que des pilotes dotés de meilleures monoplaces sont restés à quai plusieurs fois, comme Esteban Ocon (3), Lance Stroll (3) ou Yuki Tsunoda (4).
Notre avis : Valtteri Bottas faiblit globalement sur le tour unique depuis deux ans alors que George Russell n'en finit pas de progresser. De toute façon, l'exemple le plus parlant reste le Grand Prix de Sakhir qu'ils ont couru ensemble chez Mercedes. Remplaçant au pied levé de Lewis Hamilton, mal installé en raison de sa grande taille, l'Anglais s'était incliné de 0"026 pour la pole position face à son coéquipier d'un week-end.

Valtteri Bottas (Mercedes) au Grand Prix du Portugal 2021

Crédit: Getty Images

Courses

Les dimanches de Valtteri Bottas n'ont plus le même poids dans les résultats de Mercedes, là encore depuis 2020. Le Finlandais dispute sa cinquième saison avec la marque à l'Etoile, et il n'a été véritablement proche de Lewis Hamilton qu'en 2017 et en 2019, lorsqu'il avait amassé 84% et 78% des points du Britannique. Cette année, il traverse le même trou d'air qu'en 2018 (60% des points de LH) puisqu'il a inscrit 61% du total de son leader, dans la continuité des 64% de 2020.
En panne de victoire depuis le Grand Prix de Russie 2020 soit 16 courses, ses cinq podiums restent une contribution insuffisante dans le duel que Mercedes mène contre Red Bull au championnat des constructeurs, où l'équipe de Toto Wolff accuse 44 points de retard. Cependant, si le natif de Nastola a marqué 12 unités de moins que son alter ego chez Red Bull, Sergio Pérez, Mercedes accuse le coup surtout à cause des 32 unités de déficit de Lewis Hamilton.
Pour sa part, George Russell a réussi le tour de force de progresser dans la hiérarchie à bord d'une Williams dénuée d'évolutions, au point de flirter avec le top 10. Douzième au Castellet, il était dans la zone des points à Spielberg 2 quand Fernando Alonso (Alpine) l'en a sorti à cinq tours de la fin.
Notre avis : Valtteri Bottas ne perd pas de vue son objectif de finir troisième du championnat, devant Sergio Pérez (Red Bull), ce qui lui permettrait de remplir la première mission que lui a assignée son employeur. George Russell, qui avait chahuté Valtteri Bottas et failli gagner au volant de la Mercedes l'an dernier à Sakhir, commence enfin à se battre avec des pilotes de renom. C'est bon pour la réputation mais il lui manque ce top 10 qui lui ferait beaucoup de bien.

George Russell (Williams) au Grand Prix d'Autriche 2021

Crédit: Getty Images

Technique

Valtteri Bottas touche plus encore ses limites cette année. La W12 n'est pas facile à régler et à part Monaco, il n'a pas émergé face à Lewis Hamilton. En faillite totale à Bakou, il se heurte trop souvent à une usure de ses pneus qui l'empêche de développer des stratégies décisives.
George Russell règle quant à lui de mieux en mieux sa Williams, sinon comment ferait-t-il pour si bien figurer le samedi que le dimanche ?
Notre avis : Valtteri Bottas s'accroche en complétant le travail de Lewis Hamilton en termes de réglages, et c'est en cela que ce dernier apprécie sa contribution. George Russell a passé un cap au niveau technique cette année et porte tout le poids sur ses épaules. 2021 est le genre de saison qui sert à préparer le passage dans un top team.

Valtteri Bottas et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix du Portugal 2021

Crédit: Getty Images

Mental

On se demande comment Valtteri Bottas peut garder sa motivation, la conviction de pouvoir rivaliser avec Lewis Hamilton chaque week-end après tant de revers. Ses failles n'en restent pas moins béantes, comme à Portimao et au Castellet où il n'a pas tenu un tour sous la pression de Max Verstappen.
George Russell ne se pose pas de question et attaque. Comme à Imola, au risque d'envoyer Valtteri Bottas dans le décor. A Spielberg, dimanche, sa bataille même perdue contre Fernando Alonso (Alpine) a forcé le respect de l'Espagnol.
Notre avis : Valtteri Bottas ne tient plus très bien sous la pression, il est même franchement friable du point de vue mental et ce n'est pas très rassurant pour Mercedes. Pendant ce temps-là, George Russell se blinde. Bourde à Imola ou belle qualification gâchée par un abandon à Spielberg 1, il continue sur le mode offensif.
Saison 2022
Horner entrouvre la porte à Gasly : "Pour 2023, nous avons plusieurs options qui s'offrent à nous"
HIER À 14:03
Saison 2022
Prost : "S'ils introduisaient la grille inversée en F1, je pense que je quitterais ce sport"
HIER À 12:56