Darren Clarke n'oubliera jamais cette 36e édition de la Ryder Cup. Pas seulement parce qu'il a fait partie de l'équipe victorieuse. Pas seulement parce que ce succès a permis à l'Europe de remporter un troisième titre consécutif, chose qu'elle n'avait jamais réussi à faire depuis la création de l'épreuve en 1927. Pas seulement parce qu'il est resté invaincu, remportant ses deux doubles avec Lee Westwood et son simple face à Zach Johnson. Pas seulement parce que ce succès a été acquis chez lui, en Irlande. Non, Darren Clarke se souviendra à jamais de cette Ryder Cup parce qu'elle lui a tout simplement permis de retrouver un peu de lumière après avoir connu les moments les plus sombres de sa vie.
L'ombre, c'est cet été maudit où il a connu la douleur de perdre sa femme, Heather, après deux ans d'un deuxième combat contre le cancer du sein. Une période au cours de laquelle Clarke a toujours voulu croire qu'elle s'en sortirait, malgré le pessimisme des médecins. L'Irlandais a dû se faire une raison. Le 13 août dernier, Heather s'en est allée, le laissant seul avec ses deux enfants Tyrone et Conor. Et une peine infinie, malgré le soutien sans faille témoigné par son entourage et le milieu du golf en général.
Ryder Cup
Azinger aura du travail
06/11/2006 À 16:59
"Je n'oublierai jamais"
Absent du circuit depuis le mois de juillet, Clarke est alors loin de penser à la Ryder Cup. Mais Ian Woosnam ne l'a pas oublié, et il fait appel à lui au moment de choisir ses deux wild-cards. Les observateurs sont sceptiques, doutant de la capacité de l'Irlandais à aider l'équipe européenne à conserver son titre. Le golfeur aussi. "J'ai eu mes moments de questionnements, a-t-il admis à son arrivée au K Club. Mais je suis très à l'aise avec le fait d'être ici. J'y ai pensé longuement et sérieusement, et j'en suis venu à la conclusion que j'aiderais l'équipe si j'acceptais d'être ici. Je veux jouer et je veux offrir du jeu compétitif. Et je veux aider mes coéquipiers."
L'accueil chaleureux que lui a réservé le public irlandais au début de son premier match, vendredi matin, restera l'un des moments les plus forts de cette Ryder Cup. "Je ne l'oublierai jamais. Tout comme le soutien de mon équipe, celui des Américains et de leurs femmes, qui ont été fantastiques", affirme-t-il franchement. Sur les greens du K Club, Clarke a aussi joué son meilleur golf. Il a su se concentrer sur son jeu dans des conditions délicates pour offrir trois points et demi à son équipe. Il ne s'est lâché que quand Henrik Stenson a scellé la victoire de l'Europe. Des larmes pour extérioriser toutes les émotions vécues depuis deux ans jusqu'à ce week-end irlandais qu'il n'oubliera jamais.
Ryder Cup
L'Europe s'offre un triplé
25/09/2006 À 07:00
Ryder Cup
L'Europe pour une première
24/09/2006 À 06:00