59'42" au chrono. Le scénario parfait se dessine. Les Bleus, malgré un gros trou d’air en première période, vont le faire. Après tout, le Danemark avait succombé alors pourquoi pas la Suède ? Menés d’un petit but, les champions olympiques récupèrent la balle et lancent Dicka Mem vers l’égalisation. Après un gros combat, Ludovic Fabregas se présente face à Andreas Palicka. Mais, cette fois-ci, les scénaristes avaient changé le script. Le gardien suédois, impeccable pendant tout le match, sort une parade qui fera date et les Bleus par la même occasion (34-33).
"A la fin, on y est presque, on arrive à se battre pour revenir, a d’ailleurs regretté Nikola Karabatic auprès de beIN Sports dans la foulée. C’est rageant, ça a été un Euro compliqué donc on est fier de notre prestation. On est déçu, venir mourir à un but, c’est tellement dur". Dur mais à force de jouer les équilibristes, les Bleus ont fini par tomber du mauvais côté.
Handball
Porte de retour en équipe de France après "une période extrêmement délicate"
02/04/2022 À 11:26

Une défense défaillante

Ce vendredi, ils le reconnaissent tous, c’est derrière que tout s’est joué. "On peut trouver des lacunes dans les deux secteurs, a également reconnu Guillaume Gille au même micro. On est à la fois très proche et, à la fois, on fait beaucoup de cadeaux qui nous font très mal". Face à la presse, Vincent Gérard, qui a passé une sale soirée (3 arrêts sur 28 tirs), était bien plus remonté.
"Ce qui est un peu fatigant, c'est que Gottfridsson a fait ce qu'il voulait de la première à la dernière minute, a regretté le portier des Bleus. Il a fini meilleur joueur du match, il le mérite. Ça fait plusieurs fois qu'un joueur arrive à imposer son rythme et qu'on n'arrive pas à s'en sortir". "On prend trop de buts, on n'a pas trouvé la solution en défense et ils ont une attaque difficile à contrôler, ils s'arrachent. C'est vraiment là que le bât blesse aujourd'hui", a complété, déçu, Aymeric Minne.

La déception des Bleus après leur défaite face à la Suède en demi-finale de l'Euro, le 28 janvier 2022

Crédit: Getty Images

On a l'équipe pour aller au bout
Pour autant, les Bleus repartiront d’Hongrie et de Slovaquie avec des certitudes pour le futur, comme la montée en puissance de Minne. Et l’impression que cette équipe peut survivre à beaucoup de choses. "Les absents, on en avait depuis le début, on ne s'est jamais cachés derrière cette excuse. On a l'équipe pour aller au bout, on l'avait et je pense qu'on l'a toujours", a d’ailleurs estimé Valentin Porte sur TF1, fier de la performance des siens.
Alors, avant de quitter Budapest, où ils joueront la petite finale dimanche (15h30), les Bleus se sont fait une promesse. "Il nous reste encore un match où il faudra aller chercher le bronze, car dans notre équipe beaucoup n'ont pas encore eu de médaille", a expliqué le capitaine Porte. "Personne ne crache sur une médaille", a confirmé Minne. Si "le miracle n’a pas eu lieu" vendredi, il s’est passé d’autres choses dans cet Euro, sans doute plus fondatrices. A même de faire basculer les scénarios du bon côté à nouveau dans le futur ?
Championnat d'Europe
Bredouilles et frustrés, mais tournés vers l'avenir : "Cette équipe de France a de la gueule !"
30/01/2022 À 18:24
Championnat d'Europe
Un goût d'amertume pour conclure
30/01/2022 À 16:21