Elles sont seulement championnes olympiques. L'équipe de France a placé le curseur de ses performances tellement haut que lire cette phrase est une déception. Les regrets se concentreront sur cette deuxième période complètement manquée, en finale face à la Norvège. Les Bleues étaient rentrées aux vestiaires avec quatre buts d'avance à la pause (16-12), elles ont entendu le coup de sifflet final avec un débours énorme (22-29). Le symbole d'une seconde période terrible et achevée sur le score de 17-6 sur fond de manque de réussite et de fatigue générale. C'est donc avec une médaille d'argent que les Bleues poursuivent une série qui les a vues glaner sept médailles en huit compétitions.

Depuis 2016, les Bleues sont de tous les podiums ou presque

Championnat du monde
La douche froide
19/12/2021 À 18:01
Il y avait bien, ici et là, des larmes sur le podium, des yeux rougis par les regrets et la peine. Il y a surtout eu une belle communion avec les supporters français présents à Granollers pour soutenir l'une des équipes les plus brillantes des sports collectifs français. La preuve qu'après la pluie vient le beau temps et que parfois, il faut accepter qu'une médaille d'argent est une belle manière de terminer l'année. Ce 19 décembre 2021, la plupart des joueuses d'Olivier Krumbholz peuvent se dire championnes olympiques et vice-championnes du monde. Certaines, dont Allison Pineau ont ajouté une ligne à un palmarès déjà exceptionnel au niveau international. C'est bien simple, depuis 2016 et le retour aux manettes du plus grand sélectionneur de leur histoire, les Bleues sont de tous les podiums ou presque.
  • Les résultats de l'équipe de France depuis 2016
CompétitionsRésultats
Jeux Olympiques 2016Argent
Euro 2016Bronze
Mondial 2017Or
Euro 2018Or
Mondial 201913e
Euro 2020Argent
Jeux Olympiques 2020Or
Mondial 2021Argent
Quelques minutes après la perte de la finale, Estelle Nze Minko avait ces mots au micro de TF1 : "J'espère que dans quelques jours, on se rappellera du chemin parcouru". Difficile de savoir si l'arrière française parle de ce championnat du monde achevé avec 8 victoires et 1 défaite ou si elle remonte le temps plus loin encore. Au fond, ce n'est pas très important. Chacun se souviendra bien de ce qu'il veut. Les uns remonteront à 2016, les autres s'arrêteront à la mi-temps de la finale mondiale.

Un sommet de maîtrise pour le sommet de l'Olympe : le résumé du sacre des Bleues

"Il y a eu deux périodes, dont une où l'équipe de France a été très bonne, a jugé le sélectionneur Olivier Krumbholz pour beIN Sports. [...] Elles sont revenues très fortes en seconde période. Il y a eu beaucoup de tirs ratés. On a fait une mauvaise période, elles en ont fait une très bonne. Elles nous ont surpassé dans tous les domaines". Dans celui de la réussite au tir notamment, puisque Silje Solberg, l'ange-gardienne norvégienne, a fait vivre un enfer aux attaquantes françaises dans les 30 dernières minutes. "Le regret que j'ai, c'est qu'on déraille en fin de première période alors qu'on aurait pu creuser un écart plus important et les faire douter", poursuit Krumbholz. En supériorité numérique, les Bleues ont en effet eu l'occasion de tourner à +7, mais ont cafouillé leur handball. De quoi parler d'un "tournant", toujours selon le sélectionneur.
La plus mauvaise période de la compétition
"Difficile de savourer après cette seconde période, regrette l'ancienne, Allison Pineau. C'est vraiment dommage qu'on ne puisse pas faire face, qu'on n'ait pas su relever la tête. Quand elles ont commencé à partir, on n'a pas su réagir." Estelle Nze Minko résume quant à elle finalement assez bien le sentiment général : "Il y a eu deux matches. Une première période très solide de notre part et malgré l'avantage du surnombre au retour des vestiaires, on n'est pas dedans, elles reviennent très vite et on galère pendant tout le match. On est très déçues, mais on a raté notre match. C'est la plus mauvaise période que l'on fait de toute la compétition."
La plus mauvaise au pire des moments, et alors que la médaille semblait déjà proche du cou des Bleues. Pour Olivier Krumbholz, cette déception ne sera pas inutile : "Cette défaite va servir de leçon aux jeunes, pour certaines c'était la première finale". Vu le rythme des Bleues depuis cinq ans, elles sont en droit d'espérer que ce ne sera pas la dernière. Rendez-vous en 2022 en Macédoine, Slovénie et Monténégro pour l'Euro. Battue en finale par la Norvège en 2020, l'équipe de France aura une double revanche à prendre.
Championnat du monde
La douche froide
19/12/2021 À 18:01
Championnat du monde
Des rivales bien connues et l’histoire au bout : finale de rêve pour les Bleues
18/12/2021 À 20:49