Metz est éternel. Le club lorrain a remporté le 24e titre de champion de France de son histoire après avoir renversé Brest lors de la finale retour (25-22), dimanche. Dans une finale extrêmement serrée, les deux équipes ne se sont pas lâchées au score, avec un écart qui n'a jamais dépassé les trois buts en faveur des Messines.
Dans une finale très serrée, les joueuses d'Emmanuel Mayonnade ont forcé la décision lors de cinq dernières minutes irrespirables dans une folle ambiance aux Arènes, où plus de 4.200 spectateurs, presque tous habillés en jaune, avaient pris place.
Championnat D1
Steins prolonge son contrat avec le PSG
16/06/2022 À 11:51
"Beaucoup de pudeur doit nous accompagner, car nous sommes passés par une défaite quasiment identique la saison dernière. On sait combien ça a été complexe, néanmoins, on est quand même très très content", a souligné l'entraîneur de Metz, Emmanuel Mayonnade.
La logique a donc finalement été respectée puisque les Lorraines avaient terminé en tête de la saison régulière avec 26 victoires en autant de matches, loin devant les Finistériennes. Mais elles ont dû batailler pour écarter de valeureuses Bretonnes, qui étaient encore dans le coup à moins de deux minutes de la fin.
"Leur gardienne a fait trois arrêts de plus en première période, mais les Brestoises ont tiré beaucoup moins que nous en première période. Notre défense était dense et on a su serrer le jeu après la mi-temps", s'est félicité Mayonnade.

Kanor parfaite au tir

Metz prend ainsi sa revanche sur Brest, qui avait remporté le titre d'extrême justesse l'année dernière au nombre de buts marqués à l'extérieur. Les Dragonnes, qui s'étaient imposées 31-24 à l'aller devant leurs supporters, puis s'étaient effondrées au retour chez les Bretonnes (29-22).
"C'est passé tout près... La déception est à la hauteur de l'espérance qu'on a pu avoir de créer l'exploit. On peut être fier de l'état d'esprit de cette équipe et des joueuses. Metz a été meilleur sur la saison régulière et sur cette finale, mais on peut être fier de notre saison", a estimé le technicien breton Pablo Morel.
Les Brestoises, dont l'effectif a beaucoup évolué depuis la saison dernière (départs de la Slovène Ana Gros, de la Suédoise Isabelle Gullden et de l'entraîneur Laurent Bezeau), ont mené au score une grosse dizaine de minutes à cheval sur la première et la seconde période. Elles ont profité des parades de la gardienne danoise Sandra Toft, huit en première période, et des pertes de balles messines.
Au retour des vestiaires, les Messines ont repris les commandes, sous l'impulsion de l'arrière gauche Orlane Kanor, qui a inscrit six buts en l'espace d'un petit quart d'heure de jeu, un en fin de première période et cinq en seconde, sans rater le moindre tir.
Les Brestoises, par leur base arrière scandinave - Tonje Loeseth, Jenny Carlson et Helene Fauske - se sont accrochées au score, mais c'est finalement la Brésilienne de Metz Bruna de Paula qui a assuré l'écart, après un arrêt primordial de Mélanie Halter sur un penalty d'Alicia Toublanc, son seul échec de l'après-midi, en fin de rencontre.
Championnat D1
30 victoires en 30 journées : le PSG signe la première saison parfaite de l'histoire
08/06/2022 À 19:58
Championnat D1
A 40 ans, l'heure de la fin pour Guigou
07/06/2022 À 23:21